Floraison du Typhonium horstfieldii sur mon balcon

Spathes de Typhonium horsfieldii (Aracée) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Cette petite plante bulbeuse achetée l’année dernière a passé l’hiver dehors sur mon balcon sans problème (mais il n’y a pas eu de froid intense dans la capitale) et elle est repartie lentement au printemps, ne refaisant son beau feuillage velouté et très découpé qu’assez tard au printemps. Depuis quelques jours, les fleurs sont apparues au pied des tiges des feuilles. Rien de spectaculaire, c’est plutôt une curiosité pour collectionneur de plantes de la famille des Aracées.

Typhonium horsfieldii (Aracée) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)

Cette espèce de Typhonium garde des dimensions réduites, la touffe n’excédant pas les 15 cm de hauteur. Les inflorescences (les spathes) sont toutes petites aussi. Rien à voir avec le grand Typhonium venosum ou les Amorphophallus konjac, plus spectaculaires et imposants. Mais j’aime beaucoup cette petite plante à admirer de près. Les feuilles ont un bel aspect velouté, avec un vert profond qui prend des reflets bleutés quand la lumière décline. La forme de chaque feuille est aussi très particulière. Ce sont des feuilles sesquipédalées, avec les folioles (ce qui ressemblent à des petites feuilles) disposés en arc-de-cercle au-dessus du pétiole dressé de la feuille. Une architecture foliaire que l’on retrouve chez d’autres plantes de la famille des Aracées.

Spathes de Typhonium horsfieldii (Aracée) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Ce ne sont pas les plus belles spathes de la famille des Aracées.Et il faut soulever les feuilles pour les découvrir, car elles restent dissimulées sous le feuillage qui apparaît avant la floraison.

Spathes de Typhonium horsfieldii (Aracée) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)

Typhonium horsfieldii (Aracée) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)Curieuses feuilles qui ne manquent pas d’élégance.

Feuille sesquipédalée du Typhonium horsfieldii (Aracée) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)Une Aracée de plus à ma toute petite collection qui comporte deux espèces de Pinellia (P. pedatisecta et P. tripartita), bien implantées sur mon balcon où elles ont déjà passés plusieurs hivers sans protection. La première espèce est même limite envahissante. Et j’ai bien sûr d’autres espèces plus frileuses dans mon appartement comme le spathiphyllum, le philo ‘Pinocchio’ (en fait un Raphidophora), des pothos (Scindapsus)…

À propos de l'auteur :

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

Un commentaire

  1. mamiefanfan 30 juillet 2014 à 10 h 39 min

    bizarre effectivement, mais c’est telement agréable d’avoir des plantes inhabituelles chez soi !!!

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies et des services tiers. Ok