plante exotique

Présentation, description ou toute autre information concernant les plantes exotiques, notamment des conseils de culture

Curieux géranium : Pelargonium tetragonum

Le Jardin des Plantes de Paris (75) accueille un surprenant géranium succulent : Pelargonium tetragonum. Un air de plante grasse, avec des fleurs de pélargonium. Une curiosité à découvrir pendant toute la belle saison.

Géranium succulent

Potée de Pelargonium tetragonum dans le Jardin des Plantes de Paris (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Pelargonium tetragonum est adapté à la sécheresse. Les tiges succulentes à 3 ou 4 angles sont le plus souvent dénuées de feuille.

Géranium succulent

Potée de Pelargonium tetragonum dans le Jardin des Plantes de Paris (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Les fleurs très jolies ont une teinte rose crème. Elles apparaissent groupées par deux sur le pétiole floral. En Afrique du Sud, le pays d’origine de cette espèce botanique, la floraison se déroule de septembre à décembre.

Où le trouver ?
Chez Alain et Céline Tan, Pépinière Fleurs du Sud,
Chez Vincent Cerutti, Cactus Estérel,
Chez Brigitte Issa, Pépinières Issa des Hauts de Valcyre.

Bon à savoir :
Pour marquer l’année internationale de la biodiversité, en 2010 les plates-bandes du Jardin des Plantes de Paris (75) sont dédiées à deux plantes très connues : le blé et le pélargonium. Les pélargoniums plantés fin mai sont répartis en 30 espèces sauvages dont sont issus les cultivars horticoles et 30 de ces cultivars, à parfum, à fleurs doubles ou à feuillage décoratif, pour donner un aperçu de leur diversité. Ils voisinent avec leurs cousins, les géraniums vivaces, les Erodium et autres genres de la famille des Géraniacées.

Semis spontanés de l’impatiens bleue

L’hiver rigoureux a beaucoup retardé l’apparition des semis spontanés dans les potées et les jardinières sur mon balcon. Mais le printemps avançant de plus en plus, des nouvelles plantes pointent par ci, par là. Notamment quelques beaux semis de l’impatiens bleue (Impatiens namchawarbensis).

Plante exotique annuelle

Jeunes semis spontanés de l'impatiens bleue (Impatiens namchawarbensis) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

J’ai des jeunes pieds dans plusieurs potées ou jardinières, tous bien placés. Pas besoin de les déplacer et de les transplanter ailleurs. La descendance de cette belle espèce d’impatiens annuelle devrait être assurée, de même que sa pérennité sur mon balcon. Tant mieux !

Le streptolirion grimpe, grimpe, grimpe !

Avant-hier, je vous parlais de mon pied de misère grimpante (Streptolirion volubile) qui s’agrippait à la gouttière. En quelques jours, la croissance est phénoménale. Démonstration en photos, prises hier au soir.

Plante exotique grimpante

Streptolirion volubile le long de la gouttière sur mon balcon, 16 juin 2010, photo Alain Delavie

D’abord une longue tige plutôt fine, qui va vite s’épaissir et porter de grandes feuilles en forme de coeur…

Plante exotique grimpante

Streptolirion volubile le long de la gouttière sur mon balcon, 16 juin 2010, photo Alain Delavie

Encore quelques semaines et je pourrai me prendre pour Tarzan, le roi de la jungle urbaine. MDR !

Fuchsia procumbens ‘Argentea’, un bijou végétal

Mon petit pied de fuchsia rampant panaché (Fuchsia procumbens ‘Argentea’) vient d’ouvrir ses premières fleurs. Des petits joyaux aux couleurs de l’arc-en-ciel. Tout simplement adorable !

Plante tapissante ou retombante à feuillage panaché

Fuchsia procumbens 'Argentea' avec ses premières fleurs sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Les petites fleurs tubulaires sont parées d’une palette incroyable de coloris : du vert, du jaune, de l’orange, du vermillon, du prune et un bleu étincelant. Si minuscules et si colorées à la fois !

Plante tapissante et retombante à feuillage panaché

Fuchsia procumbens 'Argentea' avec ses premières fleurs sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Une petite beauté végétale à observer de près. Je l’ai installée avec un cuphéa arbustif (Cuphea hyssopifolia ‘Alba’), dans une petite potée près de la porte fenêtre de la salle à manger.

Plantes exotiques pour coins ombragés

Potée de Cuphea hyssopifolia 'Alba' et de Fuchsia procumbens 'Argentea' sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Je passe forcément devant quand je vais et viens sur mon balcon. C’est le meilleur moyen d’admirer ces deux fleurs discrètes.

Les petites feuilles et les fleurs du fuchsia ne dépassent pas le centimètre de longueur. Les tiges sont très grêles, ce qui donne un aspect fragile à la plante au port rampant ou retombant. La panachure blanche qui borde les limbes foliaires vert argenté est souvent teintée de rose tendre. Un fuchsia extraordinaire !
Quant au cuphéa, il est tout aussi gracile avec des petites feuilles étroites et vernissées portées par des rameaux très fins. Les petites fleurs apparaissent tout au long des tiges. La floraison dure à longueur d’année quand on hiverne et protège l’arbuste des basses températures.

Deux petites plantes pour un balcon ou une terrasse peu ensoleillée, quelques heures de soleil le matin étant largement suffisant. Il faut veiller à garder le substrat toujours frais, sans humidité excessive toutefois qui ferait pourrir les racines de ces arbustes miniatures. Ces végétaux ne sont pas rustiques. Ils doivent être hivernés à l’abri du gel, dans une pièce lumineuse pas trop chauffée. Je ne sais pas encore je vais les garder…

Où les trouver ?
Le cuphéa est proposé parfois dans les jardineries, avec des fleurs blanches ou roses ou mauves.
J’ai acheté mon pied de fuchsia chez l’EARL Sébastien Guillot, lors des Botaniques de Chèvreloup en avril dernier.

