végétal – Paris côté jardin

Archives de mots clés: végétal

Exposition Hyper-nature de 31 mars au 10 juin 2017

Délicate Distorsion, fleur d'absinthe, Camille Levrier, exposition Hyper Nature, Paris (75)Proposée à l’occasion des Journées Européennes des Métiers d’Art, l’exposition Hyper-nature rassemble des créations imaginées autour du végétal.

Patrimoine universel, la nature est une source d’inspiration et de connaissances inépuisable. De l’infiniment petit à l’infiniment grand, d’une extraordinaire diversité de formes, de couleurs et de motifs, elle fascine les créateurs et donne naissance à des créations singulières. Pour certains, la nature est matière première. Ils taillent, sculptent, façonnent, interrogeant la structure même de la matière. A la recherche de l’expérience, ils dialoguent avec le vivant. Pour d’autres ce dialogue se construit autour de la représentation. Les créations prennent alors la forme des végétaux, se parent de décors organiques. Empreinte du vivant, trompe l’œil, nature sublimée ou étrange, les créateurs nous invitent à de nouvelles perceptions. Ils nous rappellent le lien immuable entre l’homme et la nature.

Avec: Pascal Oudet, Délicate Distorsion, Mona Oren, Sophie Gallardo, 110 par minute /Atelier d’Offard, Dimitry Hlinka, Claire Boucl, Alexis Tricoire, Hélène Lathoumétie, Bertrand Lacourt, Kaori Kurihara, Marianne Anselin, Andréas Kanellopoulos, Ken Okada, Aurélie Abadie et Samuel Sauques, Thierry Vendome, Marik Korus, Mariane Léger et Criska. (suite…)

« Mission : Végétal » sur M6 aux environs de 19h30

Mission Végétal, la nouvelle émission sur M6
À compter du 9 mai, l’Interprofession VAL’HOR parraine une nouvelle émission sur M6. Des défis, des idées, de la bonne humeur et des conseils de pros pour donner envie de végétal au grand public.

Retrouvez Gautier et les professionnels du végétal chaque soir, du lundi au vendredi sur M6 vers 19h30 et le samedi vers 18h30. Lancement à partir du 9 mai 2016.
Prévu sur 3 ans, ce programme court TV a pour ambition de redonner au végétal une place privilégiée au quotidien. Un concept moderne, connecté et accessible. Un animateur, en conditions réelles, est mis au défi de satisfaire toutes les demandes des Français. Aidé de l’un des professionnels du végétal de l’Interprofession Val’hor, il devra surprendre les téléspectateurs par des solutions végétales simples, pertinentes et réalisables.
Mission Végétal, la nouvelle émission sur M63 phases :

  • le Défi
  • la Solution Végétale
  • la Découverte

Les ingrédients : de la bonne humeur et des conseils de pros !
Le format : 1 minute.
(suite…)

Journée au Salon du Végétal à Angers (49)

Affiche du Salon du Végétal 2015 à Angers les 17, 18 et 19 février 2015
Grand rassemblement de la filière du végétal d’ornement en France, le Salon du Végétal à Angers est l’occasion chaque année de présenter l’offre la plus large et variée. La 30e édition se déroule les 17, 18 et 19 février 2015 avec pour thème fédérateur « Plongez dans le végétal ». Un rendez-vous professionnel que je ne manque jamais et encore plus cette année puisque je vais assurer la présidence du concours des nouveautés.

Le Salon du Végétal est l’événement incontournable pour la filière du végétal d’ornement (producteurs, paysagistes, responsables espaces verts, fleuristes, jardineries, GMS, fournisseurs…). Il rassemble chaque année environ 550 exposants et 15 000 visiteurs français et étrangers venus d’une trentaine de pays. L’offre en végétaux est large et variée : jeunes plants, semences, arbres, arbustes, plantes en pot et à massifs, fleurs coupées, plantes vertes, vivaces, bulbes, … ainsi que les produits manufacturés (terreaux, pots, serres…). Chaque édition est différente puisque l’offre en végétaux évolue en fonction des marchés.

« Véritable plateforme d’échanges, le Salon du Végétal s’affirme comme un salon de référence pour tous les professionnels de la filière », déclare Serge Tsvétoukhine, commissaire général du Salon du Végétal. « Il est le seul événement de cette importance dédié aux horticulteurs, pépiniéristes, jardineries, fleuristes, GMS / GSB, paysagistes, services espaces verts des villes, obtenteurs, journalistes, enseignants… ».

