agriculture, agriculture urbaine, agroécologie

Pratiques agricoles en zones rurales, périurbaines ou urbaines

Fête des jardins et de l’agriculture urbaine les 22 et 23 septembre 2018

Fête des Jardins et de l'agriculture urbaine, Paris et métropole, septembre 2018Tous aux jardins ce week-end des 22 et 23 septembre 2018 dans Paris et métropole avec un programme de visites et d’animations d’une grande richesse et diversité. Il n’y a que l’embarras du choix !

Pour cette 22ème édition de la Fête des jardins et de l’agriculture urbaine, plus de 400 animations gratuites sont proposées dans les parcs et jardins de la capitale et dans les villes aux alentours. Cette année, le Village de la Fête des jardins et de l’agriculture urbaine est installé dans le Jardin Éole (Paris 18e).

Cliquer sur le lien pour découvrir le programme complet de la Fête des jardins et de l’agriculture urbaine 2018.

Je vous propose une petite sélection de sites à découvrir avec leurs visites et animations : (suite…)

Prêt à Pousser dévoile son tout nouveau jardin d’intérieur MODULO

Scénographie Publicis Drugstore, Modulo, potager d'intérieur, Prêt à Pousser, Paris, septembre 2018Prêt à Pousser revisite la place du jardin dans l’habitat pour rendre la culture potagère accessible à tous et lance Modulo, un nouveau potager d’intérieur qui, grâce à ses éléments modulaires, s’adapte à la fois à l’espace et aux besoins de chacun. Modulo est présenté en avant-première pendant la Paris Design Week jusqu’au 15 septembre 2018 au Publicis Drugstore (Paris 8e).

Avec Modulo, cultivez facilement laitue Batavia et Feuille de Chêne dans la cuisine, tomates en grappe et bottes de radis dans le salon ou encore des brassées de verveine, de thym ou de camomille derrière une porte. Avec Modulo, chacun peut désormais se réapproprier une partie de son alimentation. En choisissant les variétés que l’on souhaite cultiver ainsi que le bon endroit et le bon moment pour les lancer, on retrouve une forme de liberté tout en renouant avec la nature. Le couple de gastronomes férus d’herbes aromatiques gardera Modulo à portée de main sur son comptoir de cuisine tandis que la famille d’apprentis-pousseurs couvrira un mur du salon avec des légumes et des fleurs.

Modulo, potager d'intérieur, Prêt à Pousser, Paris, septembre 2018Une technologie brevetée au service du végétal et des jardiniers

Plus besoin d’avoir la main verte pour cultiver un potager toute l’année ! Les plantes germent et grandissent à partir d’une capsule que l’on insère facilement dans le module. Les racines puisent l’eau et les nutriments dont la plante a besoin au niveau du pot tandis qu’au-dessus le luminaire apporte le cycle nécessaire à sa photosynthèse. Après plusieurs mois de récoltes, la capsule bio-compostable peut être rempotée ou recyclée.

Modulo est composé de :

  • Un luminaire avec 47 leds basse consommation pour reproduire la lumière du soleil,
  • Un support modulable pour déplacer les pots à mesure que les plantes grandissent et en fonction de l’espace chez soi,
  • Une capsule de substrat enrichi à partir de laquelle les plantes poussent et que l’on change au gré de ses envies.

Herbes aromatiques, fleurs ornementales et comestibles, mini fruits et légumes… 37 variétés sont aujourd’hui disponibles à la pousse dans Modulo !

Avec l’application Prêt à Pousser, nos apprentis-jardiniers sont accompagnés tout au long de la pousse : conseils pour tailler son basilic ou polliniser son plant de tomate, astuces de chef après la récolte et accès facilité à nos experts botanistes en ligne !

Modulo, potager d'intérieur, Prêt à Pousser, Paris, septembre 2018Informations pratiques

Présentation chez Publicis Drugstore, 133, avenue des Champs-Élysées, 75008 Paris.
Sortie officielle prévue début novembre 2018.
Prix de vente : 149,95€ (4 capsules inclues).

