juin 142010
 

D’origine asiatique, le patchouli (Pogostemon patchouli) se cultive très bien en pot, dehors pendant la belle saison et à l’intérieur le reste de l’année. Une plante exotique au parfum agréable, qui n’a rien d’entêtant comme celui des extraits ou parfums contenant du patchouli.

Plante exotique à parfum

Potée de patchouli (Pogostemon patchouli) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le patchouli appartient à la famille des Lamiacées, comme les menthes. Il forme un petit buisson qui pousse assez vite pendant la belle saison, avec de larges feuilles dentelées vert franc. Le feuillage se teinte de rose et de pourpre quand les températures baissent. En pinçant fréquemment les extrémités des nouvelles pousses, on obtient une plante bien ramifiée. Le parfum n’est perceptible qu’en froissant les tiges ou les feuilles. Léger quand les feuilles sont fraîches, il devient plus fort après séchage du feuillage. Environ 10 fois plus fort, mais rien à voir avec tous ces extraits et parfums qui laissent un sillage très puissant qui se reconnaît de loin.

Plante exotique à parfum

Potée de patchouli (Pogostemon patchouli) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le patchouli est assez facile à cultiver. Il aime les emplacements ensoleillés et chauds, la température ne devant jamais descendre en dessous de 10 °C. Cette plante apprécie des arrosages copieux et réguliers, le moindre coup de soif se traduisant par le flétrissement rapide de toute la plante. Du printemps à la fin de l’été, un apport d’engrais azoté stimule la croissance. Pour ma part, je préfère enrichir le terreau avec du sang desséché et de la corne torréfiée plutôt que d’apporter un engrais liquide azoté chaque semaine ou tous les quinze jours.

En hiver quand la potée est installée dans la maison ou l’appartement, il faut surveiller les attaques d’araignées rouges, très fréquentes sur cette plante sensible à la sécheresse de nos intérieurs. Les acariens envahissent vite toute la plante, provoquant une chute importante des feuilles, qui peut entraîner le dépérissement du patchouli quand l’attaque est trop sévère.

Pendant la forte période de croissance (du printemps à la fin de l’été), pincez souvent les nouvelles pousses pour maintenir un port plus compact à l’arbuste, qui a tendance à se dégarnir à la base quand on le laisse pousser tout seul. Les feuilles coupées peuvent être séchées à l’air libre, à l’ombre. Vous les utiliserez ensuite dans un pot pourri, entre les pages d’un livre ou pour parfumer agréablement votre linge.

La multiplication du patchouli est facile par bouturage d’extrémité de tige feuillée, dans l’eau, du printemps à la fin de l’été. Rempotez les nouveaux pieds bien enracinés quand les racines mesurent quelques centimètres.

Où le trouver ? Chez Jean-Marc Parra (La Ferme des Saveurs), Tropicaflore, Hodnik

mar 032010
 

Accrochée à un support en forme de coeur ou d’arceau, avec des fleurs telles des étoiles divinement parfumées : il n’est pas étonnant que cette plante grimpante, grande dame de Madagascar, soit pourtant si appréciée dans nos intérieurs. Les fleuristes et les jardineries vous en proposent en ce moment.

Plante fleurie d'intérieur

Potée de jasmin de Madagascar (Stephanotis floribunda), photo Office Hollandais des Fleurs

Le Stephanotis est un des nombreux symboles du bonheur. Ses tiges et ses feuilles coriaces sont robustes, mais ses fleurs, qui demandent de l’attention, sont vulnérables et délicates. Cette plante volubile est habituellement conduite sur un tuteur, mais les anticonformistes lui laisseront la liberté de prendre de l’ampleur et pourront ainsi obtenir un résultat spectaculaire, même en appartement. Ses lianes miniatures, de couleur verte, ont la faculté de s’accrocher sans complexe à n’importe quel support à leur portée : cordons, tringles à rideaux, dossiers de chaise, etc…

Le Stephanotis, également appelé jasmin de Madagascar (où il pousse naturellement) entre traditionnellement dans la composition des bouquets de mariée. S’il n’est guidé dans une forme spécifique, il se déploie alors en longues guirlandes, qui, rassemblées, font penser à un voile nuptial. Mais ce sont surtout ses fleurs blanches, cireuses, et de forme étoilée qui semblent sortir d’un conte de fée : il émane de ces petites trompettes une senteur qui évoque un mélange de jasmin et de lys, un parfum qui surprendra en permanence, et qui fera oublier les quelques caprices de cette plante exigeante.

Pour rendre heureux votre jasmin de Madagascar :

  • Emplacement : un endroit aéré et éclairé, à l’abri du soleil direct.
  • Température : 20°C environ.
  • Arrosage : pendant sa floraison, cette liane exubérante apprécie d’être bien hydratée, sans pour autant laisser l’eau stagner dans le pot. Le jasmin de Madagascar n’aime pas beaucoup le changement. Une fois en place, ne tournez plus le pot, car un Stephanotis que l’on vient de changer de position laissera tomber ses boutons.
  • Attention : la floraison de cette plante persistante et volubile n’est pas toujours facile à obtenir. Pour qu’elle ait lieu, il faut lui faire subir une période de repos en hiver. Conservez-la durant ces mois plus sombres dans une pièce fraîche et claire, et diminuez fortement les arrosages (attendre que la terre du pot soit complètement sèche en surface avant d’arroser).
  • Si vous voyez apparaître une grosse masse verte après la floraison, ne vous inquiétez pas ! Il s’agit tout simplement d’un fruit, qui mettra de longs mois pour arriver à maturité et libérer ses graines. Mais cela reste exceptionnel dans nos intérieurs.

Bon à savoir :
- Le Stephanotis était la plante favorite de Marilyn Monroe : elle en aimait tellement le parfum qu’elle en fleurissait toute sa maison.
- Le jasmin de Madagascar entre dans l’élaboration de certains parfums tels que Night of Fancy (d’Anna Sui) ou Love of Pink (de Lacoste), mais sa fragrance naturelle reste inégalée : plus subtile, plus chaleureuse et surtout plus durable.