Archives de mots clés: ONF

Votes ouverts pour le concours de L’Arbre de l’Année 2018

Concours Arbre de l'Année 2018Votez et faites voter pour l’arbre que vous soutenez parmi les 18 arbres présélectionnés pour l’édition 2018 du Concours de l’Arbre de l’Année. Mobilisez votre carnet d’adresses, vos réseaux, vos amis, les amis de vos amis… Faites campagne ! L’arbre qui recueillera le plus de suffrages d’ici le 2 décembre 2018 recevra le « Prix du Public ».

Depuis sept ans, Terre Sauvage et l’Office national des forêts (ONF) organisent le concours « L’Arbre de l’Année ». Cette année, l’opération est soutenue par la Fédération Nationale des Caisses d’Épargne, ainsi que par les partenaires historiques : l’Association ARBRES, la LPO, Ushuaïa TV, Milan presse, Scouts et Guide de France.

Une centaine de candidats
Cette année encore, plus d’une centaine d’arbres ont été présentés. Le jury s’est réuni le 8 juin 2018 pour sélectionner les 18 arbres qui défendent les couleurs des différentes régions. Ces arbres ont fait l’objet, pendant l’été, d’une production photographique mise en ligne.

Votez pour votre arbre préféré
Pour cela, rendez-vous sur le site www.arbredelannee.com.
Les votes sont ouverts jusqu’au 2 décembre 2018. L’arbre qui remportera le plus de voix se verra attribuer le Prix du public.

Résultats le 6 décembre 2018
Ce jour-là, le jury se réunira pour élire l’arbre « Prix du jury ». S’ensuivra une cérémonie au cours de laquelle seront remis le « Prix du public » et le « Prix du jury ». La Caisse d’Épargne remettra également le Prix du bicentenaire des Caisses d’Épargne. Tous les arbres lauréats feront l’objet d’une publication dans le magazine Terre Sauvage.

Les champignons qui nourrissent les arbres affectés par la pollution en Europe

Forêt en été, photo Fotolia / Swetlana Wall
La pollution modifie les communautés de champignons qui alimentent les racines des arbres en éléments nutritifs, ce qui pourrait expliquer la dégradation tendancielle de la nutrition des arbres dans les forêts européennes.

Les arbres sont dotés de racines prolongées par de longs réseaux de champignons, appelées mycorhizes. Ces associations sont basées sur l’échange entre le carbone capté par les arbres dans l’atmosphère, et l’eau et les minéraux puisés dans le sol par les champignons. La nutrition des arbres en dépend. Mais alors que celle-ci montre d’inquiétants signaux de dégradation en Europe, la diversité des mycorhizes demeure largement méconnue, qui plus est à de vastes échelles géographiques. Difficile alors de tenir compte de ces importants auxiliaires écologiques dans la gestion forestière et de prédire la réponse des écosystèmes aux changements des conditions environnementales. On sait, par les inventaires de leurs parties émergées (carpophores), que la reproduction de certains champignons est sensible aux changements globaux, mais ce qui se trame sous terre – leur croissance et leur association avec les racines – est nettement moins clair.

En prenant appui sur l’un des réseaux de suivi environnemental à la fois les plus complets et les plus étendus, ICP Forests (ICP Forests programme international concerté pour le suivi des impacts de la pollution atmosphérique sur les forêts, sous l’égide de la Convention des Nations unies sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance. http://icp-forests.net ), des chercheurs britanniques ont pu analyser 40 000 mycorhizes, à partir de 13 000 échantillons de sol collectés sur 137 sites d’observation répartis dans 20 pays sous le couvert des essences d’arbres les plus répandues en Europe. Les résultats montrent que la diversité des mycorhizes peut s’expliquer principalement par leur arbre hôte (son espèce et son niveau de nutrition) et par les conditions environnementales (pollution atmosphérique et acidité du sol).

