Archives de mots clés: Zamioculcas zamiifolia

Floraison du Zamioculcas

Le Zamioculcas est devenu une plante verte d’intérieur très commune acheté pour son feuillage luisant et son port très graphique, mais il lui arrive de fleurir. Rien de bien spectaculaire, ni de très joli, mais la floraison typique des plantes de la famille des Aracées est une curiosité que je me suis empressé de photographier.

Spathe de Zamioculcas zamiifolia, Aracée, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Ce n’est pas un de mes pieds de zamio qui s’est mis à fleurir, mais une potée installée dans les bureaux de la rédaction de Rustica. Ce n’est pas la plus belle des floraisons d’Aracées. Plutôt bizarre, étrange…

Belle reprise de mon Zamioculcas à feuillage panaché

Zamioculcas à feuillage panaché de crème, Aracée, plante d'intérieur, Paris 19e (75)En décembre dernier, je vous présentais une de mes dernières acquisitions, un beau spécimen de Zamioculcas à feuillage panaché, un de mes rêves de plantes. Le pied a bien supporté son grand voyage depuis la Thaïlande et montre maintenant une belle vigueur, avec une nouvelle pousse qui se forme à la base.

La reprise est donc acquise et la panachure sur les folioles est vraiment bien marquée. J’espère qu’elle sera aussi importante sur les nouvelles feuilles qui vont se former.

Zamioculcas à feuillage panaché, ma dernière acquisition

Zamioculcas zamiifolia à feuillage panaché, Aracées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
J’ai fini par dénicher un pied de Zamioculcas à feuillage panaché. En fait c’est le deuxième que j’achète, mais ce dernier arrivé a vraiment une panachure très marquée, certaines feuilles étant presque entièrement blanc crème.

Cette plante a beaucoup voyagé car elle vient de très loin. Et en plus, la poste l’a baladé pendant des semaines et à force de réclamations, j’ai pu enfin la récupérer. Une chance, la plante n’avait pas souffert, toutes les feuilles et les racines étaient en parfait état. Costaud, le Zamioculcas.

Et pourtant… Arrivé le 20 novembre à Roissy, le colis a été envoyé dans le Pas-de-Calais alors que mon adresse parisienne était clairement indiquée sur le paquet. Et il est resté en instance tant que je n’ai pas protesté pour le récupérer. Il est finalement arrivé dans mon bureau de poste parisien en début de semaine. Et bien sûr, sans aucun passage chez moi. Heureusement que j’avais un numéro de suivi pour suivre les acheminements.

Suite à ma réclamation, j’ai reçu deux courriers du service clients de la Poste. ÉDIFIANTS !!! Le premier m’indiquait que ma réclamation avait été prise en compte et que l’on me ferait une réponse d’ici le 2 janvier 2018 (SIC !). Le second, reçu après avoir récupéré le colis, me conseillait de contacter la personne qui m’avait envoyé le paquet pour qu’elle fasse elle-même une réclamation. Mais par contre, aucune remarque m’expliquant pourquoi le colis était partir dans le Pas-de-Calais au lieu d’être acheminé normalement vers Paris. Lamentable.

J’ai maintenant cinq potées de Zamioculcas. Une classique, la forme la plus connue et vendue. Deux à feuillage vert, mais port plus compact et taille plus réduite. Et deux à feuillage panaché de crème, mes petits derniers. Tout ce petit monde est désormais bien installé et soigné.

 

Un zamioculcas en version très compacte

Forme compacte de Zamioculcas zamiifolia, Aracée, plante exotique d'intérieur, Paris 19e (75)
Ma balade dans le Marché aux fleurs sur l’Île de la Cité (Paris 1er) a été fructueuse. J’y ai déniché cette forme très compacte de Zamioculcas zamiifolia.

En passant devant une première fois, la disposition des folioles plus serrées les uns contre les autres m’a intrigué, mais rien n’était indiqué sur l’étiquette. En repassant une seconde fois et en l’observant de plus près, il n’y avait plus aucun doute. C’était bien une forme plus trapue de cette plante que j’aime toujours autant depuis qu’elle a été lancée sur le marché des plantes d’intérieur. Et je me trouvais avec une forme différente de la plante type, vite très volumineuse et de la variété ‘Zamicro’, aux folioles plus espacées et surtout plus fines, plus étroites.