Mon streptolirion attaque la gouttière

Après avoir beaucoup souffert des basses températures du printemps, mon pied de Streptolirion volubile, que j’avais acheté lors de la Fête des Plantes Vivaces de Saint-Jean-de-Beauregard (91), s’est enfin mis à pousser sur mon balcon. Sa croissance est impressionnante et incroyablement rapide…

Plante grimpante exotique

Potée de Streptolirion volubile (Commélinacées) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le petit pied qui avait presque perdu toutes ses feuilles dans les semaines qui ont suivi son achat en raison des températures trop froides est maintenant pourvu de larges feuilles en forme de coeur, à l’aspect satiné qui devient vert bleuté iridescent en fin de journée, quand la lumière tombe. La floraison n’est pas spectaculaire. Les petites fleurs blanchâtres sont groupées en petits bouquets le long des tiges.

Cette plante grimpante forme une liane vigoureuse. Sa croissance est vite exubérante quand elle se plaît. Il faut prévoir de solides tuteurs ou un palissage pour la maintenir et la diriger. Cette année sur mon balcon, je lui laisse la gouttière sur laquelle elle va pouvoir courir, moyennant quand même une aide avec des liens pour la maintenir, car cette plante n’a pas de crampon ou de vrille.

Elle peut rester dehors en plein air pendant toute la belle saison, il faut ensuite l’installer dans une pièce très claire et chauffée pendant la mauvaise saison, car la plante n’est pas rustique. Cette cousine des misères (famille des Commélinacées) apprécie plutôt de rester à l’étroit dans son pot. Il faut arroser quand le substrat commence à sécher en surface, sans laisser la plante se flétrir. Mais inversement, il ne faut pas la noyer, car elle déteste et perd alors très vite ses feuilles. En hiver, faites attention aux attaques d’acariens, qui peuvent vite proliférer et dénuder la plante, voire la faire dépérir.

Pour la multiplier, rien de plus facile ! Les fragments de tige avec quelques feuilles s’enracinent très vite dans un verre d’eau. Les longues tiges se marcottent aussi très facilement, dès qu’elles touchent la terre, des racines apparaissant au niveau des noeuds sur les tiges. J’ai d’ailleurs un autre pied qui provient de marcottes d’un pied mère installé à longueur d’année en pleine terre dans un jardin breton. Sa vigueur est encore plus importante que le pied acheté qui avait été élevé sous serre.

Plante grimpante exotique

Boutures de Streptolirion volubile sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Où le trouver ? Chez Olivier Ézavin, pépinière Le Monde des Fougères.

Patchouli en pot

D’origine asiatique, le patchouli (Pogostemon patchouli) se cultive très bien en pot, dehors pendant la belle saison et à l’intérieur le reste de l’année. Une plante exotique au parfum agréable, qui n’a rien d’entêtant comme celui des extraits ou parfums contenant du patchouli.

Plante exotique à parfum

Potée de patchouli (Pogostemon patchouli) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le patchouli appartient à la famille des Lamiacées, comme les menthes. Il forme un petit buisson qui pousse assez vite pendant la belle saison, avec de larges feuilles dentelées vert franc. Le feuillage se teinte de rose et de pourpre quand les températures baissent. En pinçant fréquemment les extrémités des nouvelles pousses, on obtient une plante bien ramifiée. Le parfum n’est perceptible qu’en froissant les tiges ou les feuilles. Léger quand les feuilles sont fraîches, il devient plus fort après séchage du feuillage. Environ 10 fois plus fort, mais rien à voir avec tous ces extraits et parfums qui laissent un sillage très puissant qui se reconnaît de loin.

Plante exotique à parfum

Potée de patchouli (Pogostemon patchouli) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le patchouli est assez facile à cultiver. Il aime les emplacements ensoleillés et chauds, la température ne devant jamais descendre en dessous de 10 °C. Cette plante apprécie des arrosages copieux et réguliers, le moindre coup de soif se traduisant par le flétrissement rapide de toute la plante. Du printemps à la fin de l’été, un apport d’engrais azoté stimule la croissance. Pour ma part, je préfère enrichir le terreau avec du sang desséché et de la corne torréfiée plutôt que d’apporter un engrais liquide azoté chaque semaine ou tous les quinze jours.

En hiver quand la potée est installée dans la maison ou l’appartement, il faut surveiller les attaques d’araignées rouges, très fréquentes sur cette plante sensible à la sécheresse de nos intérieurs. Les acariens envahissent vite toute la plante, provoquant une chute importante des feuilles, qui peut entraîner le dépérissement du patchouli quand l’attaque est trop sévère.

Pendant la forte période de croissance (du printemps à la fin de l’été), pincez souvent les nouvelles pousses pour maintenir un port plus compact à l’arbuste, qui a tendance à se dégarnir à la base quand on le laisse pousser tout seul. Les feuilles coupées peuvent être séchées à l’air libre, à l’ombre. Vous les utiliserez ensuite dans un pot pourri, entre les pages d’un livre ou pour parfumer agréablement votre linge.

La multiplication du patchouli est facile par bouturage d’extrémité de tige feuillée, dans l’eau, du printemps à la fin de l’été. Rempotez les nouveaux pieds bien enracinés quand les racines mesurent quelques centimètres.

Où le trouver ? Chez Jean-Marc Parra (La Ferme des Saveurs), Tropicaflore, Hodnik