Archives de mots clés: potée

Sansevieria cylindrica Velvet Touchz

Sansevieria cylindrica Velvet Touchz®, plante d'intérieur, Paris 16ème (75)
Après les phalaenopsis bleu canard, les petits cactus fleuris avec des immortelles séchées, les échévérias dorées ou argentées, les cactus phosphorescents, voici la sansevière cylindrique gantée !

Sansevieria cylindrica Velvet Touchz®, plante d'intérieur, Paris 16ème (75)
Cette pauvre sansevière (Sansevieria cylindrica) se retrouve affublée d’extrémités des feuilles à l’aspect velouté. J’ai photographié un pied avec des extrémités orange et l’autre rouges, mais il existe d’autres couleurs plus ou moins vives.

Sansevieria cylindrica Velvet Touchz®, plante d'intérieur, Paris 16ème (75)On ne peut pas plus artificiel, et en plus la plante est privée de lumière sur une bonne partie de son feuillage, le revêtement velouté empêchant les rayons du soleil d’atteindre le limbe foliaire. Si vous n’arrosez pas trop, la plante va rester telle quelle pendant des mois, sans pousser.

Ce serait un animal, on hurlerait à l’assassin. Mais une plante, pensez-vous, elle ne dit rien, alors certains se croient tout permis pour faire vendre…

Les couleurs d’hiver du Disporum cantoniense ‘Moonlight’

Disporum cantoniense ‘Moonlight’, feuillage panaché et persistant, sur mon balcon parisien en début d'hiver, Paris 19e (75)
Les feuilles vert clair avec une large macule blanc crème du Disporum cantoniense ‘Moonlight’ se teintent de rose plus ou moins vif quand les températures deviennent plus fraîches. Mon pied acheté il y a plus d’un an maintenant a pris ses aises et prend de plus en plus de couleur.

Le feuillage panaché est persistant tant que les températures ne sont pas trop froides. Ce qui est le cas dans Paris, l’automne n’ayant pas été froid. Mais sous l’effet des températures plus fraiches, le blanc se teinte par endroit de rose plus ou moins accentué. L’ensemble est très décoratif je trouve.

Cette plante s’est montrée robuste et facile à cultiver. Des gelées fortes font disparaitre le feuillage, mais celui-ci repousse de plus belle au printemps. Les tiges ne sont pas droites, mais plutôt zigzagantes. Le port de la plante est plutôt lâche, ça part dans tous les sens sans trop de tenue. La panachure est très marquée, je recommande cette plante aux amateurs de plantes panachées.

Belle floraison du chrysanthème ‘Goshoma Haru’ en décembre

Chrysanthème 'Goshoma Haru' en pleine floraison sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Plus l’automne s’avance, plus la floraison de mon chrysanthème ‘Goshoma Haru’ devient spectaculaire. Le pied est désormais couvert de grosses touffes ébouriffées d’un rose vif devenant plus pâle en fanant.

Chrysanthème 'Goshoma Haru' en pleine floraison sur mon balcon parisien, Paris 19e (75) (suite…)

Longue floraison de l’Impatiens stenantha

Impatiens stenantha en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Mon petit pied d’Impatiens stenantha acheté à la fin de l’été s’est bien adapté à mon balcon et ne cesse de fleurir, L’automne et les premières fraicheurs ne le ralentissent pas, les fleurs sont encore nombreuses.

Impatiens stenantha en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75) (suite…)

Belle croissance de mon Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’

Chamaecereus silvestrii 'El Gigante' en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)En photographiant régulièrement les plantes de mon balcon parisien, je peux mieux me rendre compte de leur développement. Deux photos prises à six mois d’intervalle de mon pied de Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’ montrent combien ce cactus s’est développé en six mois. Belle croissance !

Chamaecereus silvestrii 'El Gigante' sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Le cactus occupe tout le pot désormais, le balcon lui offre des conditions optimales pour son développement. Tant mieux, j’ai toujours aimé cette espèce aux nombreuses variétés. Il y en avait des grosses potées chez ma grand mère paternelle et c’est un des tous premiers cactus que j’ai cultivés. Quelques décennies plus tard, je lui suis toujours fidèle.

Pour l’instant je le laisse sur la rambarde du balcon où le soleil du matin vient le réchauffer. Dès que les premiers froids seront annoncés, je le protègerai en l’installant à l’arrière du balcon, contre le mur de l’appartement et au sec.