Festival « Les estivales de la permaculture » à Montreuil (93) les 15 et 16 septembre 2018

Les Estivales de la Permaculture, Montreuil (93), septembre 2018Le festival « Les estivales de la permaculture » se tiendra pour la 5ème année consécutive à Montreuil (93) sur le site historique des Murs à Pêches, les samedi 15 et dimanche 16 septembre 2018. Le thème de l’édition de cette année est : le « Do It Yourself » (Fais-le toi-même).

Au programme : des stands, des ateliers, des conférences, des animations, des concerts, des projections, des débats, un espace enfant, une bibliothèque, un café permaculture… L’invité d’honneur sera Barnabé Chaillot, bricoleur utopiste 2.0 : http://energie-autrement.blogspot.fr/

De 10h jusqu’en soirée, venez découvrir la permaculture autour de conférences et d’ateliers sur le thème Do it yourself » : concerts, disco-soupe, lectures, débats, découvertes culinaires…

Les Estivales s’inscrivent dans les Journées Européennes du Patrimoine, au cours desquelles de nombreux jardins des Murs à pêches seront ouverts, avec animations proposées par les différentes associations, notamment Murs à pêches, Lez’arts dans les murs, Théâtre de la Girandole, les Ateliers de la Nature, verger de Patrick et Geneviève, Tige, Vivre les murs, le Sens de l’humus et Jardin de la lune.
Plus de renseignements : http://www.montreuil.fr/fileadmin/user_upload/Files/actualites_fichiers/2018/09_septembre/JEP2018-ProgA5-BD.pdf

Les Estivales de la Permaculture, Montreuil (93), septembre 2018Informations pratiques
Samedi 15 de 10h à minuit, dimanche 16 septembre 2018 de 10h à 22h.
Rendez-vous dans la prairie des Murs à pêches, 61 rue Pierre de Montreuil, 93100 Montreuil.
Entrée à prix libre en participation consciente.
Métro : ligne 9, station Mairie de Montreuil.
Bus : lignes 102 et 121, arrêt Danton; ligne 122, arrêt Saint-Just.

Attention, la pêche, monnaie locale historique de Montreuil et depuis cette année monnaie locale francilienne, sera la seule monnaie acceptée sur le festival. Des stands d’information et des comptoirs de change vous permettront d’expérimenter son usage au cours du festival.

Tous les détails sur le site : www.festival-permaculture.fr

Le temps des cerises françaises

En 2018, la cerise française s’est donnée quelques jours de plus pour arriver jusqu’aux étals. En effet, selon la date de la floraison, la campagne peut débuter avec 8 à 15 jours de décalage d’une année à l’autre. Cette année, les premières cerises sont arrivées à la mi-mai, mais elles seront présentes jusqu’à la fin du mois de juillet pour le plus grand plaisir des gourmands.

AOP Cerises de France, Chiffres de la saison 2018
En mai, la cerise française fait ce qui lui plaît ! Après des températures d’avril un peu fraîches, les Pyrénées Orientales et le Gard seront les premiers terroirs français à cueillir la Burlat, attendue autour du 14 mai pour le plus grand plaisir des gourmets ! Le Ventoux et la région de Moissac démarreront à leur tour la cueillette à partir du 18-19 mai, tout comme la Vallée du Rhône. Dans les Monts du Lyonnais, il faudra attendre la fin mai, voire le début du mois de juin pour que les cerises puissent être récoltées. Le cœur de la saison est en mai et en juin.

Essentiellement cultivée en Provence Alpes Côte d’Azur (30%), Auvergne- Rhône-Alpes (34%), Occitanie (24%), la production annuelle de cerises en France se porte à 31 500 tonnes pour 8 000 ha, élevant ainsi la France au rang de 4ème pays producteur de cerises. Les Français en dégustent en moyenne 2 kg par ménage et par an.

Les fruits, récoltés au fur et à mesure de leur maturité, se doivent d’être manipulés avec soin. Le ramassage se fait encore à la main et que la récolte définitive nécessite plusieurs passages dans un verger. Il faut une heure à un ramasseur pour effectuer une sélection rigoureuse des fruits mûrs et cueillir à la main environ 10 à 15 kg de cerises (une cerise pèse entre 8 et 10 grammes).

