Archives de mots clés: potée

Composition de thunbergia, pélargonium, coléus et calibrachoa

Potée de Thunbergia 'Tangerine', Pelargonium 'Tricolor', Calibrachoa, coléus (Solenostemon) au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Il m’arrive parfois d’acheter des plantes qui me plaisent sans trop savoir où je vais les installer et encore moins à côté de quelles autres fleurs je vais les planter. Et puis quand tout est sur mon balcon, des idées viennent, s’imposent comme cette composition qui réunit un coléus, un calibrachoa, un géranium zonale et une Suzanne-aux-yeux-noirs. Un joyeux mélange avec beaucoup d’orange et de vert.

Tout a commencé avec la suzanne-aux-yeux-noirs (Thunbergia ‘Tangerine’) pour laquelle j’avais craquée. Son emplacement s’est vite imposé car je voulais qu’elle puisse enrouler ses longues tiges sur un support sans faire de l’ombre aux autres plantes du balcon. J’ai déjà bien assez de ma clématite ‘Blue River’ qui occupe beaucoup d’espace sur la rambarde.

Et puis je me suis dit que le pied de cette liane exotique allait rester vert, sans grand intérêt. J’ai alors trouvé ce coléus incroyable aux feuilles dentelées largement éclaboussées d’orange vif. De mon voyage en Belgique, j’ai rapporté le géranium zonale tricolore. Et le petit calibrachoa à grandes fleurs simples orange vif. En déballant tout, le mariage est devenu évident. Aussitôt imaginé, aussitôt planté !

Mais depuis la plantation, un vent du nord frisquet souffle et balaye la potée qui aurait bien besoin de plus de chaleur. Je vais être obligé d’attacher les tiges de la suzanne-aux-yeux-noirs qui n’arrivent pas à se fixer toutes seules à cause des courants d’air trop violents.

Petit cactus mais bardé d’épines

Opuntia picardoï au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai du prendre les précautions les plus grandes pour rempoter mon petit pied d’Opuntia picardoï couvert de petites épines très agressives à la fois pour me protéger des piqures redoutables et pour ne pas casser les petites raquettes. Et je m’en suis sorti quand même avec quelques fines épines fichées dans le pouce. Cette petite miniature sait se défendre !

Cette petite boule d’épines a bien résisté à l’hiver parisien et même à la neige qui lui est tombée dessus. Sa rusticité s’est vérifiée. Il ne lui reste plus qu’à pousser et prendre de l’ampleur. Et bien sûr, je suis impatient de la voir fleurir…

Promesses de floraison pour mon Chamaelobivia ‘El Gigante’

Potée de Chamaelobivia 'El Gigante' (Chamaecereus silvestrii 'El Gigante') au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Acheté au printemps 2016, mon pied de cactus cornichon (Chamaelobivia ‘El Gigante’) a résisté sans problème à deux hivers sur mon balcon parisien et repousse de plus belle avec le printemps qui s’installe. Des petits boutons floraux sont apparus sur les tiges les plus développées. Autant de promesses de floraison pour la fin du printemps ou le début de l’été !

Potée de Chamaelobivia 'El Gigante' (Chamaecereus silvestrii 'El Gigante') au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Les petites boules marrons que l’on voit sur la photo ci-dessus sont des boutons floraux en cours de développement. Ils doivent encore beaucoup grossir avant de laisser les fleurs s’épanouir, mais je devrais avoir de nombreuses fleurs cette année.

Compte tenu de cette culture réussie, j’ai acheté trois autres variétés de Chamaelobivia découvertes sur ebay récemment. Deux sont arrivées cette semaine et sont déjà en place, j’attends la troisième avec impatience. J’espère qu’elles se plairont comme ma belle potée de Chamelobivia ‘El Gigante’.

Renaissance de mon cosmos ‘Chocamocha’

Cosmos atrosanguineus Chocamocha au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Mon pied de cosmos chocolat (Cosmos atrosanguineus ‘Chocamocha’) a supporté l’hiver et ses rigueurs et a résisté aux attaques d’otiorhynques. De nouvelles pousses sont apparues depuis quelques semaines et elles commencent à avoir belle allure. Une nouvelle saison commence pour cette plante exotique au parfum si particulier.

À la fin de l’automne dernier, quand les températures ont commencé à bien baisser, j’ai espacé les arrosages de plus en plus jusqu’à ce que le feuillage se mette à jaunir et se dessèche. Pendant l’hiver, la potée avec la plante au repos est restée sur le balcon, à l’abri des pluies et sans la moindre goutte d’eau. Quand la vague de froid est arrivée en fin d’hiver, j’ai protégé la potée en l’enveloppant dans du plastique à bulles.

Quand les températures sont redevenues plus douces, j’ai dégagé la potée de sa protection et j’ai repris les arrosages, avec modération. Un peu plus fréquemment quand des nouvelles pousses sont apparues. Les achimènes qui étaient plantées avec ce cosmos chocolat commencent à peine à sortir. Je vais pouvoir ajouter de l’engrais organique et du compost pour fertiliser la terre qui n’a pas été changée.

La belle floraison printanière de mon cactus de Noël

Cactus de Noël, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
En quelques jours, toutes les fleurs de mon cactus de Noël se sont épanouies m’offrant un des plus beaux spectacles fleuris qu’il soit. La grâce des fleurs très sophistiquées et leurs couleurs dans des dégradés de orange valent bien la peine de patienter une année pour pouvoir enfin les admirer.

Cactus de Noël, plante d'intérieur, Paris 19e (75) (suite…)

Le soleil enflamme mon bégonia nénuphar

Le soleil dans le feuillage de mon bégonia nénuphar (Begonia x 'Erythrophylla'), plante d'intérieur
Très tôt le matin, les rayons du soleil illumine le feuillage de mon bégonia nénuphar (Begonia x ‘Erythrophylla’). Avec le jeu des transparences, les feuilles prennent alors une teinte d’un rouge éclatant et particulièrement lumineux.

Le soleil dans le feuillage de mon bégonia nénuphar (Begonia x 'Erythrophylla'), plante d'intérieur
Le rouge est d’une rare intensité et les nervures se dessinent comme autant de traits de lumière dorée. La couleur des feuilles en transparence est assortie à celle de mon étagère, rouge pompier.

‘Erythrophylla’, cela veut dire feuille rouge, le nom est on ne peut plus bien choisi. Sans soleil, seul le revers des feuilles est pourpre foncé car le dessus est vert tirant parfois sur le bronze.

Le soleil dans le feuillage de mon bégonia nénuphar (Begonia x 'Erythrophylla'), plante d'intérieurC’est beau, n’est-ce pas ?