Archives de mots clés: Maclura pomifera

Les fruits curieux de l’oranger des Osages

Oranger des osages, Maclura pomifera, fruits, arbre, Domaine de Saint-Jean de Beauregard (91)Chaque année en fin d’été et en automne, j’ai droit à quelques questions concernant ces curieux fruits bosselés et granuleux rencontrés par des promeneurs au gré d’une balade dans les parcs ou jardins parisiens ou franciliens.

Oranger des osages, Maclura pomifera, fruits, arbre, Domaine de Saint-Jean de Beauregard (91)La fructification de l’oranger des Osages (Maclura pomifera) ne cesse d’intriguer !

Cet arbre américain originaire de Louisiane n’est pourtant pas un agrume. Il appartient à la famille des Moracées et de ce fait, il est proche des mûriers, des figuiers et des Ficus que nous cultivons comme plantes d’intérieur.

Ce que nous prenons pour un gros fruit est en fait une infrutescence, c’est à dire un ensemble de fruits accolés les uns contre les autres. Chacun d’entre eux contient une graine. La question concernant son utilisation culinaire m’est aussi souvent posée, mais ces « fruits » ne sont pas comestibles. Uniquement décoratifs.

Les drôles d’oranges de l’oranger des Osages

L’oranger des Osages (Maclura pomifera) du square des Arènes de Lutèce (Paris 5e) a perdu toutes ses feuilles comme la plupart des arbres parisiens, mais il porte encore ses curieux fruits, semblables à de grosses oranges bosselées vert vif. Une curiosité végétale de la famille des figuiers et des ficus.

Oranger des osages, arbre à fruits décoratifs

Maclura pomifera, square des Arènes de Lutèce - René Capitan, Paris 5e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Cet arbre est originaire d’Amérique du Nord. En 1818, le botaniste Thomas Nuttall le nomme Maclura aurantiaca, Maclura en hommage au géologue William Maclure (1763-1830), président de l’Académie des sciences naturelles de Philadelphie, et aurantiaca signifiant orangé. En 1906, Camillo Karl Schneider lui donne son nom actuel Maclura pomifera (qui produit des fruits).

Les fruits sont en fait des infrutescences, c’est-à-dire de nombreux fruits agglomérés entre eux. L’espèce étant dioïque, seuls les arbres femelles en donnent. Ces fruits sont inconsommables, le latex blanc laiteux qu’ils contiennent les rendant trop amers.

Si vous voulez aller admirer cet arbre insolite, il se trouve presque au coin de la rue des Arènes et de la Rue Monge. Juste à côté de l’immeuble en pointe.