L’offre large et variée est complétée par la mise en place de pôles thématiques et d’animations afin de dynamiser ce rendez-vous professionnel. Pôle Distribution, pôle Espaces verts et aménagement, pôle Jeunes plants, pôle Fleurs coupées, concours de nouveautés Innovert®, espace Prospectives végétales, Espace Inspiration®… sont autant de points de rendez-vous privilégiés par les visiteurs pour se tenir informés des nouveautés et tendances de la filière. « Les pôles thématiques constituent des focus qui permettent une meilleure visibilité et qui augmentent l’efficacité du Salon. Les nombreuses animations sont, quant à elles, de véritables valeurs ajoutées pour les professionnels« , précise Serge Tsvétoukhine.

Innovert® : le concours de nouveautés
L’innovation est plus que jamais un des moteurs de la filière. Le concours Innovert® est un temps fort attendu par les visiteurs du Salon du Végétal. Il récompense les innovations les plus importantes de la saison à venir, et fait souvent office d’indicateur des tendances futures : nouvelles variétés d’arbres et d’arbustes pour petits jardins, plantes « connectées », variétés résistantes à la sécheresse… Cette année, je deviens le nouveau président du concours, avec pour cette édition une co-présidence avec Louis-Marie Rivière qui préside ce concours depuis de nombreuses années.
Le concours de nouveautés récompense des produits innovants répartis dans 3 catégories différentes :

  • Catégorie A : nouveauté végétale (plantes vertes et fleuries, arbres, arbustes, fleurs…).
  • Catégorie B : innovation commerciale végétale (concepts marketing de vente de végétaux).
  • Catégorie C : produit non végétal dans les secteurs de la fleuristerie, de l’aménagement et l’entretien des espaces paysagers et de la distribution (spécialisée, GMS et GSB).

Le Salon du Végétal présent sur les réseaux sociaux
Puisque chaque utilisateur d’internet dispose de sources d’informations différentes, le Salon du Végétal se doit d’être sur les réseaux sociaux.
Après Twitter, Youtube et Viadeo, le salon est arrivé sur Facebook, Google Plus, Pinterest et Instagram.

Informations pratiques
17, 18 et 19 février 2015
Horaires d’ouverture : mardi 16 et mercredi 17 février de 8h30 à 19h et le jeudi 18 février de 8h30 à 18h pour tous les professionnels.
Tarifs : l’entrée est gratuite pour tout professionnel sur invitation ou remise d’un justificatif professionnel (carte de visite, bulletin de salaire, papier en-tête…).
Lieu : Angers (Parc des Expositions)
www.salon-du-vegetal.com

Le Grand Tour Cité Verte

Peuplier au bord du Canal Saint-Martin, Paris 10e (75)

Que serait la ville sans jardins, sans arbres, sans végétaux ? Un espace invivable. Le végétal est un élément essentiel de la vie dans les villes. Il le sera encore plus demain avec le développement de l’urbanisation et des métropoles. C’est pourquoi les professionnels du végétal et du paysage se mobilisent. A l’heure de l’élaboration de stratégies territoriales, Val’hor, qui regroupe l’ensemble des entreprises de la filière organise Le Grand Tour Cité Verte, une série de débats et de rencontres avec l’ensemble des acteurs du végétal et du paysage dans la ville (élus, professionnels, entreprises, associations, experts).

Le Grand Tour Cité Verte fera dix étapes en France, dans des villes au cœur de démarches métropolitaines (Bordeaux, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Marne-la-Vallée, Nancy, Nice, Rennes, et Toulouse) afin de sensibiliser élus, professionnels et citoyens à l’importance du végétal dans les villes, aux bienfaits économiques et sociaux des jardins, des arbres et des parcs.
Les premières dates annoncées :

  • le mardi 14 mai à Marne-la-Vallée,
  • le lundi 27 mai à Nice,
  • le mardi 11 juin à Lyon.

Le Grand Tour Cité Verte s’attachera également à mettre à l’honneur les réalisations paysagères emblématiques des territoires métropolitains qu’il visitera. Cette initiative permettra aussi à Val’hor de mieux intégrer les préoccupations et les propositions des élus locaux  dans les actions qu’elle met en œuvre avec les entreprises de la filière…

Cette nouvelle réalisation de Val’hor prolonge la création en 2010 du Cercle Cité Verte, cercle de réflexion réunissant des professionnels du végétal et du paysage, ainsi que des personnalités de la société civile (économiste, architecte, philosophe, spécialiste de la santé…). En 2011, le fruit de ses travaux a donné lieu à la publication du Manifeste pour une Cité Verte qui énonçait 70 propositions concrètes pour favoriser le développement du végétal dans la ville. « Il faut faire entrer la nature dans l’espace urbain, c’est une question de lien social et de bien-être. Le jardin est une leçon permanente de philosophie visible » dit Erik Orsenna, écrivain et académicien, président du Cercle Cité Verte aux côtés de Dominique Douard, président de Val’hor.

