Droséras en terrarium

Drosera paradoxa (gauche) et Drosera madagascariensis (droite), plantes carnivores dans un nano terrarium sous éclairage artificiel, Paris 19e (75)

J’en avais envie depuis longtemps, mais cette fois-ci je me suis lancé dans la culture de plantes carnivores tropicales dans un terrarium. Avec deux espèces exotiques, Drosera paradoxa et Drosera madagascariensis.

J’ai acheté ces deux espèces à Jean-Jacques Labat, Nature et Paysages, lors de la Fête des Plantes Vivaces du Domaine de Saint-Jean de Beauregard (91).
Dès mon retour, je les ai repiquées dans un nano terrarium en utilisant un substrat classique pour le rempotage des plantes carnivores, composé de tourbe blonde et de de perlite/vermiculite. Mélange que j’ai au préalable copieusement arrosé pour le réhydrater. Arrosage avec une eau douce non calcaire bien sûr. Et un éclairage artificiel toute la journée.

Sur la photo, à gauche, c’est Drosera paradoxa. A droite, Drosera madagascariensis. La première est originaire d’Australie. La seconde pousse en Afrique tropicale et à Madagascar.

Commentaires (4)

  1. Pingback: Mes droséras après 7 mois de culture en nano terrarium » Paris côté jardin

  2. jpp

    Dommage je voyais déjà un moyen de recycler les mouches qu’on récupère dans notre compost quand quelqu’un nous balance des déchets en cours de putréfaction.

  3. Alain Delavie (Auteur de l'article)

    Elles vont se nourrir toutes seules. La culture en terrarium favorise la prolifération des moucherons, pas gênants, mais les quelques uns qui passeront finiront collées aux feuilles gluantes. Les mouches seraient beaucoup trop grosses pour ces miniatures. Et surtout pas de beefsteack !

  4. jpp

    Comment allez-vous les nourrir ?Faut-il qu’on vous aide à capturer des mouches ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Partages
Partagez1
Tweetez
+1
Enregistrer5
Partagez