Dans la série des plantes vagabondes qui s’échappent des jardins ou des balcons pour aller fleurir ou pousser dans la ville ou dans la nature, la pensée et la violette cornue peuvent se ressemer où bon leur semble.

Un sol bien drainé, pas trop humide, il n’en faut pas plus pour voir repousser des semis spontanés de pensées ou de violettes cornues. Et les jeunes plants « sauvageons » sont bien plus costauds, car même en plein mois d’août, ces fleurs dites printanières continuent à s’épanouir.

Si tous les caniveaux étaient aussi joliment fleuris…