Exposition « Jardins » au Grand Palais du 15 mars au 24 juillet 2017

Affiche de l'exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)Dimanche dernier, j’ai eu l’immense plaisir de parcourir en avant-première la nouvelle grande exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais qui va ouvrir ses portes le 15 mars 2017. Un grand rassemblement pluridisciplinaire de peintures, sculptures, photographies, dessins, films, etc. pour refléter toute la diversité des jardins. À découvrir sans plus tarder !

Le pot doré de Jean Pierre Raynaud, exposition Jardins, square Jean Perrin, Grand Palais, Paris 8e (75)Jardins se veut un modeste écho à la phrase, souvent reprise mais essentielle, de Foucault : « Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde. »

150 ans après la publication de l’ouvrage fondateur d’Arthur Mangin, Les Jardins : histoire et description et quarante ans après l’exposition déterminante de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites en 1977, Jardins, 1760-1820. Pays d’illusion, terre d’expérience, l’engouement que suscite le patrimoine vert en France ne se dément pas, avec aujourd’hui 22 000 parcs et jardins présentant un intérêt historique, botanique ou paysager, dont près de 2000 sont inscrits ou classés au titre des monuments historiques.

Jardins, dont le titre entend refléter sobrement toute la diversité du sujet, considère à la fois l’histoire de l’art des jardins et l’histoire des expositions sur ce thème, qui n’a que rarement retenu l’attention des institutions culturelles. Si sa présence au musée semble fondée sur une contradiction – le jardin, monument vivant, par nature changeant, éphémère et in situ, n’est-il pas l’objet par excellence d’une exposition impossible ? – les liens entre le musée et le jardin sont en vérité étroits. Lieux de savoir et de plaisir, qui naissent, grandissent et meurent, ils sont aussi un espace que peut arpenter, à son rythme, le visiteur.
Éclair vert, PVC, feutre, eau, plantes, Patrick Blanc, exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)Le sujet est étudié dans sa définition essentielle : comme enclos, entité délimitée au sein d’un territoire, espace mis en scène et donc miroir du monde.

Présenté dans les Galeries nationales du Grand Palais, ce rassemblement pluridisciplinaire de peintures, sculptures, photographies, dessins, films, etc., n’est ni une histoire complète de l’art des jardins, ni un état des lieux qui prétendrait à l’exhaustivité. Des notions connexes, comme celle de nature, seront tenues à l’écart d’un propos fermement centré sur son sujet mais qui entend néanmoins montrer, comme dans un grand collage, le jardin comme œuvre d’art totale, qui éveille tous les sens, et poser la question essentielle de la représentation.

Le parcours thématique, où s’entremêlent l’histoire de l’art et celle des sciences, est construit comme une promenade où le jardin « réel » – ni littéraire, ni symbolique, ni philosophique – est entendu à la fois comme ensemble botanique et construction artistique. Cette exposition « jardiniste », un mot d’Horace Walpole repris par Jean-Claude-Nicolas Forestier, entend défendre le jardin comme forme d’art et ses créateurs comme artistes.

Jardins se concentre sur les expérimentations menées en Europe – et plus particulièrement en France – de la Renaissance à nos jours. Si le jardin médiéval est souvent le point de départ des grands panoramas de la discipline, l’histoire de l’art comme celle de la botanique invitent à privilégier un autre commencement. À la Renaissance, les savants et les artistes animés par une nouvelle démarche critique relisent les sources antiques – illustrées par la présence inaugurale, au sein de l’exposition, d’une fresque de la Maison du Bracelet d’or de Pompéi – à la lumière d’une observation minutieuse de la plante. Ces réinterprétations, accompagnées de véritables révolutions artistiques incarnées par les extraordinaires dessins d’Albrecht Dürer, conduisent aussi à la création à Padoue (1545) du premier jardin botanique. Si les plantes y sont toujours cultivées pour leur rôle utilitaire, leur rassemblement a désormais aussi une vocation démonstrative et sert de support à l’enseignement scientifique. L’hortus conclusus médiéval se brise et s’ouvre au monde, avec des jardins qui s’enrichissent des découvertes des grands explorateurs ; il s’ouvre aussi au paysage, entre dans le champ des arts et devient un véritable projet pictural pour des artistes qui disposent, notamment grâce à la perspective, d’outils de représentations inédits et révolutionnaires.
Aquarelle et gouache, Albrecht Dürer, exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)
De la petite touffe d’herbe d’Albrecht Dürer au « jardin planétaire » de Gilles Clément, les jeux d’échelles constituent un fil rouge de ce parcours.

Plan de l'exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75Scénographie de Laurence Fontaine
Extérieur et intérieur
“ Etymologiquement et physiquement, le jardin est un enclos, une entité autonome et individualisée, découpée dans un territoire ; il est aussi miroir du monde et rend compte d’une manière de voir la nature, de la mettre en scène et de la penser. “ Laurent Le Bon
Vu depuis la maison, par dessus le mur, à travers la grille, le jardin n’existe que par sa limite et dialogue avec le paysage. Les notions d’extérieur et d’intérieur, du regard de l’un vers l’autre, guident la scénographie.

Le cadrage
Le film Meurtre dans un jardin anglais de Peter Greenaway sert de fil conducteur à l’élaboration de la scénographie. La présence matérielle d’un cadre invite le visiteur à découvrir les pièces de l’exposition comme à travers une fenêtre. Il adopte le regard des commissaires qui proposent un parcours immersif parmi des tableaux presque tous sans personnage. Le visiteur se retrouve au milieu de toiles accrochées près du sol pour renforcer le brouillage des frontières entre présence et représentation.

