Cycle de conférences autour du thème « l’art d’André Le Nôtre sur le territoire des Hauts-de-Seine »

Jet d'eau dans le Parc de Sceaux, Hauts-de-Seine
À l’occasion du 400e anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre (1613-1700), le Conseil général organise un cycle de 6 conférences afin de présenter au public des amateurs de jardins, passionnés et professionnels, l’œuvre d’André Le Nôtre sur le territoire des Hauts-de-Seine.

  • mercredi 11 septembre à 18h – La culture paysagère d’André Le Nôtre : représentation et transformation de l’environnement au XVIIème siècle
    Thierry Mariage, Architecte des Bâtiments de France, chef du Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine de la Meuse, exceptionnellement à l’Orangerie.
  • mercredi 18 septembre à 18h – Le Nôtre en Île-de-France
    Aurélia Rostaing, historienne des jardins, auteur de « Les jardins de Le Nôtre en Ile de France »
  • mercredi 25 septembre à 18h – Le Nôtre et la science du terrain
    Frédéric Sichet, historien des jardins, paysagiste.
  • mercredi 2 octobre à 18h – Le domaine de Sceaux
    Christian Lemoing, responsable des parcs du sud du département des Hauts-de-Seine, et Dominique Brême, directeur du Musée d’Île de France.
  • mercredi 9 octobre à 18h – Le domaine de Meudon
    Francis Villadier, conservateur en chef du patrimoine.
  • mercredi 16 octobre à 18h – Le domaine de Saint-Cloud
    Sylvie Glaser, administratrice du domaine de Saint Cloud.
  • mercredi 23 octobre à 18h – La restauration des broderies du parc de Sceaux
    Pierre-André Lablaude, Architecte en Chef des Monuments Historiques, maître d’œuvre du projet.

C’est dans le département des Hauts-de-Seine que se trouve certains des parcs les plus intéressants du jardinier de Louis XIV et plus illustratifs du style dit « à la française » : le domaine de Saint-Cloud, que Le Nôtre redessina pour Monsieur, le frère du roi, et qui constitua un défi majeur pour le concepteur, à cause de la complexe morphologie du terrain et du parc préexistant ; le domaine du fils de Louis XIV à Meudon, dans lequel Le Nôtre intervint dès 1679, lorsqu’il appartenait à Louvois, ministre de la guerre ; et, bien entendu, le parc de Sceaux, voulu par Colbert et agrandi par son fils, le marquis de Seignelay, qui continue à évoluer, de nos jours, notamment grâce à la restitution des parterres de broderies d’origine.

Chacun de ces domaines illustre une facette particulière du style de Le Nôtre, car dans chacun d’entre eux le jardinier dut faire face à des contraintes du terrain, aux goûts des commanditaires, à des stratégies politiques spécifiques. Néanmoins, dans tous ces sites, le génie de Le Nôtre et la singularité de son art apparaissent clairement: un goût prononcé pour des jeux d’optiques d’une subtilité inégalée, l’échelle territoriale qui déborde bien souvent de l’enceinte des domaines, le travail très complexe sur l’organisation et la hiérarchisation des espaces, le contraste entre les pleins (les bosquets) et les vides (les grands axes), les perspectives tantôt accélérées tantôt ralenties…

Afin de comprendre les secrets de cette science du terrain, des historiens des jardins, des architectes et les responsables de ces parcs prennent la parole et répondent aux questions qui ne manquent jamais de se poser lorsque l’on aborde le travail d’un artiste aussi polyédrique.

Petit Château du parc de Sceaux
9, rue du docteur Berger, 92330 Sceaux.
À 18h. Inscriptions et renseignements au tél. : 01 41 87 29 71.
Gratuit.

L’Année Le Nôtre au Parc de Sceaux
En 2013, le Conseil général des Hauts-de-Seine célèbre le 400e anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre (1613-1700) avec la réintroduction des parterres de broderies et de gazon, une exposition, des conférences, spectacles musicaux, visites guidées, journées d’études destinées aux professionnels…

Samedi 14 septembre à 20h au Domaine de Sceaux, en point d’orgue du 400e anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre (1613-1700), Patrick Devedjian, Député et Président du Conseil général des Hauts-de-Seine, et Yves Révillon, Vice-président du Conseil général en charge du Patrimoine non scolaire et des Promenades vertes et de la Promenade bleue, vont inaugurer les parterres de broderies et de gazon restaurés, conçus par André Le Nôtre, en présence de Pierre-André Lablaude, Architecte en Chef des Monuments historiques et Maître d’œuvre du projet.

À 20h30, un buste en bronze de Jean-Baptiste Bergeret de Frouville (1861-1337), Maire de Sceaux de 1919 à 1925, réalisé par le sculpteur Claude Abeille, sera dévoilé dans le bosquet de Pomone en hommage à celui qui a beaucoup œuvré à la sauvegarde et à la préservation du Domaine de Sceaux.

La présentation sera suivie à 21h d’un spectacle de la Compagnie Carabosse, « Installation de feu », créé pour cette occasion.

Le chantier de restauration du parterre de borderies et de gazon en quelques chiffres :

  • 4 hectares réaménagés
  • 13 mois de travaux (automne 2012/automne 2013)
  • 250 nouveaux ifs de 1,50 m taillés en topiaire
  • 45 000 buis, soit 6 km de linéaire végétal
  • 9 600 m2 d’engazonnement.

Commentaires (4)

  1. Alain Delavie (Auteur de l'article)

    Je reçois beaucoup d’informations des Hauts-de-Seine, c’est pour cela. L’actualité concernant les parcs et jardins est importante, surtout avec cette année Le Nôtre. Je ne demande qu’à parler des autres départements. Et puis Sceaux, Versailles sont à portée de train depuis la capitale, c’est appréciable quand on est un vrai parisien sans voiture.

  2. jpp

    Le département des hauts de Seine, notamment sous l’impulsion de Marco Martella,, est très en pointe sur la question des jardins historiques.
    A propos de la Nôtre, je viens de lire les très belles pages de Michel Corajoud sur Versailles qu’il a exploré décamètre au poing (Le paysage, c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent). A lire et méditer.

  3. zansu

    J’habite dans les Hauts de Seine et je vous remercie des tous ces renseignements.
    Je signale qu’à Paris le SNHF organise une journée « porte ouverte » le 21 septembre de 10 à 19h.

  4. nanou

    comment se fait il Alain que vous nous parliez si souvent de ce qui se passe ds les HTS de Seine , vous avez des racines professionnelles
    là bas ? malheureusement pour moi c’est un peu loin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez