Paris côté jardin

L'actualité parisienne et francilienne vue par un jardinier urbain, un jardinier parisien, citadin dans l'âme, amoureux des plantes et des jardins, mais aussi journaliste et auteur spécialisé dans les jardins et le jardinage. Tout ce qui se passe dans Paris et en Ile-de-France en relation avec les jardins, les plantes, le jardinage et la nature.

Mes derniers articles

La fontaine Saint-Julien le Pauvre fleurie de chrysanthèmes (Paris 5e)

Fontaine Saint-Julien le Pauvre, potées de chrysanthème, square Viviani, Notre-Dame, Paris 5ème (75)
La douceur de l’automne parisien fait le bonheur des chrysanthèmes qui peuvent continuer à fleurir avec profusion. La fontaine Saint-Julien le Pauvre dans le square Viviani (Paris 5e) se dresse au milieu d’un tapis très coloré de ces fleurs.

Fontaine Saint-Julien le Pauvre, potées de chrysanthème, square Viviani, Paris 5ème (75)Une joyeuse profusion de fleurs en pompons pour un festival de couleurs.

Quand le cotinus n’a pas pris toutes ses couleurs d’automne

Cotinus avec feuillage d'automne partiel, Paris 5ème (75)L’automne n’en finit pas dans la capitale ! Certains feuillages d’arbres ou d’arbustes sont encore bien verts, d’autres semblent vouloir garder leurs belles couleurs et d’autres hésitent encore à se parer de leurs plus belle teintes comme cet arbre à perruque (Cotinus) photographié dans le 5ème arrondissement de Paris hier après-midi.

La couleur estivale vert bleutée des feuilles à l’extrémité de la branche offre un joli contraste avec le reste du feuillage d’un bel orange plus ou moins empourpré. Si un coup de froid ne vient pas tout faire tomber, les couleurs devraient encore s’accentuer.

Saintpaulia ‘Mac’s Virtually Velvet’

Saintpaulia 'Mac's Virtually Velvet', Gesnériacées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
De tous mes saintpaulias, cette variété est la plus florifère. Le jeune plant que j’ai reçu par la poste il y a quelques mois maintenant a très vite poussé dans son terrarium et s’est presque aussitôt mis à fleurir. Et depuis, les fleurs ne cessent de se renouveler. Un véritable bouquet !

Saintpaulia 'Mac's Virtually Velvet', Gesnériacées, terrarium, plante d'intérieur, Paris 19e (75) (suite…)

Mon mini potager d’intérieur Lilo

Basilic Thaï, basilic pourpre, estragon, culture en hydroponie, plantes aromatiques dans le potager Lilo, Prêt à Pousser, Paris 19e (75)
Je suis allé à une soirée presse chez Prêt à Pousser, start up parisienne qui propose des kits à champignons (dont je vous ai déjà parlé) et un mini potager d’intérieur baptisé Lilo. Et j’ai rapporté chez moi un exemplaire de ce mini jardin d’intérieur garni d’aromates.

Pour ce premier test, j’ai eu trois plantes aromatiques déjà germées : un estragon du Mexique, un basilic pourpre et un basilic Thaï. En moins d’une semaine, elles ont déjà bien poussé, c’est vraiment bluffant. À priori, ce ne sont pas des plantes d’intérieur, mais avec l’éclairage leds à basse consommation très performant (réglé en position « lumière d’été »), la végétation de l’estragon et des basilics est optimale.

Ce mini potager design se compose d’un support en bois sur lequel on installe trois contenants en matière plastique rempli d’eau avec un flotteur dans chacun où il faut insérer la capsule de graines de légumes, fleurs ou plantes aromatiques. Un sachet de nutriments est ajouté dans le bac à réserve d’eau. Au-dessus des trois plantes, un luminaire à leds puissants en forme de réglette permet d’installer ses cultures potagères n’importe où dans l’appartement ou la maison. Pas besoin d’avoir une grande baie vitrée baignée de soleil.

L’ensemble est réglé directement à partir de mon smartphone grâce à l’application MyLilo que j’ai téléchargée gratuitement. Après avoir indiqué les plantes que je cultive, mon Lilo s’allume tous les jours à 7h et s’éteint à 22h30 automatiquement. Et des notifications m’avertissent pour vérifier que les capsules avec le substrat sont bien humides, qu’il est nécessaire de renouveler les sachets d’engrais, que l’heure de la récolte a sonné… L’entretien de ce mini potager d’intérieur est facile et rapide.

