Archive journalières: 4 juillet 2017

Première moisson d’orge de brasserie au Bois de Vincennes

Grains et épis d'orge, houblon, chopes de bière, photo Fotolia / id-art
La Ville de Paris a semé 4 000 m2 d’orge et planté 20 pieds de houblon au cœur du Bois de Vincennes sur l’allée royale. La moisson de l’orge avec la moissonneuse batteuse de la ferme de Paris et la récolte du houblon permettront de produire la « bière de Paris » en partenariat avec l’association Brasseurs de France.

Ces plantations, cultivées sans engrais ni traitement phytosanitaire, vont permettre de produire avec l’association Brasseurs de France la première bière brassée à Paris avec des matières premières récoltées à Paris.

Après la production en 2016 de céréales fourragères (seigle, avoine, triticale, pois d’hiver et épeautre) pour nourrir les chevaux de trait du Bois de Vincennes, les animaux de la ferme de Paris et les oiseaux sauvages par grand froid, cette nouvelle récolte parisienne s’inscrit dans la dynamique de soutien à l’agriculture urbaine et de promotion des circuits courts impulsée par la Ville de Paris.

La production de matières premières brassicoles, à commencer par le houblon, a toute sa place dans l’agriculture parisienne. Ainsi, parmi les lauréats de la première édition de l’appel à projets « Parisculteurs », Topager produira annuellement plus d’une demi-tonne de houblon sur les sites de la Médiathèque Sagan (10e) et de l’Opéra Bastille (12e). Pour promouvoir cette culture en lien avec l’ensemble des acteurs de la filière et notamment les brasseries parisiennes, la ville lancera dans les prochains mois un appel à projets dédié à la création de houblonnières sur une vingtaine de murs parisiens.

La production de la bière de Paris débute avec la moisson de l’orge en juillet puis la récolte en septembre du houblon dont les plants proviennent de Hochfelden en Alsace. Elle se poursuivra avec le maltage puis le brassage dans les chais du parc de Bercy pendant l’automne. La production attendue est de 10000 litres.

Ce mardi 4 juillet 2017, Pénélope Komitès, adjointe à la Maire de Paris, et des représentants de Brasseurs de France vont assister au travail de la moissonneuse batteuse de la ferme de Paris et à la moisson de l’orge, une première dans le Bois de Vincennes et dans Paris.

Nouvelle saison fleurie pour mes alcathéas

Alcathea suffrutescens 'Parkallee', Malvacées, fleur, floraison, balcon, Paris 19e (75)
Mes deux pieds d’alcathéa (‘Parkallee’ et ‘Parkfrieden’) se sont remis à fleurir en même temps, dès le début de l’été. Les années passent et j’aime toujours autant ces grandes plantes si florifères et élégantes. Et je ne suis pas le seul, car le ballet pour butiner des abeilles et des bourdons est incessant.

Alcathea suffrutescens 'Parkallee', Malvacées, fleur, floraison, balcon, Paris 19e (75)
Alcathea suffrutescens ‘Parkallee’ a toujours cette couleur si unique, un café au lait plus ou moins teinté de rose pâle, devenant rose plus vif quand les températures sont trop fraîches.

Alcathea suffrutescens 'Parkallee', Malvacées, fleur, floraison, balcon, Paris 19e (75) (suite…)

Potée armée contre les pigeons

Potée d'Aster x frikartii 'Mönch', de Kalimeris 'Madiva' et de Chrysanthemum avec des tuteurs en bambou et des petits treillages en plastique sur mon balcon, Paris 19e (75)Voici la potée où s’étaient installés les deux pigeons ramiers pour faire leur nid. J’ai redressé les tiges, coupé les cassées, installé des petits treillages en plastique vert et une ribambelle de tuteurs en bambous pour empêcher les oiseaux de s’y poser en abimant tout.

Avec la végétation, l’installation défensive n’est pas trop visible et elle devrait le devenir encore moins avec la croissance des végétaux. Je vais maintenant protéger les autres potées avec les mêmes tuteurs et treillages. Je vais avoir un balcon de fakir !

Après le nid de pigeons, l’oeuf !

Oeuf de pigeon ramier, oiseau, potée d'hosta, balcon parisien, Paris 19e (75)
Après avoir installé des défenses dans la potée squattée par le couple de pigeons ramiers, je craignais qu’ils ne cherchent à pondre dans une autre de mes potées ou jardinières. Et bien hier matin, surprise, la femelle avait pondu un oeuf au beau milieu de ce qui avait été une belle potée d’hosta, juste à côté de la potée protégée.

Oeuf de pigeon ramier, oiseau, potée d'hosta, balcon parisien, Paris 19e (75)
Feuillage aplati, feuilles coupées ou lacérées, tiges cassées, le spectacle n’était pas réjouissant. Et cet oeuf au milieu de la touffe de feuilles…

Oeuf de pigeon ramier, oiseau, potée d'hosta, balcon parisien, Paris 19e (75)
Je n’avais jamais vu d’oeuf de pigeon ramier, mais c’est un bel oeuf, assez gros. Mais l’oiseau est un mastodonte, ce n’est pas si étonnant. Quand il se pose sur une plante, elle est immédiatement écrasée ou raplatie dans le meilleur des cas.

Non je n’ai pas envie d’avoir de petits pigeons sur mon balcon.
Non je n’ai pas gardé l’oeuf.
Oui j’ai fait la chasse aux pigeons obstinés qui revenaient sans cesse.
Oui j’ai acheté un nombre incroyable de tuteurs en bambous et de petits treillages pour installer des défenses dans la potée d’hosta et dans les autres potées à côté.
Oui quand j’entends un « crou-crou », je bondis sur mon balcon avec un air furieux. Les voisins vont finir par me prendre pour un cinglé…