Archives de mots clés: potée

Pelargonium ‘Tricolor’ gourmand en eau

Pelargonium 'Tricolor' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Cette variété au feuillage haut en couleurs s’est révélée exigeante en eau tout au long du printemps et de l’été. Au point d’être obligé de la rempoter au cours de l’été pour qu’elle puisse mieux pousser, sans craindre la moindre sécheresse.

Pelargonium 'Tricolor' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai acheté cette variété de géranium zonale en Belgique en mai dernier et au départ, je l’avais installée dans une potée avec un calibrachoa, un coléus et mon pied de Thunbergia ‘Tangerine’. Mais la Suzanne aux yeux noirs a vite poussé et s’est révélée particulièrement exigeante en eau, asséchant la terre du pot au moindre oubli d’arrosage (en l’occurence un apport d’eau quotidien). Ces à coups de sécheresse n’ont pas été du goût de mon beau géranium qui a perdu peu à peu ses feuilles, n’en gardant qu’aux extrémités des tiges. Courant juillet, j’ai décidé de le changer de pot pour lui éviter la rude concurrence pour l’eau imposée par le thunbergia devenu immense. Et bien m’en a pris, car le changement a plu au géranium qui a refait son feuillage et s’est très vite étoffé. Le tout avec des arrosages réguliers.

Pelargonium 'Tricolor' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Les feuilles sont magnifiques, arborant du vert, du crème, du pourpre et de rouge orangé. Et de nouveaux boutons floraux sont apparus, suivis par les fleurs. Le géranium zonale peut supporter une sécheresse relative en pot ou en jardinière, mais il n’est vraiment beau et florifère qu’avec des arrosages réguliers.

Festival de couleurs avec un seul pied d’Heliopsis

Heliopsis hybride en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Les fleurs de mon pied d’Heliopsis (Heliopsis helianthoides var. scabra ‘Bleeding Hearts’) changent de couleur au fur et à mesure de leur épanouissement. Et cela finit par donner cet ensemble de teintes chaudes allant du jaune lumineux au brun cuivré, en passant par un orange éclatant. J’adore !

Plus l’été s’avance, plus la floraison est abondante, pour mon plus grand plaisir. Et les fleurs durent longtemps, d’où ce camaïeu de jaune et d’orange qui s’accorde très bien avec le pourpré du feuillage. Je ne regrette décidément pas mon achat, même si à l’époque je trouvais que le jeune plant était plutôt chétif. Il s’est bien rattrapé depuis.

Mon pied de calanthe s’étoffe

Nouvelle pousse sur mon pied de Calanthe, orchidée rustique, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)C’est la première année que je cultive une potée de calanthe hybride, une orchidée rustique, sur mon balcon parisien. Après avoir profité de sa belle floraison au printemps dernier, je l’ai ensuite rempotée pour qu’elle puisse pousser à ses aises. Et cela semble lui réussir car depuis quelques jours maintenant, je vois poindre des nouvelles pousses tout autour de la touffe de feuillage.

La plante fleurie était dans un petit pot qui enserrait les pseudobulbes sans permettre la moindre croissance en largeur. Comme je savais que cette orchidée de jardin (ou de balcon !) avait tendance à s’étendre en largeur, j’ai donc bien fait de la rempoter. Les grosses chaleurs estivales ne l’ont pas incommodée, mais elle n’a jamais manqué d’eau. Et elle ne reçoit le soleil que le matin jusqu’à midi, donc jamais aux heures les plus chaudes et pénibles.

Potée de Calanthe, orchidée rustique, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75) Le feuillage est opulent, mais en fait il a très peu poussé depuis que j’ai acheté cette orchidée. Avec les jeunes pousses qui sortent, je sais maintenant que les conditions de culture lui conviennent. Prochaine étape, ce sera l’hivernage… À suivre !

Brachycome multifida pour une floraison estivale prolongée

Brachycome multifida en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Cette petite plante vivace cultivée en annuelle fait partie des valeurs sûres pour les décorations florales estivales. Avec son feuillage très fin en coussin et sa multitude de petites fleurs étoilées qui se renouvellent sans cesse du printemps jusqu’aux gelées, elle reste toujours élégante et charmante.

La plante a un faible développement et ses dimensions réduites permettent de l’accueillir dans une petite potée sur le rebord d’une fenêtre ou la rambarde d’un petit balcon. Elle pousse aussi très bien en suspension ou en pleine terre, en bordure ou tapis, à exposition ensoleillée.

Cette année, j’en ai planté un pied avec mon bégonia Summerwings Orange qui s’est montré beaucoup trop vigoureux par rapport au brachycome, mais sans pour autant l’envahir et l’étouffer. J’ai donc pu profiter de la belle floraison blanche depuis la fin du printemps et pendant les fortes chaleurs. Et cela continue ! Avec un minimum de soins, pas de nettoyage des fleurs fanées, pas de taille ou pincement, des arrosages réguliers mais pas abondants… Bref, une très bonne fleur d’été !

Quand l’hiver n’est pas trop froid, le brachycome vivace peut passer la mauvaise saison et repart de plus belle au printemps, comme un pélargonium.

Début de floraison pour mon Begonia grandis pourpre PB 03-179

Begonia grandis (pourpre) PB 03-719, Bégoniacées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Il m’aura fallu trois années pour trouver la bonne place sur mon balcon où installer mon pied de Begonia grandis pourpre PB 03-179. Cet été, la plante s’est enfin bien développée sans être gênée par d’autres plantes, montrant son joli feuillage teinté de pourpre grenat. Et elle se met à fleurir ajoutant encore un peu plus de couleurs à la potée.

Begonia grandis (pourpre) PB 03-719, Bégoniacées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Le bégonia a été installé tout seul dans une potée accrochée à la balustrade du balcon. Car cette espèce apprécie le soleil du matin et a besoin d’espace pour étaler ses larges feuilles. Et j’en profite beaucoup plus depuis qu’il est en hauteur, avec le matin des effets de transparence superbes avec les rayons du soleil.

Begonia grandis (pourpre) PB 03-719, Bégoniacées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Cette installation en hauteur devrait me permettre de récupérer plus facilement les bulbilles qui se forment sur les tiges en fin d’été et en automne.

PB 03-179, cela signifie que c’est une variété trouvée par le célèbre botaniste français Patrick Blanc. Une belle introduction provenant du Japon et que vous pouvez acheter chez Olivier Ezavin, pépinière Le Monde des Fougères.

Trio fleuri de Cuphea llavea

Cuphea llavea en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
La photo permet de découvrir et d’admirer les détails de chaque fleur beaucoup plus petite en réalité, car ne dépassant pas le diamètre d’une pièce de deux euros. La structure de la fleur est très sophistiquée, comme le savant mélange de rose indien et de violet. J’aime beaucoup !