J’ai déjà cueilli quelques feuilles du basilic Thaï et déjà de nouvelles repoussent. La croissance est vraiment rapide, on voit pousser les plantes à vue d’oeil. Quant au parfum, il est au rendez-vous ! Même avec une culture en intérieur, sans substrat et sans soleil, la plante aromatique est vraiment bien parfumée.

Essayez, c’est l’adopter ! Dans quelques semaines, je commanderai des graines de poivron nain, de pourpier et de basilic vert à grandes feuilles qui sont proposées dans la gamme des semences et que j’ai pu découvrir lors de la soirée. Je suis aussi très attiré par le petit physalis qui donne une profusion de petites baies de la taille d’une belle groseille avec un goût bien meilleur que ce je pensais. Encore de belles expériences en perspective.

Quelques floraisons de mes saintpaulias en terrarium

Saintpaulias dans un terrarium sous éclairage artificiel, plante d'intérieur, Paris 19e (75)

Chaque jour, de nouvelles fleurs apparaissent sur mes nombreux saintpaulias cultivés en terrarium sous éclairage artificiel.

Sur la photo ci-dessus, en partant de la gauche : Saintpaulia ‘LE – Oskar’ à fleurs jaunes, Saintpaulia ‘Yellow Star’ à petites fleurs en cloches jaunes, Saintpaulia ‘Red Viburnum’ à grandes fleurs frisotées rouge grenat et à l’arrière plan, Saintpaulia ‘Silverglades Jewels’.- aux fleurs semidoubles bleu violet avec un coeur plus pâle.

Saintpaulias dans un terrarium sous éclairage artificiel, plante d'intérieur, Paris 19e (75) De nouveau Saintpaulia ‘Silverglades Jewels’, Saintpaulia ‘Red Viburnum’ et Saintpaulia ‘Mac’s Virtually Velvet’ au feuillage panaché et fleurs violettes, Saintpaulia ‘LE – Zolotoy Lev’ à grandes fleurs frisotées blanches et jaunes.

4ème édition de BirdLab, jeu interactif dédié à l’étude des oiseaux

Application BirdLabDepuis le 15 novembre 2017, la quatrième saison de BirdLab a débuté. Cette étude scientifique participative est consacrée au comportement de nourrissage des oiseaux. Grâce à un jeu sur smartphone et tablette, les participants sont invités à suivre en temps réel les déplacements de 24 espèces communes d’oiseaux sur deux mangeoires identiques. Cette expérience est proposée par AgroParisTech, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et le Muséum national d’Histoire naturelle via son programme Vigie-Nature.

En ville ou à la campagne : observer les oiseaux pour faire avancer la science
Pour participer, il suffit d’installer deux mangeoires dans son jardin ou sur son balcon, de les garnir de graines de tournesol ou de boules de graisse et d’attendre quelques jours afin qu’elles soient repérées par les oiseaux. Ensuite, il ne reste plus qu’à noter dans l’application les allées et venues des oiseaux entre les mangeoires. Une opération ludique mais qui s’avère pourtant indispensable à l’avancée des connaissances.

Application BirdLab, poster La bande des voraces
Présence des perruches à collier en Île-de-France : BirdLab permet de comprendre
BirdLab explore les interactions entre les oiseaux qui fréquentent les mangeoires. La richesse des données récoltées permet d’étudier plus particulièrement certains facteurs contextuels. Ainsi, les observations des trois premières saisons offrent une meilleure compréhension de la répartition et du contexte paysager francilien d’une espèce peu commune qui ne passe pas inaperçue, la perruche à collier. Ainsi, depuis le lancement de BirdLab en 2014, les chercheurs ont constaté une forte concentration des perruches aux mangeoires situées dans des paysages pavillonnaires denses composés principalement de jardins privés, ce qui correspond au noyau de distribution de l’espèce en en Île-de-France.
Mais cette présence diminue dès que l’on se rapproche des parcs urbains publics où la perruche bénéficie probablement d’autres ressources alimentaires. Par ailleurs, les perruches à collier sont majoritairement observées sur les mangeoires proches des sites connus de nidification de l’espèce.
La présence des perruches influence-t-elle la fréquentation des mangeoires ? Les chercheurs souhaitent désormais évaluer l’activité des oiseaux aux mangeoires en présence des perruches considérées comme espèce « nouvelle » à l’échelle nationale. La perruche freine-t-elle l’accès des autres oiseaux aux mangeoires ? Aujourd’hui, le nombre de données n’est pas encore suffisant pour mettre en évidence une relation particulière entre la perruche et les autres espèces d’oiseaux. Les observations des joueurs de cette 4ème saison de BirdLab devraient permettre d’en savoir plus !

Pour en savoir plus : http://vigienature.mnhn.fr/vigie-manip/birdlab