Paris côté jardin

L'actualité parisienne et francilienne vue par un jardinier urbain, un jardinier parisien, citadin dans l'âme, amoureux des plantes et des jardins, mais aussi journaliste et auteur spécialisé dans les jardins et le jardinage. Tout ce qui se passe dans Paris et en Ile-de-France en relation avec les jardins, les plantes, le jardinage et la nature.

Mes derniers articles

Batterie de mini serres de culture Eda

Mini serres rondes utilisées comme terrarium, plantes d'intérieur, Paris 19e (75)En février dernier, je vous parlais de ma découverte, des mini serres rondes en forme de cloche de la marque EDA. Depuis, j’y ai mis en culture différents bégonias et saintpaulias, toujours sous éclairage artificiel. Et cela donne d’excellents résultats.

Ce modèle de mini serre en plastique se révèle assez volumineux pour y cultiver des espèces ou variétés de plantes d’intérieur à croissance faible à modérée. La hauteur de la cloche permet aux plantes de bien se développer. J’ai tenté une culture en remplissant le bac du fond avec un substrat léger, mais l’humidité est trop stagnante pour les bégonias, aussi je suis revenu à une culture en pot qui permet de mieux contrôler l’humidité du substrat. Avec une rampe d’éclairage de 120 cm de longueur, je peux éclairer cinq cloches. Et je peux intervenir dans une cloche facilement si besoin est.

Salon Marjolaine du 3 au 11 novembre 2018

Affiche du salon Marjolaine 2018, parc floral, Paris 12e (75), novembre 2018Le salon Marjolaine, le plus grand marché bio de France, s’installe une nouvelle fois dans le parc floral de Paris. Cette 43ème édition vous permettra d’aller à la découverte de 560 exposants, tous acteurs de l’agriculture biologique, de l’écologie, du développement durable et du bien-être au naturel.

Pendant 9 jours, un public attentif au mieux-vivre et curieux d’innovations va pouvoir rencontrer les acteurs les plus représentatifs d’une filière qui poursuit spectaculairement son développement. Bio artisanal à taille humaine, artisans de la terre, savoir-faire traditionnel ou innovations high-tech au service de l’Homme et de l’environnement : tous les exposants et intervenants du Salon Marjolaine ont à cœur de partager leurs expertises et transmettre leurs savoirs. Le salon Marjolaine permet une consommation en circuit court, mais aussi la rencontre avec des producteurs, artisans et transformateurs qui expliquent leurs méthodes qui dépassent le rigoureux cahier des charges imposé par le bio.

La thématique de l’édition 2018 est : « Les belles pratiques de la bio » : comment renouer avec le geste ? ». La main de l’homme est au cœur des belles pratiques de la bio. Les artisans de la terre et du goût sont mis à l’honneur dans un espace dédié dans le pavillon 0 qui rend hommage à leur savoir-faire. Pour aller plus loin, des ateliers Do It Yourself quotidiens animés par des professionnels vont permettre aux visiteurs d’apprendre leurs belles pratiques.

Décrypter les tendances et propulser les initiatives sur le devant de la scène, mettre en avant les jeunes talents de la bio : le plus grand salon de la bio-attitude a conçu deux nouveaux espaces dédiés pour souligner la bio créativité des acteurs du marché : la galerie des nouveaux produits et le Néomarjo. Dès l’entrée du salon, une vitrine présente une sélection de nouveaux produits, de nouvelles techniques ou de nouveaux services, tous secteurs confondus, avec bien sûr, toutes les informations pratiques pour retrouver le stand des exposants. Réservé aux entreprises bio créées il y a moins de cinq ans, qui ont moins de cinq salariés ou qui participent pour la première fois au Salon Marjolaine, Néomarjo est un espace dédié, situé dans le Pavillon 44, qui leur confère une belle visibilité. Une opportunité aussi pour les visiteurs, qui retrouvent facilement et en un même lieu toutes ces jeunes pousses de la bio et leurs nouvelles offres.