Au-delà d’un seuil de pollution en azote, leurs communautés changent au détriment d’espèces capables de mobiliser l’azote présent dans les matières organiques du sol, et au profit d’autres espèces moins avantageuses pour l’approvisionnement des arbres en nutriments. Or ce seuil de retombées de polluants azotés s’avère bien inférieur au seuil critique couramment admis en Europe.

Cette étude intitulée « Environment and host as large-scale controls of ectomycorrhizal fungi » et publiée le 6 juin 2018 dans la version online du journal Nature, illustre la sensibilité de la biodiversité aux pollutions atmosphériques, ainsi que l’importance de l’activité des réseaux de suivi internationaux pour évaluer et comprendre ces impacts à large échelle. Elle a été menée par le Collège impérial de Londres (Imperial College London) et le Jardin botanique Royal (Royal Botanic Gardens, Kew), avec l’appui du Conseil du Royaume Uni pour la recherche sur l’environnement naturel (UK Natural Environment Research Council).

L’Office national des forêts est associé en tant que contributeur au programme international de suivi des écosystèmes forestiers ICP Forests. Il gère le réseau français RENECOFOR dont 12 sites (avec les observations qui sont menées depuis 25 ans) ont servi de support à l’étude.

Participez au Concours Arbre de l’Année 2018

Concours Arbre de l'Année 2018Terre Sauvage et l’Office national des forêts (ONF), en partenariat avec la Fédération nationale des Caisses d’Épargne, organisent la 7e édition de l’Arbre de l’année. Vous avez jusqu’au 31 mai pour présenter votre arbre et, ainsi, défendre les couleurs de votre région.

Dès le 1er février 2018, inscrivez-vous en 1 clic
Les candidatures sont ouvertes. Le concours est ouvert à tous – individus ou groupes ; il suffit de proposer trois belles photos de l’arbre choisi et de décrire en quelques lignes son histoire, ses caractéristiques esthétiques, biologiques, ainsi que le lien qui vous unit à cet arbre. Pour cela, rendez-vous sur www.arbredelannee.com

Le 6 juin 2018 : réunion du jury et sélection des arbres lauréats
Le jury, composé de l’Office national des forêts, de l’association Arbres remarquables, de la Fédération nationale des Caisses d’Épargne, de la LPO et de Terre Sauvage, se réunira début juin et désignera les arbres qui défendront les couleurs des 18 régions de métropole et d’outre-mer. Ces arbres seront sélectionnés pour leurs qualités esthétiques, historiques, biologiques et affectives. En parallèle, un photographe de Terre Sauvage se rendra dans chaque région a n de photographier les 18 arbres lauréats.

Du 14 septembre au 10 décembre 2018 : votez pour élire votre arbre de l’année
Les arbres lauréats seront soumis au vote du public sur le site www.arbredelannee.com. L’arbre qui remportera le plus de voix se verra attribuer le Prix du Public 2018.

Décembre 2018 : prix, cérémonie et nouveauté 2018
À l’occasion du bicentenaire des Caisses d’Épargne, leur Fédération nationale rejoint l’aventure et décernera à l’un des lauréats le Prix du Bicentenaire Caisse d’Épargne. Le Jury, quant à lui, désignera le Prix du Jury et révèlera lors d’une cérémonie le Prix du Public 2018. Tous les arbres lauréats feront l’objet d’une publication dans le magazine Terre Sauvage.

Les lauréats du concours 2017
Prix du jury 2017, Sophora du château de Montry (Île-de-France)
Prix du public 2017, L’if-grotte du jardin des Ifs, Gerberoy (Hauts-de-France)
Coup de coeur 2017, Chêne du Bout du Lac, Doussard (Auvergne-Rhône-Alpes)

Vers une nouvelle gestion des forêts domaniales en Ile-de-France

Logo de l'Office National des Forêts (ONF)En 2017, la direction territoriale Seine-Nord de l’Office national des forêts met en place une nouvelle stratégie de gestion pour les forêts domaniales franciliennes. Son objectif ? Amplifier la prise en compte, de l’enjeu sociétal des forêts en répondant aux attentes de la population.

