Paris côté jardin – Page 2 – L'actualité parisienne et francilienne vue par un jardinier urbain, un jardinier parisien, citadin dans l'âme, amoureux des plantes et des jardins, mais aussi journaliste et auteur spécialisé dans les jardins et le jardinage. Tout ce qui se passe dans Paris et en Ile-de-France en relation avec les jardins, les plantes, le jardinage et la nature.
Paris côté jardin

L'actualité parisienne et francilienne vue par un jardinier urbain, un jardinier parisien, citadin dans l'âme, amoureux des plantes et des jardins, mais aussi journaliste et auteur spécialisé dans les jardins et le jardinage. Tout ce qui se passe dans Paris et en Ile-de-France en relation avec les jardins, les plantes, le jardinage et la nature.

Mes derniers articles

Quand ça veut pousser, ça pousse n’importe où !

Graminée poussant sur un tronc d'arbre mort, les hortillonnages, Amiens (80)
Une graminée s’est installée sur un bout de tronc d’arbre mort et y prospère comme si elle était en pleine terre, allant même jusqu’à fleurir et se couvrir de fins épis. Un bel exemple de culture hors-sol naturelle et de la capacité d’adaptation et de résistance des plantes.

Graminée poussant sur un tronc d'arbre mort, les hortillonnages, Amiens (80)
Si la décomposition du tronc d’arbre est suffisamment avancée, la graminée dispose de matières organiques et d’un peu d’humus. Il faut juste qu’il y ait assez d’humidité naturelle pour aider la plante à se développer. Et cela doit être le cas quand on voit la verdeur de son feuillage. Plus jolie que nombre de pelouses transformées en tapis de paille depuis quelques semaines…

Ammi visnaga, la dentelle faite fleur

Ammi visnaga en été dans le parc de Passy, Paris 16e (75)
La chaleur de l’été n’empêche par de fleurir cette belle ombellifère que j’ai photographiée sous toutes les coutures dans le parc de Passy (Paris 16e). À tous les stades, les grandes ombelles étalent leurs motifs graphiques dignes des dentelles les plus sophistiquées.

Ammi visnaga en été dans le parc de Passy, Paris 16e (75) (suite…)

Ma grosse potée champêtre

Grosse potée de Kalimeris incisa 'Alba' et fougère aigle 'Lady in Red' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai cette potée depuis trois ans, mais son nouvel emplacement lui réussit particulièrement bien et j’ai maintenant un énorme bouquet de fleurettes avec une grande masse de feuillage vert qui donne à mon balcon parisien un aspect plus champêtre, plus naturel.

Fleurs de Kalimeris incisa 'Alba' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)

(suite…)

Lierre à la belle panachure blanche

Lierre à feuillage panaché de blanc en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai acheté ce beau lierre (Hedera helix) pour sa panachure blanche remarquable qui ne cesse de s’affirmer au fur et à mesure que la plante se développe et allonge ses tiges le long de la jardinière. Un bel inconnu car il n’y avait aucun nom de variété sur la potée lorsque je l’ai achetée.

J’habille de plus en plus l’arrière de mes grandes jardinières avec des lierres, choisis pour leurs petites feuilles très découpées ou leur panachure, blanche de préférence. Il faut être patient car la croissance est lente, mais régulière dès que la plante est bien reprise. Et j’obtiens des cascades toujours vertes (ou vertes et blanches) qui cachent les contenants de plus en plus. Quand les tiges touchent le sol, j’effectue une petite taille pour les raccourcir juste au-dessus, cela permet au lierre de se ramifier davantage et moi je peux nettoyer mon balcon toujours facilement.

Je ne choisis que des lierres à petites feuilles pour éviter d’être envahi comme cela est le cas avec les variétés à grandes feuilles qui poussent énormément. En général, j’en trouve en passant dans les jardineries ou chez des fleuristes assez souvent, en petits godets, cela me suffit et je patiente pour obtenir une belle plante.

Mais celui-ci, je l’aime vraiment beaucoup !

Petit calament by night

Potée de petit calament (Calamintha nepeta ssp. nepeta) en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)La chaleur de la nuit m’a fait sortir sur mon balcon à 5h ce matin, avant le lever du soleil. Avec les éclairages de la ville, ce n’est jamais l’obscurité complète dans Paris et grâce à mon appareil photo numérique, j’ai photographié ma potée de petit calament (Calamintha nepeta ssp. nepeta) dans la fin de nuit parisienne.

Je ne comprends pas pourquoi cette plante n’est pas mise plus en avant… Vivace, très rustique, insensible aux fortes températures comme aux plus froides, capable de supporter un sol relativement sec, un joli port en boule naturel, des feuilles au fort parfum de menthe et une adorable floraison qui se prolonge pendant tout l’été. Sa croissance rapide permet une culture en pot pour un décor estival, qui se renouvellera ensuite chaque année. Et elle n’est pas envahissante, aucun stolon ou rhizome traçant. Moi, j’adore !

Et cette année, elle montre son incroyable robustesse en fleurissant comme une folle en plein cagnard. Et pas besoin d’arroser tous les jours !