Archives de mots clés: carex

Carex phyllocephala ‘Spark Plug’

Carex phyllocephala 'Spark Plug' sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai déniché cette plante vivace l’an dernier sur le stand de la pépinière La Roche Saint-Louis, véritable caverne d’Ali Baba pour les passionnés de plantes à feuillage panaché. Et plus je vois pousser cette laîche, plus je me félicite de l’avoir achetée et de la voir prospérer sur mon balcon parisien.

C’est la version tétraploïde et naine de la grande laîche à feuilles persistantes ‘Sparkler’. Le feuillage est persistant et présente une superbe panachure blanche très lumineuse. La plante à une forme très graphique qui évoque celle du faux papyrus et elle ne dépasse pas 30 cm de hauteur. En été (en ce moment sur mon balcon) des petits épis blanc crème plutôt discrets apparaissent au sommet des pousses.

Cette plante vivace est rustique jusqu’à -10 °C. C’est suffisant pour Paris intramuros. Sa culture en pot est très facile à exposition ombragée ou mi ombragée. Prévoir des arrosages réguliers pour maintenir le substrat toujours frais.

Laîche palmée ‘Silberstreif’, un faux air de palmier

Carex muskingumensis 'Silberstreif' sur mon balcon en été, Paris 19e (75)

J’avais été séduit l’automne dernier par le feuillage vert rayé d’argent de cette laîche au port très particulier. Le pied que j’ai reçu par correspondance pousse bien, mais je ne vois aucune striure argenté. Le feuillage est complètement vert, joli feuillage au demeurant, mais pas panaché comme je le souhaitais. Qu’importe, cette plante vivace se plaît sur mon balcon, je la garde.

Carex muskingumensis 'Silberstreif' sur mon balcon en été, Paris 19e (75)

Carex muskingumensis ‘Silberstreif’… Un nom imprononçable, difficile à retenir pour une plante vivace d’aspect sympathique.

(suite…)

Potée d’automne et d’hiver en vert et blanc

Potée de minis cyclamens Metis blancs et de laîches (Carex), création Cyclamens Morel, Journées des Plantes de Courson (Essonne)

Un peu de blancheur et d’éclat dans toute cette grisaille ! Cette belle potée présentée par les Cyclamens Morel lors des Journées des Plantes de Courson (Essonne) est à la fois sobre et élégante, lumineuse sans être trop éclatante, et si facile à entretenir !

Quelques pots de minis cyclamens Metis blancs et une belle touffe de laîche à feuillage panachée (Carex), il n’en faut pas plus pour composer le décor, mis en valeur par une belle potée d’un vert pomme fluo très tonique. Et un petit oiseau pour donner une touche plus vivante encore.

Tant qu’il ne gèlera pas trop fort, la potée restera superbe, les minis cyclamens continuant à fleurir sans cesse.

Petite potée d’automne réjouissante

Potée fleurie de minis cyclamens Metis, lierres panachés et laîche, Morel Diffusion, Journées des Plantes de Courson

Des minis cyclamens Métis, des petits lierres (Hedera helix) à feuillage panaché de jaune doux et des laîches (Carex) aux fines feuilles vertes panachées d’un jaune crème lumineux, il n’en faut pas plus pour composer une sympathique petite potée d’automne qui apportera sa note colorée tonique pendant les mois les plus sombres de l’année.

Les lierres et les laîches sont parfaitement rustiques, elles se gardent sans problème d’une année à l’autre. Pour les minis cyclamens, la floraison va durer tant que les températures ne seront pas trop froides, tant qu’il ne gèlera pas. Mais dans un coin protégé et mi-ombragé, on peut facilement les garder fleuris jusqu’en mars de l’année suivante. Et il est tout à fait possible de les conserver plusieurs années de suite, en assurant un repos végétatif pendant l’été.

Une composition créée par Morel Diffusion et présentée lors des dernières Journées des Plantes de Courson.

Bordure végétale en noir et blanc

Bordure végétale composée d'une alternance de carex et d'ophiopogons dans le parc Gustave Eiffel, Levallois (92)

Très originale tant par le choix des végétaux que par l’association des couleurs contraires, cette bordure est constituée d’une alternance de boules compactes hérissées de barbe de serpent (Ophiopogon planiscapus ‘Niger’) et de laîche panachée (identification incertaine, peut-être Carex oshimensis ‘Evergold’ ?).

Bordure végétale composée d'une alternance de carex et d'ophiopogons dans le parc Gustave Eiffel, Levallois (92)

Contraste du noir et du blanc crème, régularité dans l’alignement, mais souplesse des feuillages qui gardent un petit côté herbes folles et enlèvent de la rigidité à la bordure végétale… Une bonne idée à reprendre pour un jardin de style contemporain ou plus japonisant. Et plutôt dans un endroit peu ensoleillé, avec un sol bien drainé qui reste frais pendant la belle saison. Les deux plantes étant vivaces et bien rustiques en région parisienne, cette bordure est faire pour durer plusieurs années, avec un petit nettoyage en fin d’hiver.

J’ai photographié cette bordure dans le parc Gustave Eiffel, pas très loin du nouveau centre commercial So Ouest à Levallois (Hauts-de-Seine). Un jardin très surprenant, avec notamment un coin qui évoque le célébrissime jardin Majorelle et d’immenses fresques sur les immeubles qui le surplombent.

Mon balcon, ma chatte et moi…

Quand on jardine en ville, les seuls gros ennuis pour le jardinage sont les oiseaux (les gros, comme les pigeons), parfois les voisins, le manque de place et… ma chatte !!!

Je l’adore ma minette, seize ans de vie commune, çà compte ! Mais son intérêt pour mes plantes n’est pas toujours le bienvenu.Quand je la vois traverser le balcon pas nettoyé, avec la terre éparpillée par les oiseaux et les feuilles mortes pas encore ramassées et qu’ensuite elle saute sur le lit ou vient déposer sur la moquette tout ce qu’elle rapporte avec ses grosses pattes, ça m’énerve un peu, beaucoup…Au fil des années, j’ai du renoncer aux plantes qui attirent irrémédiablement la gente féline : pas de phalangère (Chlorophytum comosum) dans l’appartement, plus de dragonnier (Dracaena marginata) aux longues feuilles effilées, bien sûr jamais de scirpes et encore moins de petits cypérus. Sur le balcon, j’ai éliminé les graminées, les carex et autres plantes à l’aspect d’herbe folle. Sinon dès que j’ouvrais une fenêtre, le félin malin s’empressait de courir dehors brouter quelques feuilles pour revenir presque aussitôt les vômir sur le parquet ou pire, la moquette ! Je vais d’ailleurs supprimer cette moquette immonde…

Quand vraiment je veux une plante ayant tout l’attrait de l’herbe à chat, je dois la suspendre hors d’atteinte de ma chatte svelte et acrobate malgré son grand âge. Il n’y a guère que la rambarde sur le balcon ou le haut des murs dans l’appartement qui sont hors de sa portée. Haut les plantes et le jardinier (bonjour les séances d’arrosage) !!!
Détail important, il ne faut pas non plus que les plantes poussent trop et cachent le soleil, car minette adore les bains de soleil et cherche les bons endroits qu’elle s’approprie, même si c’est en plein dans le passage.

Bref le jardinage urbain avec un matou, ça impose des choix drastiques. C’est drôle, dans tous les articles ou livres consacrés aux choix des plantes pour la maison ou le jardin, cette cohabitation est toujours éludée… Comment ça se passe chez vous avec vos compagnons à quatre pattes ?