Archives de mots clés: jungle urbaine

Sur un balcon, on peut faire pousser plein de plantes !

Je suis toujours étonné par ce que les jardiniers des villes arrivent à faire pousser sur leurs balcons ou leurs rebords de fenêtre. Ici un chêne, là un marronnier, ailleurs une vigne ou une glycine, tout ou presque tout semble pouvoir être cultivé en pot ou en jardinière, perché dans les airs. Et même un figuier !

Balcon parisien ou jungle urbaine

Petit balcon parisien abondamment planté, aperçu depuis la Promenade plantée, Paris (75), mai 2011, photo Alain Delavie

Si les géraniums n’ont rien de très surprenant sur un balcon, la présence d’un beau figuier est plus insolite, car l’arbre peut prendre des proportions imposantes. Cette petite jungle urbaine suspendue m’a scotché sur place !

Un bel exemple de mini jardin de ville, exubérant à souhait malgré les dimensions réduites. Bravo à celui ou celle qui l’entretient.

Chaleur : certaines plantes aiment, d’autres pas…

Bien content d’avoir la clim dans mon bureau toute la journée, car la chaleur en sortant était plutôt accablante aujourd’hui. Sur le balcon, les plantes résistent, certaines mieux que d’autres.

L’impatiens africaine (Impatiens tinctoria) est celle qui souffre le plus. La sécheresse de l’air urbain ne lui convient pas et les araignées rouges commencent à faire des dégâts, les feuilles jaunissant petit à petit, mais avec quand même des nouvelles pousses à la base. La renouée panachée (Fallopia japonica ‘Variegata’) a le bord des vieilles feuilles complètement desséché. Ce qui me rassure, c’est qu’elle fait plein de nouvelles feuilles et que même dans les Vosges, j’ai vu des pieds avec des feuilles desséchées alors que le jardin était très humide. Avec les plantes panachées, c’est souvent difficile ! Les coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis ‘Alba’) résistent pas mal, moyennant des arrosages copieux presque tous les jours. Sol frais obligatoire sinon le feuillage se dessèche et se recroqueville en un rien de temps. L’impatiens bleue de l’Himalaya (Impatiens namchawarbensis) fleurit abondamment, mais le feuillage commence à souffrir de la sécheresse ambiante.

Tout le reste se porte très bien, toujours avec des apports d’eau réguliers, pratiquement chaque jour avec ces températures très élevées. Bien sûr les plantes exotiques sont à la fête. Les sauromatums (Typhonium venosum) ont déployé leur large feuille découpée. Les hibiscus rustiques (Hibiscus coccineus et la variété ‘Alba’) sont maintenant arrivés au-dessus de la balustrade. Plus d’un mètre de hauteur, ils devraient en principe encore doubler. Ils sont superbes, mais les boutons floraux ne sont toujours pas apparus. Ils ont du retard cette année… Quant aux impatiens sodenii (Impatiens sodenii subsp. sodenii), elles ont formé des buissons de près d’un mètre de hauteur. Cette espèce supporte sans problème chaleur et soleil, avec de l’eau au pied en abondance. Tous les bégonias poussent sans problème car leurs racines ne manquent pas d’eau. Les bégonias Dragon Wing commencent à devenir spectaculaires, véritables bouquets de fleurs écarlates qui se renouvellent sans cesse. Mon pied de saruma (Saruma henryi) que je vantais en début d’année est maintenant arrivé au niveau de la balustrade, avec toujours des fleurs et son lot de graines qui se répandent un peu partout.

Bref, ma petite jungle urbaine prend forme et vigueur. Et la corvée d’arrosage bat son plein ! Double d’ailleurs, car je joue le gardien d’un autre balcon pendant que ses propriétaires sont partis se dorer au soleil du grand Sud. Mais bon, j’arrête mon bavardage, car l’orage menace, les éclairs sillonnent le ciel, impressionnant !

L’exotisme au balcon : démonstration en photos

L’été étant maintenant bien avancé, les plantes exotiques de mon balcon ont proliféré, fleurissent et s’épanouissent au point de devenir presque trop envahissante. Petite revue en photos de ma « jungle urbaine » à quelques jours de la rentrée.
Impatiens namchawarbensis
Impatiens repens

Impatiens sodenii subsp. sodenii


Pavonia missonium
Hibiscus coccineus ‘Alba’

Leucosceptrum stellipilum

Dicentra scandens (qui court dans un oeillet d’Inde géant à odeur de pamplemousse, Tagetes lemonii)

Streptolirion volubile

Pinellia pedatisecta
Typhonium venosum

Et pour finir une vue du balcon depuis la rue…

Chaud, chaud, chaud, l’été est enfin chaud, un peu trop même…

31,7 °C à 16 h 07 (source Météo-Paris) au coeur de Paris avec un vent venant du Sud, 29 °C sur mon balcon à l’ombre, la chaleur s’est belle et bien installée dans la capitale et sur l’Île-de-France.
Corvée d’arrosage en perspective, ça ne rigole plus, surtout maintenant que les plantes ont développé un feuillage important. Ma petite jungle urbaine prend enfin ses aises !Mes jardinières s’assèchent en une journée, plus question de rater une distribution d’eau devenue mainenant quotidienne. C’est mon programme de l’été !
Quelques nuages plus menaçants traversent le ciel parisien, Météo-France a placé l’Île-de-France en vigilance orange, avec un risque d’orages violents avant la fin de la nuit. Attention aux potées mal accrochées ou en équilibre instable sur les rambardes des balcons et les rebords des fenêtres !