Les forêts domaniales franciliennes sont des espaces privilégiés où chacun peut se promener, circuler à vélo, à cheval, découvrir un patrimoine culturel précieux et profiter de la nature. Elles sont également un lieu d’exploitation. Produire et récolter du bois est un acte de gestion sylvicole visant trois finalités majeures :

  • assurer le renouvellement de la forêt et pérenniser sa diversité,
  • approvisionner la filière bois et sécuriser les emplois,
  • stocker du carbone et garantir à la société l’utilisation d’un matériau et d’une source d’énergie renouvelables en circuit court.

Les coupes d’arbres effectuées en forêt domaniale ne sont pas le fruit du hasard : elles sont inscrites dans une feuille de route prévue sur vingt ans, appelée « aménagement forestier » et approuvé par arrêté ministériel. Les coupes rases s’inscrivent dans un cycle de régénération des forêts. Néanmoins, elles modifient fortement les paysages puisque tous les arbres d’une parcelle sont coupés au même moment. Elles peuvent bouleverser les habitudes des visiteurs et des riverains.

Durant les sept prochaines années, l’ONF prévoit de mettre fin aux coupes rases afin de maintenir dans les cinquante forêts domaniales d’Ile-de-France un couvert boisé permanent et éviter les changements trop brusques du paysage. La sylviculture, dite irrégulière, sera au service de cet objectif. Elle permettra aussi de poursuivre l’exploitation raisonnée des forêts. (suite…)

Ouverture des votes pour élire l’Arbre de l’Année 2017

Affiche de la campagne pour l'élection de l'arbre de l'année 2017Vous avez jusqu’au 1er décembre 2017 pour voter en ligne et élire l’arbre que vous préférez et qui se verra décerner le prix du public.

Le jury a sélectionné 14 arbres en régions qui représentent chaque territoire pour cette nouvelle édition du concours L’arbre de l’année.

Connectez vous sur le site www.arbredelannee.com afin de voter pour l’arbre qui recevra le prix du Public. Le 19 décembre prochain, le jury se réunira à nouveau afin de désigner l’Arbre de l’Année 2017.

À la suite des délibérations, le jury annoncera les résultats et révélera celui qui a obtenu le prix du jury et celui qui a obtenu le prix du Public.

Participer à la 6ème édition du Concours de l’Arbre de l’Année

Affiche du concours de l'Arbre de l'Année 2017, Terre Sauvage et ONFUn arbre compte dans votre vie et vous semble remarquable ? Proposez sa candidature sans plus tarder afin qu’il devienne l’Arbre de l’Année 2017 !

Les candidats doivent poster trois belles photos de l’arbre choisi et décrire brièvement son histoire, ses caractéristiques tant esthétiques que naturalistes ainsi que le lien qui les relie à cet arbre sur www.arbredelannee.com
Ce concours organisé par Terre Sauvage et l’ONF est ouvert à tous, individus ou groupes (familles, communes, entreprises…) de France métropolitaine et des régions d’outre-mer.

Avril 2017 : sélection des arbres dans chaque région
Le jury se réunira en avril pour sélectionner dix-huit arbres. Chaque arbre sélectionné défendra les couleurs d’une région.

Novembre 2017 : fin des votes
Dès le mois de septembre, le public pourra voter en ligne pour attribuer le « Prix du Public ». Pendant ce temps, un photographe du magazine Terre sauvage ira visiter chacun des lauréats régionaux. Ses photos feront l’objet d’une publication dans le magazine.

Décembre 2017 : révélation des gagnants
En décembre 2017, le jury se réunira à nouveau pour sélectionner l’arbre qui recevra le « Prix du Public ». À l’issue des délibérations les « Prix du Public » et « Prix du Jury 2017 » seront révélés.