Archives de mots clés: bégonia

C’est un miracle !

Oui un miracle ! Ma commande de plantes en provenance des États-Unis, partie le lundi 8 septembre dernier, arrivé chez Chronopost Roissy le vendredi 11 et bloquée depuis pour des raisons de douanes, m’a été livrée, sans que je ne fasse rien, samedi dernier (mais j’étais absent). J’ai récupéré le colis ce soir et, ô surprise, une seule plante a rendu l’âme, toutes les autres sont vivantes !

Plus d’un mois dans un colis et dans le noir complet, les jeunes plantes exotiques ont résisté, incroyable, non ? Et pourtant, quand Chronopost m’a prévenu par téléphone le lundi 14 septembre dans l’après midi (3 jours après l’arrivée du colis quand même, bravo pour un colis envoyé en Express Mail et contenant des plantes !), que le colis était retenu et qu’il fallait le faire dédouaner, je pensais déjà que tout était dans un état déplorable. Pensez donc, des saintpaulias, un bégonia rex, un épiscia et un codonanthe, tous des jeunes plants aux feuillages incroyablement fragiles. Et bien non, le colis avait été si bien fait, avec une telle minutie, que les plantes ont supporté le périple même prolongé. Seul le codonanthe a péri dans le voyage, une perte bien légère en regard de la commande passée.

J’ai donc enfin obtenu mes petites merveilles :
Saintpaulia (African violet) Golden Eyes
Saintpaulia ( African violet) Ma’s Crime Scene
Saintpaulia ( African violet) Warm Sunshine
Saintpaulia ( African violet) Rob’s Twinckle Blue
Episcia ‘Silver Skies’
Begonia ‘Dollar Down’

Un super grand bravo à la société Violet Barn, qui a emballé les plantes parfaitement, avec un souci du détail rare. Film plastique pour retenir la terre, double emballage soigneusement agrafé et scotché, plantes calées pour ne pas bouger quel que soit le sort réservé au colis, et jeunes plantes de très bonne qualité, bien formées. Je vous la recommande chaleureusement !!!

Carton rouge à Chronopost, une nouvelle fois :
–  Pour avoir appelé trois jours après l’arrivée du colis en France alors que tout indiquait qu’il avait besoin d’être livré rapidement (j’avais demandé une livraison en 48 heures).
– Parce que cette société, qui réceptionne quand même tous les colis étrangers pour les particuliers (on n’a pas le choix, compte tenu des accords entre les postes américaine et française, mais il fallait le savoir avant), ne peut dédouaner des plantes.
– Pour m’avoir indiqué trois adresses de transporteurs qui soit disant pouvaient me dédouaner les plantes, alors que l’un d’entre eux ne pouvait pas le faire, un autre était aux abonnés absents (le téléphone sonnait toujours occupé) et le troisième, fort aimable, demandait rien moins que 160 euros pour aller chercher le colis avec un nouveau certificat sanitaire (sic !). Mais ce troisième transporteur, sympa et honnête, m’avait déconseillé de payer, car pour lui aussi, après plus d’une semaine de voyage les plantes devaient être moribondes.
– Pour m’avoir demandé de signer une décharge pour le retour du colis à l’envoyeur. Chose que j’ai refusée de faire. Et j’ai bien fait, puisque finalement le colis arrive quand même.
– Pour être passé le samedi matin, sans sonner et en laissant un avis. Ca sert à quoi de donner son téléphone et d’avoir un interphone en bas de l’immeuble ???

Si quelqu’un connaît un transporteur en France capable d’importer des plantes pour un particulier depuis les États-Unis, je suis preneur, car je ne vais pas retenter l’expérience par la poste. C’est trop risqué pour ces pauvres petites plantes, qui avaient pourtant fait l’objet d’une inspection sanitaire au départ des États-Unis…

Automne chaud, balcon fleuri !

Les nuits sont fraîches, mais les journées chaudes et très ensoleillées de ces derniers jours prolongent les floraisons de l’été et dopent celles de l’automne quand l’eau ne manque pas. L’arrière-saison s’annonce bien fleurie !

Profusion aérienne du Strobilanthes rankanensis.

Dernières fleurs des hibiscus (Hibiscus coccineus, H. coccineus ‘Alba’ et H. ‘Fireball’), avec des fleurs de plus en plus hautes, maintenant à l’extrémité des tiges.

Charmante floraison du petit Begonia sutherlandii (alias B. ‘Papaya’), maintenant en compagnie de petites violas cornutas tricolores.

Passez une bonne semaine, sous le soleil et dans les fleurs !!!

Begonia grandis ssp. evansiana

La fin de l’été réussit bien au Begonia grandis ssp. evansiana. Son feuillage est maintenant opulent et la floraison se décide enfin à se dresser au-dessus des feuilles. Un rendez-vous attendu, qui se renouvelle chaque année.

