cactus ou autre plante succulente

Plante grasse, plante succulente, cactus… Des végétaux adaptés à la sécheresse.

Belle croissance de mon Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’

Chamaecereus silvestrii 'El Gigante' en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)En photographiant régulièrement les plantes de mon balcon parisien, je peux mieux me rendre compte de leur développement. Deux photos prises à six mois d’intervalle de mon pied de Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’ montrent combien ce cactus s’est développé en six mois. Belle croissance !

Chamaecereus silvestrii 'El Gigante' sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Le cactus occupe tout le pot désormais, le balcon lui offre des conditions optimales pour son développement. Tant mieux, j’ai toujours aimé cette espèce aux nombreuses variétés. Il y en avait des grosses potées chez ma grand mère paternelle et c’est un des tous premiers cactus que j’ai cultivés. Quelques décennies plus tard, je lui suis toujours fidèle.

Pour l’instant je le laisse sur la rambarde du balcon où le soleil du matin vient le réchauffer. Dès que les premiers froids seront annoncés, je le protègerai en l’installant à l’arrière du balcon, contre le mur de l’appartement et au sec.

Le repos du cactus

Chamaecereus silvestrii, cactus, Cactacées, potée, balcon, Paris 19e (75)Le mois de septembre touche à sa fin et malgré les températures plus clémentes et le soleil de ces derniers jours, il faut songer au repos hivernal des potées de cactus.

Même si le temps s’est bien adouci pour devenir presque estival dans la journée, il ne faut plus trop arroser les potées de cactus. Au contraire, il faut veiller à bien laisser le substrat se dessécher avant d’arroser une nouvelle fois. Un arrosage effectué en début de matinée et non plus le soir car les nuits sont trop fraiches désormais. Basses températures et humidité, c’est un cocktail dangereux pour ces plantes succulentes sensibles à la pourriture des racines et du collet. Et bien sûr, on ne laisse pas de l’eau stagner dans la soucoupe ou le cache-pot.

Et gare aux limaces pour ceux qui ont des potées autour de la maison, à proximité du jardin.

Ma potée de cactus cornichon (Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’) a beaucoup poussé cette année, au point d’occuper tout son pot. L’emplacement attribué lui a bien réussi. Le pot est bien drainé, l’eau ne stagne pas au niveau des racines. Mais la terre s’assèche quand même assez lentement, aussi je n’arrose presque plus. Le but est d’avoir un substrat bien sec quand les premiers froids seront annoncés. Je placerai la potée sous plusieurs couches de voile d’hivernage, tout contre le mur de l’appartement. Bien au sec !

Fleur parachute du Ceropegia sandersonii

Fleur parachute du Ceropegia sandersonii, plante succulente, exotique, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Souvent proposé dans les jardineries et chez les fleuristes, la plante parachute (Ceropegia sandersonii) attire par ses grandes fleurs dressées à la forme si particulière qui lui a valu son surnom français. Après une courte pause, mon pied se remet à fleurir et vient de me donner cette belle fleur.

Fleur parachute du Ceropegia sandersonii, plante succulente, exotique, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Ce ceropégia fait une excellente plante d’intérieur pourvu qu’il y ait suffisamment de lumière. Facile à entretenir, vraiment pas exigeant, il a plutôt un port grimpant et les nouvelles tiges volubiles doivent être palissées régulièrement sinon elles s’accrochent au moindre support à proximité, y compris une autre plante. Il faut inspecter la potée de temps en temps pour déceler la moindre cochenille farineuse très friande de cette plante succulente.

Marginatocereus marginatus f. cristata

Cactus, Marginatocereus marginatus f. cristata, Salon du Végétal, Nantes (44)
Le nom de cette superbe espèce de cactus a changé plusieurs fois. Elle est désormais appelée Pachycereus marginatus f. cristata, mais elle a aussi été dénommée Lemaireocereus marginatus f. cristata. Dans tous les cas, c’est une véritable curiosité à l’allure très graphique.

Cactus, Marginatocereus marginatus f. cristata, Salon du Végétal, Nantes (44)Ces formes si particulières sont le fait d’une cristation, un phénomène d’origine encore mal connue qui provoque une croissance surprenante et très différente de celle de l’espèce type. Les tiges cristées ont des formes en crête, avec des ondulations et certains cactus cristés finissent par ressembler à une cervelle.

Pachycereus marginatus f. cristata a une belle couleur vert d’eau avec des dessins blancs du plus bel effet. Une véritable pièce de collection !

Floraison de mon Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’

Cactus, Chamaecereus silvestrii 'El Gigante', fleur, floraison, potée sur mon balcon, Paris 19e (75)
Accrochée à la rambarde de mon balcon dans la partie la plus ensoleillée, ma potée de cactus cornichon (Chamaecereus silvestrii ‘El Gigante’) est bien visible et cette année, je n’ai pas manqué sa floraison et j’ai pu la photographiée.

Cactus, Chamaecereus silvestrii 'El Gigante', fleur, floraison, potée sur mon balcon, Paris 19e (75) (suite…)

Soleil et chaleur, le temps idéal pour les ficoïdes

Ficoïde, quai de la Mégisserie, Paris 1er (75)Le grand beau temps estival que nous connaissons depuis quelques jours sur la capitale fait le bonheur des fleurs qui ne s’ouvrent qu’avec le soleil comme ces superbes ficoïdes, rayonnants à souhait.

Le pont de l’Ascension nous amène une vague de chaleur précoce et exceptionnelle. Aujourd’hui, les 30 °C ont été atteints dans Paris. Ce n’est pas un record, mais il n’avait pas fait aussi chaud depuis le 13 septembre 2016. L’été s’est invité au coeur du printemps. Et on nous annonce encore plus chaud pour demain dimanche.

Une météo parfaite pour les pourpiers, les gazanias et de nombreux cactus qui fleurissent en ce moment !