Forme compacte de Zamioculcas zamiifolia, Aracée, plante exotique d'intérieur, Paris 19e (75) (suite…)

Bouquet de nouvelles pousses du Zamioculcas zamiifolia

Nouvelles pousses sur mon pied de Zamioculcas zamiifolia, Aracées, plante d'intérieur

Pendant des mois, la potée de Zamioculcas zamiifolia semble végéter et puis d’un seul coup, ce sont plusieurs pousses qui sortent de terre et se dressent au coeur de la touffe. Cet hiver, mon petit pied a pratiquement doublé, remplissant complètement son pot.

Je cultive la forme naine du Zamioculcas zamiifolia, la variété ‘Zamicro’, car après avoir cultivé la forme normale dès qu’elle est arrivée sur le marché, je me suis vite retrouvé envahi par l’énorme potée que j’ai finalement dû donner tellement elle occupait l’espace dans mon petit appartement. ‘Zamicro’ garde vraiment des proportions raisonnables, mais elle pousse quand même, elle s’étoffe. Cet hiver, sept nouvelles pousses sont sorties de terre simultanément. Un rempotage s’impose !

Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’

Dix ans après l’introduction de Zamioculcas zamiifolia, qui a connu un succès extraordinaire, son petit frère ‘Zamicro’ est arrivé en 2007 sur le marché des plantes d’intérieur. Une copie en tous points conformes, mais avec un format plus réduit.

Plante verte d'intérieur

Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’, photo DR

Le lancement du minicultivar ‘Zamicro’ a eu lieu en août 2007. La plante a connu immédiatement un immense succès dû principalement à son format compact et son look très graphique. Les tiges ne dépassent pas 40 centimètres de hauteur, la croissance est plutôt lente. La plante possède les mêmes caractéristiques que son grand frère (feuillage persistant brillant, tiges renflées à la base, port en touffe évasée, aspect très exotique et graphique), hormis son feuillage plus fin.

Plante verte d'intérieur

Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’, photo DR

Les soins à porter au ‘Zamicro’ sont aussi simples que pour la forme type :
– Installer la potée dans un emplacement lumineux non ensoleillé, éventuellement dans un endroit moins lumineux, mais dans ce cas la croissance est beaucoup plus lente voire pratiquement nulle.
– Arroser d’un peu d’eau quand la surface de la terre du pot sèche en surface. Sauter ou oublier un arrosage ne pose pas de problème avec cette espèce, bien au contraire. Le Zamioculcas est une plante succulente, possédant des réserves d’eau dans la tige renflée à la base qu’elle utilise afin de survivre en période sèche. Un excès d’arrosage provoque la pourriture des racines et du collet. Sinon la tenue de cette plante verte robuste est excellente.
– Une fois par an, doucher la plante pour ôter la poussière qui finit par ternir le joli feuillage vernissé.

Le Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’ est le plus souvent vendu dans des pots de 10,5 cm de diamètre avec quatre à cinq tiges feuillées qui évoquent des plumes. La hauteur de la plante est d’environ 40 cm. J’ai acheté un pied il y a maintenant plus de deux ans. La plante s’est très lentement étoffée en poussant à peine plus en hauteur.

Plante verte d'intérieur facile à cultiver

Ma potée de Zamioculcas zamiifolia 'Zamicro', janvier 2011, photo Alain Delavie

Je l’ai rempotée il y a moins d’un mois maintenant car les grosses racines occupaient tout le volume du pot. Mais l’encombrement de ma potée reste très limité, contrairement à l’espèce type que j’ai cultivée pendant de nombreuses années et dont j’ai du me séparer car la potée occupait une surface d’un mètre carré, ce qui était bien trop dans mon petit appartement parisien. Avec le Zamicro, la place n’est plus un problème !

Si je ne devais garder qu’une seule plante d’intérieur (j’aurai vraiment énormément de mal à me limiter à une plante !), ce serait sans hésiter le Zamicro.
Facile à cultiver, jamais malade, élégant, original, très graphique… Que des qualités.