Archives de mots clés: restaurant

Edmond, nouvelle épicerie-cantine bio et sans gluten

Edmond, foodstore bio et sans gluten, 90, rue de Rennes, Paris 6e (75)
Depuis que je suis astreint à un régime sans gluten, j’ai du refaire mon carnet d’adresses pour pouvoir trouver des produits alimentaires dépourvus de toutes traces de gluten. Parmi mes bonnes adresses, je vous recommande Edmond, à la fois épicerie fine bio et restaurant.

Edmond est né des réflexions d’un incorrigible gourmand, Michael qui faisait début 2016 le même constat qu’une bonne partie d’entre nous : l’intolérance au gluten gagne de plus en plus de personnes. Le gluten, ce composant que l’on retrouve dans la plupart des protéines de blé, sucres lents classiques, desserts… Poursuivant son état des lieux du « bien manger », ce passionné constate aussi que les quelques chaines de magasins bio empruntent les mêmes codes – peu sexy – et manquent de gourmandise… ce qui manque aussi de convaincre les derniers réticents que l’on peut manger sain sans s’ennuyer. Faire le choix du bio et du sans gluten ne doit pas être une punition. Cela passe donc par la variété, des approvisionnements pointus, mais avec des prix accessibles et un espace aussi beau que peut l’être une épicerie fine urbaine : matériaux nobles – bois, marbre vert, laiton – et architecture graphique…

Edmond, foodstore bio et sans gluten, 90, rue de Rennes, Paris 6e (75)Un magasin d’alimentation et restaurant
N’écoutant que son instinct (et un peu son expertise « fooding »), Michael sait ce qu’il veut : un magasin d’alimentation à l’anglosaxonne. Alternant la supérette bio et des kiosques variés pour manger frais et gourmand, sur place ou à emporter. Résultat, ses quatre premiers kiosques ont chacun la signature des puristes du « beau & bon » : (suite…)

Le plus grand potager de Paris pour la brasserie californienne FR\AME au pied de la Tour Eiffel

Potager et verger de la Brasserie californienne Frame, Paris 15e (75)
Brasserie californienne de référence, FR\AME propose une carte riche, aux saveurs uniques et audacieuses. Le secret : l’installation inédite et exclusive d’un potager et d’un verger de plus de 600 m2 derrière le restaurant dans le 15e arrondissement de Paris.

Potager de la Brasserie californienne Frame, Paris 15e (75)
Conçu par des professionnels experts en écosystèmes urbains, la société Topager, ce jardin s’inscrit dans une démarche innovante et répond aux enjeux durables actuels. Fruits, légumes, plantes aromatiques… 250 espèces et variétés y sont récoltées. Les produits frais sont ensuite utilisés avec parcimonie dans les plats et les cocktails pour rehausser et valoriser les talents culinaires du chef Andrew Wigger.

Cultures « bio »
Uniques à Paris, le potager et le verger de la brasserie FR\AME s’étendent chacun sur 400 et 200 m2. Pensé suivant les principes du biomimétisme – une discipline consistant à imiter la nature pour récolter de nouveaux produits – le jardin est entièrement cultivé avec des méthodes biologiques : de la terre aux boiseries, aucun engrais chimique ou pesticide n’est utilisé. Le bois, non traité, provient des forêts voisines; un composteur recycle les épluchures et les déchets verts pour fertiliser les cultures; des petits espaces végétalisés sont également créés pour accueillir les oiseaux et d’autres espaces plus sauvages pour les coccinelles, les abeilles, etc. Du miel est produit par 8 ruches posées sur le toit de l’immeuble abritant le restaurant. (suite…)

La crèche de l’auberge Au Vieux Paris d’Arcole (Paris 4e)

Auberge Au Vieux Paris, rue Chanoinesse, Paris 4e (75)

Si vous allez voir la cathédrale Notre Dame sur l’Île de la Cité (Paris 4e), ne manquez pas de passer faire un tour dans la petite rue Chanoinesse, juste à côté. Vous pouvez encore y admirer la crèche et les décorations de Noël du restaurant Au Vieux Pays d’Arcole.

Auberge Au Vieux Paris, rue Chanoinesse, Paris 4e (75)

(suite…)

Les illuminations très parisiennes chez BAM (Paris 1er)

Décorations de Noël du bar à manger BAM, rue des Lavandières, Paris 1er (75)

Deux Tours Eiffel blanches et illuminées encadrent la façade du bar à manger BAM dans la rue des Lavandières (Paris 1er). Des décorations de Noël élégantes dans un style résolument parisien.

Tour Eiffeil illuminée, décorations de Noël du bar à manger BAM, rue des Lavandières, Paris 1er (75)

Sapin de Noël, Tour Eiffel, les deux ont une forme assez semblable en fin de compte…

BAM, bar à manger13, rue des Lavandières,
75001 Paris.
Tél. : +33 1 42 21 01 72.

Le Moulin de la Galette à Montmartre (Paris 18e)

Le Moulin de la Galette dans la rue Lepic à Montmartre, Paris 18e (75)

Le Moulin de la Galette dans la rue Lepic à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Le site est archi connu et touristique, presque autant que la Tour Eiffel ou l’Arc de Triomphe, mais quand on le découvre dans la perspective de la rue Lepic avec son arche de verdure à l’entrée, un air de campagne vous envahit en plein Paris…

Je suis passé de nombreuses fois dans Montmartre, mais je ne me souvenais pas de cette vue pourtant si pittoresque.
Des quatorze moulins situés sur la Butte de Montmartre qui servaient à moudre le blé et les fleurs, presser les vendanges ou concasser les matériaux, seuls deux subsistent encore aujourd’hui : le Blute-fin et le Radet, datant de 1717, juste au-dessus du restaurant. Ces deux moulins formaient le célèbre ensemble du Moulin de la Galette.

La galette était un petit pain de seigle que les meuniers Debray, propriétaires du lieu, vendaient accompagné d’un verre de lait. Après la défense de la Butte contre les Prussiens en 1814 la famille Debray se retrouve anéantie. Ils transformèrent le lait en vin de muscat et le Moulin de la Galette en bal populaire dans les années 1860. L’ambiance y est décontractée et la clientèle plus populaire que dans les autres établissements. Renoir y a peint le célèbre tableau du « Bal du Moulin de la Galette » (actuellement au musée d’Orsay), Van Gogh « Les jardins de la Butte-Montmartre », mais aussi Utrillo, Dufy, Bernard, Toulouse-Lautrec et Picasso ont immortalisé ce célèbre Moulin, dans lequel le Tout Paris venait s’encanailler et admirer les revues de La Goulue, Nini Patte en l’air et Nid d’Egoût … Après avoir servi de music-hall, il y eut un studio de télévision avec l’ORTF, puis enfin un restaurant fréquenté dans les années 80 par Dalida.

C’est aujourd’hui l’établissement du chef Antoine Heerah (Le Chamarré). Ouvert tous les jours 7/7. De midi à 23 heures, en continu. Réservation immédiate par téléphone uniquement au +33 (0)1 46 06 84 77.
Le blog d’Antoine Heerah