Pour mieux accompagner le visiteur dans ses choix de consommation bio et faciliter le repérage des produits et des exposants, le plus grand marché bio de France met en avant trois grandes thématiques de parcours cette année : les produits « sans », le végétarisme et Marjolaine pour les enfants.
(suite…)

Dia de los muertos le 1er novembre

Affiche Dia de los MuertosLe 1er novembre 2018, Lajoiedesfleurs.fr invite les parisiens à se préparer à fêter la vie d’hier et d’aujourd’hui avec deux rendez-vous chez le Comptoir Général (Paris 10e) et le Grand Marché Stalingrad (Paris 19e).

Les Français sont 64% à exprimer qu’ils aimeraient que leurs descendants se souviennent d’eux lors d’un moment festif et joyeux (Sondage réalisé en ligne par OpinionWay pour Lajoiedesfleurs.fr mené sur un échantillon de 1 071 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, les 13 et 14 septembre 2017). Pour aller dans ce sens, la réponse des millennials, digital natives, est claire et cohérente avec les nouvelles envies des Français. Ils bousculent tout, même les rites anciens et se construisent de nouveaux codes. Plus aisément que les générations précédentes, ils modifient sans complexe et profondément le rapport de toute la société à la consommation, au travail et même… à la mort, à leurs morts ! Et à la façon de les célébrer. Hors de question de sacrifier au rite des larmes pour penser à leurs chers disparus comme les traditions l’imposent encore trop souvent. Car s’ils ne sont plus là, physiquement, la mémoire qu’on en a est celle des moments heureux, des moments de partage et de bonheur. Les voici considérés au même niveau que les vivants. Haro sur la tristesse, on les célèbre avec une certaine joie… de vivre ! Et leur âme continue à vibrer via de nombreux canaux et il est même fréquent aujourd’hui de perpétuer leur mémoire sur les réseaux sociaux.

C’est dans cet esprit plus joyeux, moins formel, que l’on voit fleurir, le 1er novembre, de nouveaux gestes, de nouveaux codes, comme ceux inspirés du Día de Los Muertos mexicain que Lajoiedesfleurs.fr avaient su capter dès l’automne 2017. On se l’approprie, on le détourne, on le mixe avec les codes du pays. Il ne remplace pas les rituels existants, il s’y faufile. Ses couleurs, son énergie, ses significations et son contenu sont autant d’éléments qui correspondent aux pratiques qui se profilent… Ainsi, les fleurs y occupent toujours une place centrale car elles sont une façon de rendre un hommage personnel à un mort pour 81 % des Français. Elles sont même, source de réconfort pour 79 % d’entre eux. On ose alors d’autres variétés plus inattendues et on ne se limite plus au traditionnel pot de chrysanthèmes et à sa symbolique.

Dia de los Muertos, photo Lajoiedesfleurs.frQue la fête se propage !

Avec Lajoiedesfleurs.fr, on pousse la porte des backstages du Día de los Muertos pour se préparer à faire la fête… C’est la Toussaint… et, alors que la nature a tendance à s’assoupir, les fleurs envahissent comme par magie 2 hauts lieux du Paris qui bouge ; le Comptoir Général aux abords du Canal Saint Martin et le Grand Marché Stalingrad sur le Bassin de la Villette. Le curseur est mis sur le mode émotion joyeuse et scénographie florale époustouflante pour une atmosphère Fête des morts 100% différente … Ces deux spots incontournables des soirées parisiennes se transforment, de façon éphémère en véritables backstages inspiration Día de los Muertos. De 18 h à 22h on prendra plaisir à s’emparer de ses codes pour fêter la vie d’hier et d’aujourd’hui autrement.

Cette fête des morts nouvelle génération investi le Comptoir Général et ses squads mobiles font une descente au Grand Marché Stalingrad, pour donner envie à chacun de trouver le détail Día de los Muertos qui lui va… Celui qu’il arbora pour rendre hommage à ses disparus, à sa façon. Aucun code imposé dans ces coulisses conviviales mais des ateliers sur-mesure pour s’offrir, sans ouvrir son porte-monnaie, un maquillage personnalisé, une couronne de fleurs, une boutonnière… Car, bien sûr, le total look n’est ni exigé, ni de rigueur ! Les maquillages proposés sont subtils, réalisés par des make-up artistes pointus. Les accessoires végétaux sont délicats : on les conçoit avec des floral-designers avec les fleurs favorites des défunts et on va fêter les morts en compagnie de ceux qui s’en souviennent autour d’un verre ou d’un dîner… la fleur à la main !