Une promenade scénographique
Trois temporalités sont évoquées : les cycles de la nature, les saisons qui rythment la vie d’un jardin, le temps de la promenade. Le parcours de l’exposition y répond par une succession de moments arrêtés, de mouvement et de continuité.

Plus de 450 oeuvres exposées
La visite commence avec la terre, prélude à un vaste ensemble qui met à l’honneur les éléments premiers et le vocabulaire des jardins. Une sélection d’œuvres aux formats et aux matériaux divers évoque ces composantes essentielles. Échantillons de sols, fleurs et fruits en verre et en plâtre, outils de jardiniers, feront l’objet d’un accrochage dense aux allures de cabinet de curiosité. L’herbier, entendu comme un jardin sec, sera au coeur de ce premier ensemble placé sous le signe de l’inattendu. Ce vocabulaire laisse progressivement place à la syntaxe.

Végétaux sur papier, Herman de Vries, exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)Qu’il soit décomposé, analysé, représenté ou imaginé, le jardin est toujours pensé en lien avec une figure dont la présence rythme l’ensemble du parcours : celle du jardinier. Peint, sculpté, photographié, ce dernier est mis à l’honneur, depuis les premiers croquis jusqu’aux outils du travail quotidien. Le temps de la conception est abordé grâce à un rassemblement de dessins et de plans. La présentation des évolutions chronologiques se trouve rythmée par des moments propices à la méditation comme autour des Acanthes de Matisse qui parle de ses gouaches découpées comme d’un art qui se construit à la manière d’un « petit jardin ».

Les jardins, comme les musées, sont le lieu de tous les temps – temps long, temps court, alternance des saisons ou éternité. Vus à vol d’oiseau, lieux de rassemblements, du grand domaine royal au parc public, ils sont montrés dans leur dimension collective, évoqués à travers l’histoire de leurs formes et de leurs usages. Lieux de fête et d’amour, de mélancolie et de destruction, soumis aux changements de modes et parfois laissés à l’abandon, ils font l’objet de transferts culturels intenses et sont, par excellence, une forme d’art marquée par l’ambivalence et le passage du temps. Au sein de cette histoire, plusieurs temps forts sont privilégiés. Le XVIIIe siècle, incarné dans l’exposition par le chef-d’œuvre de Fragonard, La Fête à Saint-Cloud, occupe une place essentielle dans le parcours. De même, le tournant des XIXe et XXe siècles, où représenter le jardin devient, pour les artistes, un moyen de mieux appréhender les contours d’un monde changeant et d’explorer le vocabulaire plastique de la modernité, constitue un moment clé de cette histoire.

Une promenade qui réunit certaines des plus grandes représentations de jardins de cette période propose au visiteur un parcours immersif parmi des tableaux sans personnage. La déambulation, qui se déroule alternativement dans des espaces figés par les artistes, des captures d’images de jardins à l’instant t, et dans des ensembles marqués par le sentiment du passage du temps, ménage métaphoriquement au visiteur bosquets et grandes perspectives. Le travail scénographique de l’exposition, à rebours d’une approche littérale, joue des cadrages et des jeux d’échelles, ménage des surprises – comme des ha-ha – au visiteur pour transposer, au sein du parcours d’exposition, les contours d’une promenade.

Carporama ou fruits et plantes de l'Inde modelés d'après nature, Ile Maurice, 1802-1826, Louis Marc Antoine de Robillard d'Argentelle, exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)
De la terre au jardin planétaire, le parcours prend de la hauteur et s’achève sur l’image, encore à définir, du jardin de demain et des nouveaux paradigmes artistiques, botaniques et sociaux qui le façonnent. L’exposition entend ainsi mettre à l’honneur ceux qui, notamment en France, constituent depuis plus de trente ans une génération d’exception : jardiniers, paysagistes, auteurs d’initiatives inédites où le jardin est travaillé pour son usage écologique et social, participent à ce rassemblement qui entend lui aussi mêler connaissance et délectation.

Photographies de Yann Monel, exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)
Catalogue de l’exposition
En vente dès le 15 mars
24,5 x 29 cm, 352 pages, 760 images, 49 euros.
Éditions de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, Paris 2017.

Application à télécharger, exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)

Téléchargez l’application sur l’exposition pour retrouver les informations pratiques, les audioguides et pour découvrir les secrets et les vertus des plantes.

Informations pratiques
Du 15 mars au 24 juillet 2017
Grand Palais, accès par le square Jean Perrin.
Ouverture : dimanche, lundi et jeudi de 10h à 20h ; mercredi, vendredi et samedi de 10h à 22h ; fermeture hebdomadaire le mardi.
Tarifs : 13 €, tarif réduit 9 € (16-25 ans, demandeurs d’emploi et famille nombreuse), gratuit pour les moins de 16 ans, bénéficiaires des minima sociaux.
Accès : métro lignes 1 et 13, station Champs-Élysées – Clémenceau; ligne 9, station Franklin D. Rossevelt.

Informations et réservations : www.grandpalais.fr

Exposition Jardins, Grand Palais, Paris 8e (75)#ExpoJardins

Commentaire (1)

  1. jpp

    Espérons que l’exposition vaut mieux que le charabia de la présentation et relisons Umberto Pasti et Pierre Le Tan : « Jardins, les vrais et les autres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

33 Partages
Partagez25
Tweetez
+11
Enregistrer7
Partagez