Archives de mots clés: bégonias Dragon Wing

Chaleur : certaines plantes aiment, d’autres pas…

Bien content d’avoir la clim dans mon bureau toute la journée, car la chaleur en sortant était plutôt accablante aujourd’hui. Sur le balcon, les plantes résistent, certaines mieux que d’autres.

L’impatiens africaine (Impatiens tinctoria) est celle qui souffre le plus. La sécheresse de l’air urbain ne lui convient pas et les araignées rouges commencent à faire des dégâts, les feuilles jaunissant petit à petit, mais avec quand même des nouvelles pousses à la base. La renouée panachée (Fallopia japonica ‘Variegata’) a le bord des vieilles feuilles complètement desséché. Ce qui me rassure, c’est qu’elle fait plein de nouvelles feuilles et que même dans les Vosges, j’ai vu des pieds avec des feuilles desséchées alors que le jardin était très humide. Avec les plantes panachées, c’est souvent difficile ! Les coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis ‘Alba’) résistent pas mal, moyennant des arrosages copieux presque tous les jours. Sol frais obligatoire sinon le feuillage se dessèche et se recroqueville en un rien de temps. L’impatiens bleue de l’Himalaya (Impatiens namchawarbensis) fleurit abondamment, mais le feuillage commence à souffrir de la sécheresse ambiante.

Tout le reste se porte très bien, toujours avec des apports d’eau réguliers, pratiquement chaque jour avec ces températures très élevées. Bien sûr les plantes exotiques sont à la fête. Les sauromatums (Typhonium venosum) ont déployé leur large feuille découpée. Les hibiscus rustiques (Hibiscus coccineus et la variété ‘Alba’) sont maintenant arrivés au-dessus de la balustrade. Plus d’un mètre de hauteur, ils devraient en principe encore doubler. Ils sont superbes, mais les boutons floraux ne sont toujours pas apparus. Ils ont du retard cette année… Quant aux impatiens sodenii (Impatiens sodenii subsp. sodenii), elles ont formé des buissons de près d’un mètre de hauteur. Cette espèce supporte sans problème chaleur et soleil, avec de l’eau au pied en abondance. Tous les bégonias poussent sans problème car leurs racines ne manquent pas d’eau. Les bégonias Dragon Wing commencent à devenir spectaculaires, véritables bouquets de fleurs écarlates qui se renouvellent sans cesse. Mon pied de saruma (Saruma henryi) que je vantais en début d’année est maintenant arrivé au niveau de la balustrade, avec toujours des fleurs et son lot de graines qui se répandent un peu partout.

Bref, ma petite jungle urbaine prend forme et vigueur. Et la corvée d’arrosage bat son plein ! Double d’ailleurs, car je joue le gardien d’un autre balcon pendant que ses propriétaires sont partis se dorer au soleil du grand Sud. Mais bon, j’arrête mon bavardage, car l’orage menace, les éclairs sillonnent le ciel, impressionnant !

Les hivers se suivent, mais ne se ressemblent pas !

-3 °C sous abri ce matin dans la capitale, le froid continue à glacer les jardins parisiens et franciliens. Deux hivers froids successifs, mais normaux pour la région, bien différents de l’hiver 2004-2005 qui fut si doux…
La fin de l’automne et le début de l’hiver dans le froid ont déjà bien dégarni les jardinières et les massifs. Les plantes frileuses n’ont pas résisté, sauf celles vraiment bien protégées. Cet hiver, mes bégonias ‘Dragon Wing’ ont presque tous gelé.Il reste encore un pied qui a des tiges vertes à la base, mais si janvier et février restent les mois les plus froids de l’année en France, mon dernier bégonia n’a aucune chance. C’est le triste sort des fleurs d’été, l’avantage est que cela fait un peu de place sur le balcon toujours trop planté au coeur de la belle saison. Les minis cyclamens résistent bien, mais ils sont plus près du mur de l’appartement, ce qui permet de gagner 1 ou 2 °C.Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Ces bégonias sont en fait des plantes vivaces, qui peuvent survivre plusieurs années quand elles sont abritées des gelées. L’hiver 2004-2005 a été très doux en région parisienne. Fin décembre 2004, mes potées de bégonias ‘Dragon Wing’ étaient encore des bouquets de fleurs.

(Photo prise le 29 décembre 2004)

Au printemps 2005, je n’ai pratiquement rien acheté, mon balcon était déjà complet, fleuri à souhait. Et j’ai eu des potées de bégonias énormes l’été suivant ! Ce ne sera pas le cas cette année.

Que faire si le froid persiste ?
– Envelopper les pots des plantes frileuses avec plusieurs épaisseurs de plastibulle ou de voile d’hivernage. Cela protège les racines et permet de sauver la souche.
– Recouvrir les feuillages avec un voile d’hivernage en non tissé, en veillant à ne pas l’appuyer sur les feuilles et tiges. Il faut disposer des tuteurs pour bien entourer la plante comme dans une petite serre.
– Approcher les potées le long du mur de l’appartement ou de la maison, à l’abri des courants d’air les plus froids.
– Ne pas laisser d’eau dans les soucoupes. Au moindre redoux, penser toutefois à arroser les plantes car le gel dessèche le sol. Il faut arroser en fin de matinée et vider les soucoupes avant la tombée de la nuit s’il reste de l’eau.

Mes floraisons du week-end : impatiens, bégonias encore et toujours !

Les jours se suivent avec une météo très variable, mais les fleurs se succèdent sur mon balcon, maintenant très envahi par la végétation opulente à souhait.Petit inventaire des floraisons de ce week-end :
– Le bégonia Fragrance ‘Apple Blossom’, couvert de grosses fleurs doubles bien parfumées.– L’impatiens bleue (Impatiens namchawarbensis), pas toujours facile à photograhier car les fleurs se cachent souvent derrière les feuilles.– Le Begonia boliviensis, couvert d’une multitude de fleurs vermillon.– Très proche du précédent, le bégonia Bonfire forme une belle cascade de fleurs vermillon plus foncé, qui s’accordent bien avec les fleurs de la grande impatiens (Impatiens Walleriana-Hybride).– Les bégonias Dragon Wing, toujours aussi généreux quel que soit la météo.