Sensible à l’engagement de Val’hor, La Tribune a choisi de s’associer au Grand Tour Cité Verte afin de contribuer au débat public : « C’est une façon pour nous de rendre encore plus concret notre attachement au développement économique des territoires et des métropoles », déclare Jean-Christophe Tortora, président de La Tribune. Un supplément de 8 pages consacré au Grand Tour Cité Verte paraîtra le vendredi 17 mai 2013. Diffusé à 47 000 exemplaires, ce supplément abordera toutes les problématiques relatives au poids économique de la filière, aux bienfaits du végétal, et à la formation.

 

Forum : Le végétal, patrimoine commun de l’humanité

Comment résister à la privatisation du vivant ? Comment devenir acteur de la biodiversité ? La Ville de Montreuil en partenariat avec l’association Graine de Jardins vous invite le samedi 31 mars 2012 à un débat concernant la privatisation du végétal et les actions citoyennes possibles pour résister et maintenir la biodiversité. Ce débat sera suivi d’ateliers pratiques d’initiation à la récolte de semences et démonstration de greffage.

Combinée à l’abandon de variétés traditionnelles au profit de semences industrielles, la privatisation du vivant végétal (à travers les brevets et les certificats d’obtention végétale) par les grands semenciers et les laboratoires, fait peser une menace très grave sur la biodiversité. Ce mouvement de « biopiraterie » qui s’effectue à l’échelle planétaire est très peu relayé par les médias du fait de son caractère techniciste et spécialisé tandis que de leur côté, les lobbies des multinationales – très bien organisés à Bruxelles – continuent leur avancée pour influencer le cadre juridique des autorisations de semences, et ce malgré le refus majoritaire et récurrent des députés européens (Verts) et la militance mondiale des associations pour protéger le vivant et l’agriculture paysanne.

L’affrontement entre les tenants de la préservation de la biodiversité cultivée et les industriels du secteur agroalimentaire se joue en effet sur le terrain du droit, que ce soit au niveau national ou européen. Par exemple, votée en décembre 2011 et passée inaperçue dans l’opinion publique, la loi relative aux certificats d’obtention végétale a été présentée par les parlementaires comme un texte visant à mettre la France en conformité avec un accord international sur les obtentions végétales datant de 1912.

En fait, cette loi sert surtout à protéger les intérêts commerciaux des grands semenciers en interdisant aux paysans de ressemer les semences achetées sauf pour une vingtaine d’espèces mais pour lesquelles ils doivent acquitter des royalties. Le poids économique du secteur semencier a joué en sa faveur. La production et le commerce des semences représentent des sommes colossales, à titre indicatif le chiffre d’affaires à l’exportation des semenciers français dépasse le milliard d’euros en 2010-20113, selon le bilan publié par le Groupement National Interprofessionnel des Semences qui représente les intérêts de ce secteur.

La bataille juridique se joue au niveau européen sur la question de la commercialisation des variétés non inscrites au Catalogue officiel des espèces et variétés de plantes cultivées. Beaucoup de variétés n’y figurent pas car elles ne répondent pas au critère d’homogénéité qui stipule que toutes les plantes issues d’une même semence doivent être identiques.

Or les semences paysannes présentent une grande diversité génétique, chaque individu y est différent, d’où leur intérêt pour la biodiversité. Ces semences sont menacées de disparition si elles ne sont plus cultivées. Mais les résistances s’organisent.

Au niveau national, les réseaux mobilisés pour la défense d’une agriculture paysanne et pour la préservation de la biodiversité ont lancé une campagne commune intitulée « Semons la biodiversité« . Au niveau local, même à l’échelle d’un territoire comme Montreuil-sous-Bois (93), il est possible de s’organiser pour que la biodiversité urbaine et francilienne ne disparaisse pas pour les profits économiques de quelques-uns.

Par exemple, il est possible de participer à la conservation de semences et de graines rustiques cultivées dans les jardins en favorisant par l’échange et le don, la libre circulation des graines et des végétaux. En ce sens, la Ville de Montreuil utilise le portail des jardins partagés d’Ile-de-France pour y créer une page de troc destinée aux Montreuillois-e-s qui sera en ligne à partir de juin sur www.jardinons-ensemble.org

De leur côté, un nombre important d’associations montreuilloises ont à cœur de protéger la biodiversité et sont depuis longtemps actives en ce domaine. Parmi elles, figurent la Société Régionale d’Horticulture de Montreuil et le Sens de l’Humus qui présenteront leur action locale lors de la matinée du 31 mars.

Rendez-vous le 31 mars 2012 à Montreuil-sous-Bois !

Renseignements pratiques
Hôtel de Ville de Montreuil
Métro : ligne 9, station Mairie de Montreuil.
À partir de 9h30, de 10h à 12h30 suivi d’un pot.
Récolte de graines et greffe de 14h à 16h30
Entrée libre, réservation obligatoire au 01 48 70 67 94 ou par mail onseme@montreuil.fr pour le débat et pour les ateliers. (suite…)