Archives de mots clés: plante d’intérieur

Ruellia graecizans, toujours plus de fleurs !

Ruellia graecizans, fleur, plante exotique d'intérieur, Paris 19e (75)
Je cultive cette plante exotique d’intérieur depuis de nombreuses années maintenant et j’ai toujours autant de plaisir à la voir se couvrir de petites fleurs rouges qui tranchent avec le vert vif du feuillage.

Ruellia graecizans, fleur, plante exotique d'intérieur, Paris 19e (75)
Cette plante n’a jamais été facile à trouver dans le commerce horticole. Il faut dire que les fleurs si éclatantes ont vite fait de tomber, ce qui n’est pas l’idéal dans une jardinerie ou quand on transporte la potée. Mais dans un intérieur, les fleurs se renouvellent au fil des jours, donc la floraison semble ne jamais cesser.

Ruellia graecizans, fleur, plante exotique d'intérieur, Paris 19e (75)
Toutes ces belles fleurs écarlates tombent très vite et je passe mon temps à ramasser les fleurs fanées. Mais qu’importe, pour rien au monde je ne me passerai de cette petite plante exotique. J’en ai même deux potées, une dans la chambre, l’autre dans le séjour. Et comme ce ruellia a tendance a envoyer ses graines très loin autour de la potée, il m’arrive de voir germer des jeunes plants dans d’autres potées. Une nature généreuse !

Mini phalaenopsis : le petit dernier

Mini phalaenopsis, orchidée, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Quand je vois des mini phalaenopsis, j’ai toujours beaucoup de difficultés à résister pour ne pas les acheter et cette fois ci, je me suis laissé tenter par les petites fleurs d’un rose indien soutenu délicatement ourlées de blanc.

Mini phalaenopsis, orchidée, plante d'intérieur, Paris 19e (75) (suite…)

Fleur parachute du Ceropegia sandersonii

Fleur parachute du Ceropegia sandersonii, plante succulente, exotique, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Souvent proposé dans les jardineries et chez les fleuristes, la plante parachute (Ceropegia sandersonii) attire par ses grandes fleurs dressées à la forme si particulière qui lui a valu son surnom français. Après une courte pause, mon pied se remet à fleurir et vient de me donner cette belle fleur.

Fleur parachute du Ceropegia sandersonii, plante succulente, exotique, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Ce ceropégia fait une excellente plante d’intérieur pourvu qu’il y ait suffisamment de lumière. Facile à entretenir, vraiment pas exigeant, il a plutôt un port grimpant et les nouvelles tiges volubiles doivent être palissées régulièrement sinon elles s’accrochent au moindre support à proximité, y compris une autre plante. Il faut inspecter la potée de temps en temps pour déceler la moindre cochenille farineuse très friande de cette plante succulente.

Marginatocereus marginatus f. cristata

Cactus, Marginatocereus marginatus f. cristata, Salon du Végétal, Nantes (44)
Le nom de cette superbe espèce de cactus a changé plusieurs fois. Elle est désormais appelée Pachycereus marginatus f. cristata, mais elle a aussi été dénommée Lemaireocereus marginatus f. cristata. Dans tous les cas, c’est une véritable curiosité à l’allure très graphique.

Cactus, Marginatocereus marginatus f. cristata, Salon du Végétal, Nantes (44)Ces formes si particulières sont le fait d’une cristation, un phénomène d’origine encore mal connue qui provoque une croissance surprenante et très différente de celle de l’espèce type. Les tiges cristées ont des formes en crête, avec des ondulations et certains cactus cristés finissent par ressembler à une cervelle.

Pachycereus marginatus f. cristata a une belle couleur vert d’eau avec des dessins blancs du plus bel effet. Une véritable pièce de collection !

Alocasia lauterbachiana

Alocasia lauterbachiana, plante exotique, Aracée, Salon du Végétal, Nantes (44), juin 2017, photo Alain DelavieAvec ses grandes feuilles vertes et pourpres très élancées et échancrées, cette plante d’intérieur apporte une touche de verdure, de couleur et d’exotisme dans un intérieur clair.

Arrivé depuis peu dans les points de vente de jardinage, cet alocasia fait d’abord penser à une espèce d’anthurium ou de philodendron, des espèces de la même famille, celle des Aracées. J’en ai trouvé un jeune pied il y a quelques semaines et je l’ai acheté sans savoir son nom ni ses origines. Je le trouvais très déco et original, ce n’est qu’en rentrant chez moi que j’ai cherché plus d’informations.

Alocasia lauterbachiana est originaire de l’Asie du Sud-Est. Comme la plupart des alocasias cultivés, il faut lui donner beaucoup de lumière, un air plutôt humide et il faut l’arroser avec une eau douce non calcaire dès que le substrat sèche en surface. La plante étant vite assez volumineuse, les arrosages en été sont fréquents. À noter que cette plante reste en végétation toute l’année et apprécie des températures assez chaudes (18 à 22 °C). Mais attention, plus il fait chaud, plus il faut lui assurer une ambiance humide en brumisant les grandes feuilles ondulées.

Mon nouveau bégonia nénuphar

Begonia x 'Erythrophylla', bégonia nénuphar, plante exotique d'interieur, Paris 19e (75)
Cette variété de bégonia (Begonia x ‘Erythrophylla’) a été la première que j’ai cultivée et celle qui m’a entrainé dans la collection avec passion des bégonias. J’étais alors un adolescent et depuis, je ne suis jamais resté longtemps sans avoir un pied chez moi. J’en ai retrouvé une très belle potée en passant sur le quai de la Mégisserie (Paris 1er) chez la maison Bru il y a quelques semaines.

Je lui ai trouvée une belle place près de la grande baie vitrée de ma chambre, avec un étage entier d’une étagère pour elle toute seule. Elle pourra ainsi étaler ses larges feuilles.

Le saviez-vous ?
Ce bégonia est dit rhizomateux. Les feuilles poussent sur des tiges charnues plus ou moins rampantes ou retombantes selon le mode de culture. Le système racinaire est assez réduit et les racines sont très sensibles à l’humidité stagnante. Pour arroser ce bégonia, le mieux est de l’installer dans une soucoupe assez large que l’on remplit d’eau douce non calcaire quand les feuilles se ramollissent. Et on attend ensuite que le feuillage représente des signes de soif pour faire un nouvel apport d’eau. Cet arrosage par le dessous limite fortement la pourriture du collet de la plante et des rhizomes.