Comptoir Général
De 18 h à 22 h
Ateliers maquillage et couronnes de fleurs, gratuits.
80, Quai de Jemmapes, 75010 Paris.
Métro : lignes 3, 5, 11, 9 ou 8, station République; ligne 5, station Jacques Bonsergent; ligne 11, station Goncourt. Parking public, 1, avenue Claude Vellefaux 75010 Paris.

Grand Marché Stalingrad
De 18 h à 22 h
Ateliers maquillage et couronnes de fleurs, gratuits.
6-8, Place de la Bataille Stalingrad, 75019 Paris.
Métro : lignes 2, 5 et 7bis, station Jaurès; ligne 2 et 7, station Stalingrad.
Parking public, 7 boulevard de la Chapelle.

Suivre, poster, liker, partager :
@Lajoiedesfleurs.fr
#LaJoieDesFleurs
#FleursDeLosMuertos

Un peu plus de 2 foyers Français sur 10 ont acheté un végétal à l’occasion de la Toussaint en 2017

Potées fleuries de chrysanthème dans le cimetière du Père Lachaise à la Toussaint en automne, Paris 20e (75)

  • 25% des sommes dépensées en végétaux pour le cimetière / obsèque sont réalisées à l’occasion de la Toussaint, +6 pts versus 2016,
  • Taux de pénétration : 22% des foyers en France, soient 6,2 millions de foyers en France, +3 pts versus 2016,
  • 24,8 € de budget moyen par foyer acheteur,
  • Le chrysanthème représente 74% des sommes réalisées à l’occasion de la Toussaint,
  • Lieux d’achat (en % des sommes dépensées) : en premier, la grande distribution (hypermarchés, supermarchés, supérettes et jardineries d’hypermarchés) avec 24%; en second, les fleuristes avec 20%.

(Source : Les achats de végétaux par les Français en 2017, rapport d’étude – Juillet 2018, Kantar TNS)

De l’utilisation des herbiers au XXIème siècle

SBF, Société Botanique de FranceLes collections d’herbier (l’Index Herbariorum répertorie 3001 herbiers dans le monde, représentant au total plus de 387 millions de spécimens) sont depuis plus de quatre siècles les référentiels de la diversité des plantes et de la connaissance botanique. Elles servent traditionnellement à la systématique pour la description et la classification des espèces et à l’expertise botanique pour l’identification de spécimens issus de nouvelles récoltes par comparaison avec des spécimens de référence (types). Aujourd’hui l’utilisation des herbiers va plus loin, grâce notamment aux avancées technologiques et de communication interactive.

En effet, de plus en plus de spécimens d’herbier sont numérisés et rendus accessible au public, les données de récolte sont retranscrites en masse en grande partie avec des projets de science participative et le séquençage des génomes de plantes s’est largement répandu. Un numéro spécial de Botany Letters, journal international de la Société Botanique de France, coordonné par Florian Jabbour (Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité (Muséum national d’Histoire naturelle / CNRS / Sorbonne Université / EPHE) et Guillaume Besnard (Laboratoire Évolution et Diversité Biologique (CNRS / IRD / Univ. Toulouse III Paul Sabatier), présente un état de l’art sur le sujet avec une sélection d’études originales. Les contributions internationales dressent un tableau quasi exhaustif des utilisations actuelles des collections d’herbiers : études morphologiques, génomique évolutive, écologie…

Les collections d’herbier permettent de décrire la biodiversité passée et actuelle et son organisation dans l’espace et le temps, mais aussi d’étudier l’évolution des espèces de plantes et leurs mécanismes d’adaptation à l’environnement. Les herbiers représentent donc un outil essentiel pour répondre aux problématiques environnementales comme l’impact des changements globaux et la conservation de la biodiversité.