Quand on voit la potée en fin d’été, on a du mal à imaginer que tout disparaît en hiver et que des petits bulbes dans le sol et des bulbilles tombés à terre, de nouvelles pousses vont sortir vigoureusement. Mon pied a le feuillage pourpre foncé au revers, ainsi que les noeuds des tiges et les pétioles des feuilles. Ce qui donne un dessus des feuilles beaucoup plus vert foncé que les B. grandis spp. evansiana classiques. Dont voici une photo prise avant hier dans les jardins de Claude Monet, à Giverny (27).J’ai d’ailleurs été surpris d’apprendre que le peintre célèbre connaissait déjà et cultivait cette espèce encore si peu diffusée de nos jours. Et pourtant, pour les jardins et balcons ombragés, c’est une plante plus qu’intéressante !

Les fleurs roses de mon bégonia sont assez grandes aussi. Une belle variété, robuste et prolifique, qui devient presque iridescente quand la lumière est plus faible.

J’ai aussi la variété à fleurs blanches, mais elle est submergée par les sceaux de Salomon et son développement reste toujours assez confidentiel. Pas de floraison cette année d’ailleurs !

La floraison tardive de cette espèce de bégonia parfaitement rustique fait qu’on la trouve plutôt à l’automne dans les fêtes des plantes. À surveiller en ce moment !

Première floraison des bégonias Fragrance

Reçues fin avril dernier, les minimottes de bégonias Fragrance ‘Apple Blossom’ de Jardin Express ont été plus longues cette année à démarrer. Elles commencent enfin à fleurir.

Première fleur, toujours aussi parfumée !
L’an dernier, les premières fleurs étaient au rendez-vous dès le 27 juin. Trois semaines de retard, il faut dire que la météo a été souvent grise et fraîche.

Tous mes bégonias sont en place…

Week-end laborieux pour planter tous les jeunes plants de bégonias récupérés la semaine précédente. Il a fallu cogité un peu beaucoup pour trouver une place à chacun, mais à une exception près, tous mes bégonias sont maintenant à leur place définitive !

Rempotages longs, pénibles et salissants, mais quel plaisir de ne plus avoir un grand nombre de petits pots à arroser… Et puis maintenant, je peux en profiter vraiment de ces beaux bégonias, car ils sont tous bien visibles. Certains seront davantage visibles depuis la rue. Petit tour de balcon pour vous montrer les nouvelles potées ou celles qui ont été modifiées.

D’un côté du balcon (le plus au Nord), 4 potées ou suspensions remplies de bégonias…Potée composée d’un bégonia Romance et d’une vergerette (Erigeron karvinskianus).Potée de bégonia Flamboyant à gauche (en vente chez Globe Planter), suspension demi lune avec un bégonia Bellfire, un chlorophytum et un bégonia Bonfire.

De l’autre côté du balcon, à l’autre extrêmité, j’ai remplacé la vergerette dans mon pot Corsica Flower Bridge par un bégonia Elegans.

Tout au bout du balcon, le sedum a été remplacé par un bégonia Bellfire et un bégonia Bonfire dans la suspension demi lune. Au passage, la première fleur des bégonias Fragrance ‘Apple Blossom’ va s’ouvrir (en bas à gauche sur la photo).

Et j’ai finalement installé mon petit pied de bégonia Papaya (= Begonia sutherlandii) au pied de mon Impatiens tinctoria. Le pot du bégonia était trop petit, il a failli périr de soif plus d’une fois. Il va maintenant pouvoir garnir le pied de cette impatiens délicate, qui a souffert de quelques coups de soif aussi. Une pénible, elle perd ses feuilles quand elle a trop d’eau et quand elle en manque…

Il me reste un pied de bégonia, Begonia Devotion, à rempoter et installer. Il semble moins vigoureux que les autres, le temps de trouver son nouveau pot et hop, le balcon sera cette fois-ci définitivement au complet.

Et mille mercis à Thierry, Delphine, Jean et Valérie pour ces merveilles !

Begonia Bonfire : cascade de feu

Depuis qu’il est disponible en France, je ne me lasse pas du bégonia Bonfire. Cette variété retombante forme très vite de superbes cascades flamboyantes.

Cette année, j’en ai mis deux jeunes pieds dans une suspension en forme de demi lune, en compagnie de deux pieds d’euphorbe Diamond Frost, aux petites fleurs blanches vaporeuses. Et pour en profiter le plus possible, j’ai accroché la potée aux barres de fer qui séparent mon balcon de celui de mes voisins. Les bégonias peuvent retomber autant qu’ils le veulent, je les vois !