Archives de mots clés: Corydalis

Corydale bleu turquoise dans le square Saint-Médard

Corydale bleue (Corydalis) dans le square Saint-Médard au printemps dans Paris 5e (75)
La corydale bleue (Corydalis flexuosa, Corydalis elata et leurs variétés) n’est pas fréquente dans les parcs et jardins parisiens. Et pourtant, son bleu unique et l’élégance fragile des fleurs en font une plante vivace de choix dans les endroits frais et ombragés.

J’en ai découvert un pied dans le square Saint-Médard, dans le 5ème arrondissement de Paris et je me suis empressé de le photographier car la rencontre est peu fréquente à moins de courir les fêtes des plantes au printemps.

Sur mon balcon, j’ai renoncé à cultiver cette plante vivace pourtant bien rustique. Dès que les températures grimpent et que le terreau sèche vite, elle se met en repos. Et on ne la voit plus pendant tout l’été. Hors en été, je veux de l’opulence !

Corydalis shimienensis ‘Berry Exciting’

Corydalis shimienensis 'Berry Exciting', Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91)
J’ai acheté ce corydalis doré à Pierre Lavalée (Pépinière du Beau Pays) qui expose en ce moment à Saint-Jean de Beauregard (Essonne) pendant la Fête des Plantes. Jolie plante vivace au feuillage découpé comme une fougère, très lumineux. Mais avec un nom à coucher dehors !

Corydalis shimienensis 'Berry Exciting', Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91) (suite…)

Le mur végétal du Musée du quai Branly (Paris 7e) au printemps

Mur végétal de Patrick Blanc au Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Quand les plantes ont bien repoussé et se mettent à fleurir en masses au cours du printemps, le mur végétal du Musée du quai Branly (Paris 7e) est particulièrement impressionnant. Un immense jardin entre ciel et terre…

Mur végétal de Patrick Blanc au Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Mur végétal de Patrick Blanc au Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

(suite…)

Les graines du corydalis ‘Maya’ se ramassent à la pelle !

Noyées dans la masse du feuillage toujours plus opulent, les fruits du Corydalis ‘Maya’ ont vite muri et ont commencé à laisser tomber leurs provisions de graines. Des petites graines noires qui se repèrent facilement sur le béton de mon balcon. Ramassage à la pelle obligé !

Récolte de graines sur mon balcon

Graines du Corydalis 'Maya' ramassé dans une pelle, juin 2010, photo Alain Delavie

En fait il ne fallait pas attendre que les gousses prennent un aspect desséché, car elles s’ouvrent avant. Je vais avoir des semis spontanés de corydalis dans toutes les potées et jardinières voisines. Il va y en avoir dans la rue, si les graines trouvent un peu de terre, ce qui n’est pas gagné.

Récolte de graines sur mon balcon

Fruits chargés de graines du Corydalis 'Maya' sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Il faut cueillir la grappe de fruits dès que celui situé le plus à la base commence à s’ouvrir. C’est le moyen le plus sûr pour ne pas perdre trop de semences et éviter les semis spontanés en nombre.

Il y a encore un grand nombre de fruits, ce corydalis ne cessant pas de fleurir. Il va y avoir des graines, une belle récolte !

Géant, le corydalis ‘Maya’ !

De jour en jour, mon pied de Corydalis ‘Maya’ prend de l’ampleur et s’étale en tous sens. Alors que ce n’est que son premier printemps sur mon balcon, la touffe est déjà devenue énorme.

Plante vivace à feuillage panaché

Gros pot de Corydalis 'Maya' sur mon balcon, avril 2010, photo Alain Delavie

Je ne connais toujours pas l’origine de ce corydalis, que j’avais acheté chez la Pépinière Lumen l’automne dernier, mais sa vigueur est impressionnante. Le feuillage se développe dans tous les sens, avec des feuilles très découpées, vert bleuté plus ou moins panaché de crème ou de blanc. Et les grappes de fleurs jaune et marron se succèdent, les premières apparues à la fin de l’hiver commençant à donner des fruits.

Plante vivace à feuillage panaché

Feuillage panaché et floraison printanière du Corydalis 'Maya' sur mon balcon, avril 2010, photo Alain Delavie

Il ne faut pas lésiner sur les arrosages, car la plante boit beaucoup et montre vite des signes de soif si on oublie. Un peu comme les coeurs-de-Marie en fait. Les nuits fraîches de ce début de printemps ne la gênent pas du tout. Elle pousse, elle pousse !