Référence

Guillaume Besnard, Myriam Gaudeul, Sébastien Lavergne, Serge Muller, Germinal Rouhan, Alexander P. Sukhorukov, Alain Vanderpoorten, Florian Jabbour.
Numéro spécial « Herbarium – based science in the twenty-first century« . Botany Letters. 165:3-4, 323-327, Octobre 2018.

Le Jardin des Fleurs, meilleure chaîne de magasins de l’année 2018 dans la catégorie Fleuristes

Logo Le Jardin des Fleurs
Le 16 octobre 2018, l’enseigne le Jardin des Fleurs a confirmé son statut de meilleure chaîne de magasins de l’année dans la catégorie Fleuristes, un titre obtenu pour la quatrième année consécutive ! En bonus, l’enseigne a été élue meilleure franchise de fleuriste.

Lancés il y a 10 ans, les trophées de « Meilleure chaîne de magasins » et « Webshop de l’année » récompensent tous les ans les enseignes de plusieurs secteurs d’activité selon différents critères : prix, assortiment, service… Cette année, ce sont plus de 350 000 votes de consommateurs qui se sont prêtés au jeu pour désigner leurs enseignes préférées.

Lors de la cérémonie de remise des trophées qui s’est déroulée le 16 octobre dernier, l’enseigne le Jardin des Fleurs a été élue meilleure chaîne de magasins de l’année dans la catégorie Fleuristes pour la quatrième fois consécutive ! Avec une note globale de 8,77/10, le Jardin des Fleurs fait partie des 48 enseignes lauréates de cette édition 2018. Benoît Ganem, président de l’enseigne, et Émie Jaulin, responsable webmarketing & communication étaient présents lors de la cérémonie et ont accueilli cette nouvelle distinction avec fierté.

« Recevoir ce prix pour la 4ème fois consécutive, c’est un véritable honneur. Nous avons toujours cette volonté d’avancer et de progresser sans jamais se reposer sur nos acquis, cela fait partie de l’ADN du Jardin des Fleurs et des valeurs de nos équipes, au siège comme en magasin, » exprime Benoit Ganem. « Le client est au centre de nos préoccupations, sa satisfaction est notre priorité et nous y travaillons 365 jours par an. Nous avons d’ailleurs obtenu la note de 9,3/10 pour l’amabilité du personnel, c’est une vrai reconnaissance pour nous, cela va bien au-delà du trophée lui-même. C’est une récompense que nous adressons à tous les fleuristes passionnés de notre réseau. »

Le service client va d’ailleurs bien au delà du point de vente physique. « Nous avons mis en place un service client ultra-performant, » explique Emie Jaulin. « Chaque demande est traitée en direct via notre site afin d’apporter des réponses rapides à nos clients. Nous développons aussi énormément notre relation client sur les réseaux sociaux, où nous échangeons quotidiennement avec nos communautés. Ajoutons à cela des équipes en magasin professionnelles et parfaitement formées, tous les ingrédients sont réunis pour satisfaire nos clients. On se donne rendez-vous l’année prochaine pour faire encore mieux ! »

À cette récompense s’ajoute aussi, pour la première année, le prix de « Meilleure Franchise de Fleurs ». « Cette distinction salue notre stratégie de développement, axée sur une sélection rigoureuse des candidats et des emplacements, et surtout sur une confiance mutuelle entre le franchiseur et le franchisé. La relation humaine est au coeur de notre stratégie, avec nos franchisés comme avec nos clients. » conclut Benoit Ganem.

À propos du Jardin des Fleurs

Créé en 1987, le réseau de franchise compte 81 points de vente en France et se positionne comme un acteur majeur du marché de la fleuristerie. Dirigée par Benoît Ganem et Éric Grelier, l’enseigne affiche un positionnement clair : une profusion de fleurs et de couleurs pour une invitation à cueillir ses fleurs dans un véritable jardin au coin de la rue.
Le Jardin des Fleurs est une enseigne du groupe Flora Nova. Elle a été élue meilleure chaîne de magasins de l’année pour la quatrième année consécutive.