achats – Paris côté jardin

Archives de mots clés: achats

Pas de black friday mais un green saturday avec des nouveaux achats de plantes d’intérieur

Plantes d'intérieur, Philodendron, Anthurium, Chirita, Scindapsus, Paris 19e (75)Je n’ai pas cédé aux nombreuses sollicitations pour le « black friday », mais en faisant un tour hier samedi chez Truffaut (Paris 13e), j’ai trouvé plusieurs plantes d’intérieur que je me suis empressé d’acheter et de rapporter chez moi. Vive le « green saturday » !

Ma visite chez Truffaut était plutôt pour le rayon aquariophilie, mais l’assortiment de plantes d’intérieur méritait le détour et je suis revenu avec un grand sac bien rempli. Une potée de jacinthes blanches forcées, un pied d’anthurium avec une multitude de petites inflorescences rouge vif, une potée de Chirita (étiquetée Streptocarpus…) à grandes fleurs en trompettes blanches, un Scindapsus aux feuilles fortement nervurées et gaufrées et un jeune pied de Philodendron bipinnatifidum.

Au hasard d’un rayon, j’ai été interpellé par une de mes abonnées sur les réseaux sociaux. Cela surprend de s’entendre appeler sans connaître la personne qui vous parle. Mais ce fut une rencontre fort sympathique. Visiblement, ce rayon de plantes d’intérieur nous a fait craqué tous les deux.

De retour chez moi, j’ai trouvé une place pour chacune des plantes. Toutes sont installées… Et je peux encore circuler dans mon appartement !

Les achats de sapins de Noël en 2016

Infographie, sapins de Noël naturels ou artificiels, AFSNN - VALHOR, 2016

Depuis le début du mois de décembre, la plus grande partie des achats de sapins de Noël a déjà été effectuée, plus de 60 % des acheteurs faisant l’acquisition de leur sapin pendant la première quinzaine. Avec une nette préférence pour les sapins de Noël naturels.

Au cours de l’hiver 2015-2016, 22 % des foyers français ont fait l’acquisition d’un sapin (-1,4 point par rapport à 2014), parmi lesquels 83,1 % ont fait le choix du naturel, contre 16,9 % pour l’artificiel.

Les français sont attachés à la tradition de Noël et à son symbole incontournable : le sapin de Noël naturel. Mais malgré cet attachement, l’année 2015 a affiché, pour la première fois depuis des années, un léger fléchissement des ventes de sapins de Noël naturels (baisse de 1 point par rapport à 2014), principalement lié à l’actualité tragique du mois de novembre. Ainsi, d’après l’étude réalisée en décembre 2015 pour FranceAgrimer et VAL’HOR, 5,3 millions de sapins de Noël naturels ont été acheté en décembre 2015 ce qui représente un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros.
(suite…)

Achats de végétaux d’ornement à l’occasion des fêtes de fin d’année

Potées de jacinthes forcées, photo ©Ivonne Wierink / Fotolia
26,2 % des foyers en France ont acheté un végétal d’intérieur en décembre 2014, soit 7,3 millions de  foyers, dont un peu moins de la moitié (13,1%) pour offrir à l’occasion de Noël et des fêtes de fin d’année.

Au cours des trois dernières années, les foyers ont été de moins en moins nombreux à offrir à cette occasion. Le budget consacré à l’achat de végétaux d’intérieur pour offrir à Noël (23,9 €) a légèrement diminué (- 0,8 €) par rapport à décembre 2013, et se retrouve au même niveau qu’en décembre 2012. La diminution est cependant un peu plus forte si on se focalise sur l’ensemble des achats de végétaux d’intérieur en décembre (- 1,3 € versus 2013). S’agissant des catégories, on note que la part des acheteurs de compositions florales pour offrir à l’occasion de Noël et des fêtes de fin d’année progresse depuis 2012. Le nombre d’acheteurs de fleurs coupées est également en progression versus décembre 2013. (suite…)

Les achats des Français à l’occasion du 1er mai

Bouquet de muguet, photo © Hellen Sergeyeva - Fotolia.com.jpg
D’après le panel de consommateurs TNS cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor, en 2014, le montant des dépenses des Français pour l’achat de végétaux d’intérieur à l’occasion du 1er mai s’est élevé à 26,5 millions d’euros soit un recul de 1 % par rapport à l’année 2013. Les achats destinés à être offerts à l’occasion du 1er mai ont pesé pour 23 % des quantités et 12 % des sommes dépensées sur les mois d’avril et de mai 2014.

