Archives de mots clés: bégonia d’intérieur

Petit Tamaya, grosses grappes de fleurs

Ma petite potée de bégonia Tamaya pousse bien et ne cesse de fleurir, donnant à chaque fois des grappes de fleurs roses de plus en plus grosses.

Potée de bégonia Tamaya sur une étagère

Potée de bégonia Tamaya sur une étagère, juin 2011, photo Alain Delavie

Je l’ai installée en hauteur sur une étagère près d’une grande baie vitrée pour pouvoir profiter du port étalé des tiges et surtout des belles fleurs roses pendantes. Quand j’ai acheté ce pied de Tamaya, les tiges qui poussaient en haut de la tige qui sert de tronc étaient toutes petites, avec deux ou trois feuilles à peine. Elles se sont allongées depuis, donnant en même temps de nouvelles fleurs.

Potée de bégonia Tamaya sur une étagère

Potée de bégonia Tamaya sur une étagère, juin 2011, photo Alain Delavie

Comme pour la plupart des bégonias, ce sont d’abord les fleurs mâles qui apparaissent, plus petites mais quand même bien colorées en rose (en haut à droite sur la photo ci-dessus). Puis les fleurs femelles se forment, reconnaissables à leur gros ovaire ailé (grappe au centre dans le bas de la photo ci-dessus).

Et puis tout tombe ! Il y a alors des pétales et des fleurs partout sur la moquette. Un petit désagrément que je pardonne volontiers…

Bégonia x cheimantha, le bégonia de Noël

Assez rarement proposé dans les points de vente de jardinage ou chez les fleuristes, Begonia x cheimantha s’épanouit en automne et en hiver, formant de jolies petites potées aux grandes feuilles rondes et aux nombreuses fleurs simples, souvent dans les tons roses. J’en ai trouvé une potée le week-end dernier en parcourant le marché aux fleurs sur l’île de la Cité (Paris 1er).

Plante fleurie d'intérieur à floraison automnale et hivernale

Bégonia de Noël (Begonia x Cheimantha Groupe), novembre 2010, photo Alain Delavie

Les bégonias cheimanthas se composent d’hybrides ayant pour origine le croisement du Begonia socotrana et du Begonia dregei, qui a donné naissance, en 1892, au bégonia ‘Gloire de Lorraine’. Ces bégonias tubéreux fleurissent en hiver comme le Begonia socotrana. Tous les cultivars de ce groupe ont des fleurs simples allant du blanc au rose, groupées au dessus du feuillage.

Plante fleurie d'intérieur à floraison automnale et hivernale

Bégonia de Noël (Begonia x Cheimantha Groupe), novembre 2010, photo Alain Delavie

Les fleurs de ce cultivar non dénommé sont d’un rose indien très vif, presque flashy. Elles sont même très grandes. Je l’ai très vite repéré dans le magasin !

Plante fleurie d'intérieur à floraison automnale et hivernale

Bégonia de Noël (Begonia x Cheimantha Groupe), novembre 2010, photo Alain Delavie

Plante fleurie d'intérieur à floraison automnale et hivernale

Bégonia de Noël (Begonia x Cheimantha Groupe), novembre 2010, photo Alain Delavie

Une couleur gaie et tonique pour cette fin d’année décidément très grise et humide… Le feuillage est vert vif, avec un léger liseré rouge sur le bord des feuilles.

Les cultivars de Begonia x cheimantha sont assez difficiles à cultiver dans un appartement ou une maison. Ils demandent des attentions particulières, les arrosages devant être réguliers pour maintenir le substrat frais, surtout pas détrempé. L’eau doit être douce, sans calcaire. Il leur faut aussi une pièce très claire, sans soleil direct. Ils souffrent d’une atmosphère trop sèche, qui provoquent le brunissement du bord des feuilles. L’idéal serait d’avoir une serre ou une véranda chauffée pour conserver ces plantes fragiles. Ce n’est pas mon cas, je tente quand même. J’ai installé la potée près de la baie vitrée pour qu’elle ait suffisamment de lumière et qu’elle soit assez loin du radiateur. On verra bien ce qu’elle va faire…

Begonia conchifolia var rubrimacula

J’aime les bégonias, que dis-je, j’adore ces plantes exotiques, plantes d’intérieur ou de potées pour les coins ombragés du jardin. J’ai trouvé un pied de Begonia conchifolia var. rubrimacula lors de l’exposition Edénia 2010, qui s’est tenue à Cergy-Pontoise (95) fin mars dernier.

Plante d'intérieur

Begonia conchifolia var rubrimacula dans un de mes terrariums, avril 2010, photo Alain Delavie

Cette petite espèce botanique d’origine américaine (Costa-Rica) séduit par ses feuilles en forme de coeur allongé d’un joli vert vif brillant, avec une macule rouge vif au niveau de l’insertion du pétiole de la feuille. Vert et rouge vif, charmant tout simplement !
Le feuillage et les tiges sont très charnues et très cassants aussi. Il faut faire très attention quand on manipule la plante pour ne pas se retrouver avec des bouts de feuilles séparés du pied mère. La floraison apparaît au coeur de la touffe et se dégage du feuillage. Les petites fleurs blanches apparaissent au-dessus des feuilles.

Ce bégonia d’intérieur apprécie une atmosphère relativement humide (forte hygrométrie) qu’il est difficile d’obtenir dans un appartement ou une maison, surtout quand on chauffe. Forte humidité ambiante car il n’aime pas avoir un sol détrempé, qui fait pourrir ses racines. Comme de nombreux bégonias d’ailleurs. Il pousse mieux dans un terrarium, ses petites dimensions (15 à 20 cm de hauteur environ) permettant un petit bac. J’ai installé mon pied avec des chiritas (Chirita tamiana) sous une lampe de 11 watts. Un duo de petits bijoux végétaux…