Avec 38 % de parts de marché valeur, les fleuristes restent le principal lieu d’achat mais perdent cependant 11 points entre 2013 et 2014 au profit de la grande distribution et plus particulièrement sur les pots.

Les achats de muguet
Au sein des achats à l’occasion du 1er mai 2014, le muguet (brins, bouquets, pots …) a représenté 98 % des quantités achetées et 95 % des sommes dépensées. À noter que les achats de muguet (brins + pots) effectués en 2014 retrouvent leur niveau de 2012 (en valeur) après une baisse de 7 % en 2013.
Avec 2,3 millions de pots pour 18,4 millions d’euros, les dépenses pour les achats de muguet en pots progressent en 2014 de plus de 20 % par rapport à 2013, tandis que les achats en brins reculent de 19 %. À noter que ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées sur la voie publique auprès des particuliers.
De la même façon que pour l’ensemble des végétaux d’intérieur, les fleuristes restent le principal lieu d’achat du muguet. Cependant, on note des évolutions qui divergent selon le style de présentation du muguet. On constate davantage d’achat chez les personnes de plus 50 ans avec une vraie prépondérance pour les régions méditerranéenne et parisienne. Par rapport à la référence nationale, les catégories « retraité », « ouvrier », et « commerçant, artisan et chef d’entreprise » conservent davantage cette tradition d’achat à l’occasion de cette fête calendaire.

Mes achats de plantes à l’École du Breuil (Paris 12e)

Mes achats de plantes de l'École du Breuil sur mon balcon, Paris 19e (75)
Ma visite de l’École du Breuil a été une nouvelle fois fructueuse. Au plaisir de flâner parmi les collections végétales s’est ajoutée la joie de dénicher encore une fois des plantes inattendues. Pour dix euros seulement, je suis revenu avec ces huit jeunes plants que pour la plupart je ne trouverais nulle part ailleurs.

  • Deux pieds de balsamines (que je suppose à fleurs blanches compte tenu du vert clair sans rouge des tiges)
  • Un pied de Dahlia merckii (et oui, j’en ai déjà un superbe, mais j’en voulais un autre. Et j’ai appris qu’il se multipliait facilement et fidèlement par graines)
  • Un pied de sauge ‘Hot Lips’ (petites fleurs bicolores rouge vif et blanc, au coloris assez variable, certaines fleurs étant parfois entièrement rouges, d’autres blanches).
  • Un pied de Trachelium caeruleum à fleurs blanches (une plante vivace assez rustique dans Paris en terrain bien drainé, incroyablement résistante et florifère)
  • Deux pieds de Ceratotheca triloba (un look de digitale à fleurs blanches, mais avec une floraison tout au long de l’été. Une annuelle dont il faut récupérer les graines après floraison)
  • Un pied d’ageratum bicolore (les pompons sont blancs et bleus).

Il ne me reste qu’à installer tout ce beau monde sur mon balcon. Mais avec une tendinite tenace à l’épaule gauche qui ne veut toujours pas me lâcher, le poignet droit en vrille et les genoux rabotés suite à une belle chute dimanche dernier, le jardinier est plutôt endolori et handicapé… Heureusement, la terre est moins basse sur un balcon !

Dahlia coccinea et Dahlia merckii, mes achats à l’École du Breuil (Paris 12e)

Jeune plant de Dahlia coccinea dans une grosse potée sur mon balcon, printemps, Paris 19e

De ma visite à l’École du Breuil (Paris 12e) à l’occasion des portes ouvertes, je suis revenu avec deux plants de dahlias que je n’imaginais vraiment pas trouver, mais c’est un des charmes de cette manifestation qui réserve toujours d’excellentes surprises. J’ai donc acheté un jeune pied de Dahlia coccinea et un autre de Dahlia merckii. Deux espèces botaniques à fleurs simples et feuillages très décoratifs.

Dahlia merckii, Astéracées,École du Breuil, Paris 12e (75)

Dahlia coccinea fait des fleurs simples rouge brique et peut devenir très grand. Dahlia merckii donne des petites fleurs simples roses et reste assez petit. Ce sont deux espèces que j’avais repérées depuis longtemps et que je souhaitais cultiver. Voeu exaucé ! Et sans me ruiner, chaque plant ne coutant que 2 euros chacun.

Cette fois-ci j’ai rempli le moindre espace libre sur mon balcon. Il ne me reste plus qu’à espérer un temps plus chaud et ensoleillé pour que tout pousse.