L’AOP Cerises de France
L’AOP Cerises de France – Association d’Organisations de Producteurs. Elle fédère aujourd’hui plus de 800 producteurs français de cerises. Depuis sa création, l’AOP a doublé son nombre d’adhérents et joue un réel rôle économique au sein de la filière. L’AOP Cerises de France a obtenu sa reconnaissance en tant qu’AOP Nationale par Arrêté du 14 décembre 2011 portant modification de reconnaissance en qualité d’association d’organisation de producteurs de fruits et légumes.

Bon à savoir
Une bonne cerise n’attend pas et se déguste le jour de son achat. Mais un séjour de 72 h à température ambiante – sauf en période de canicule – dans la corbeille à fruits est possible. Vous pouvez porter cette durée à cinq jours en optant pour le réfrigérateur, à l’abri d’une boîte hermétique afin de protéger les cerises des odeurs environnantes. Pensez à les sortir au moins 20 minutes avant de les déguster pour qu’elles puissent recouvrer et exprimer tous leurs arômes neutralisés par le froid.

www.cerises-de-france.fr

Glyphosate, suite mais pas fin…

Logo du ministère de la transition écologique et solidaire

Vendredi 22 juin 2018, Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire et Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation ont réuni des représentants du monde agricole, de l’agro-alimentaire et de la distribution, ainsi que les acteurs de la recherche et de l’innovation pour s’engager dans la sortie définitive du glyphosate.

Les ministres ont rappelé le cadre du plan d’action global pour la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires présenté fin avril, avec un objectif de -25 % en 2020 et -50 % en 2025, et la décision du gouvernement de mettre fin aux principaux usages du glyphosate d’ici trois ans au plus tard et d’ici cinq ans pour l’ensemble des usages, tout en précisant que les agriculteurs ne seraient pas laissés dans une impasse.

Le rapport de l’INRA, remis en décembre au gouvernement, démontre que de nombreuses alternatives au glyphosate sont déjà disponibles dans le cadre de l’agro-écologie, notamment dans les grandes cultures, la viticulture et l’arboriculture qui sont les filières les plus consommatrices de glyphosate. Ce rapport identifie aussi les usages et pratiques agricoles, toutefois minoritaires, en situation d’impasse compte tenu des leviers et connaissances actuelles. Il est nécessaire d’accélérer le développement de solutions pour ces usages, notamment pour l’agriculture de conservation des sols, celle en zones difficiles comme les terrasses et les secteurs aux cahiers des charges très spécifiques.

Dans ce cadre, les ministres ont salué les démarches de progrès qu’ont d’ores et déjà engagées les filières agricoles, notamment dans leurs plans de filière ou le contrat de solutions porté par une trentaine d’acteurs autour de la FNSEA. Les ministres leur ont demandé d’assurer la cohérence de ces démarches avec les objectifs fixés par le gouvernement sur le glyphosate comme sur la réduction globale de l’utilisation des produits phytosanitaires.

Les ministres attendent des acteurs que ce travail par filière pour identifier les leviers du changement soit finalisé rapidement. Ils souhaitent pouvoir disposer de premiers engagements précis de réduction et de suppression d’usages sur le glyphosate d’ici trois semaines. Les ministres ont notamment demandé aux entreprises de l’agro-alimentaire et de la grande distribution de s’engager aux côtés des agriculteurs dans le déploiement de solutions et dans la valorisation des produits sans glyphosate.

Logo du ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêchePour permettre la pleine mobilisation des filières et un suivi en toute transparence par les parlementaires et les citoyens des progrès accomplis vers la sortie du glyphosate, les ministres ont annoncé :

  • La création d’un centre de ressource d’ici la fin de l’année pour rendre accessible à l’ensemble de la profession agricole les solutions existantes pour sortir du glyphosate.
  • Le renforcement des actions d’accompagnement dans le cadre du programme Ecophyto pour diffuser les solutions et trouver de nouvelles alternatives pour les usages pour lesquels il demeurerait des impasses.
  • La mobilisation des réseaux territoriaux des chambres d’agriculture, et de l’enseignement agricole pour faire connaître et promouvoir les alternatives au glyphosate sur l’ensemble des territoires avec l’appui des CIVAM et des coopératives agricoles.
  • Le suivi des quantités vendues et utilisées des produits contenant du glyphosate afin de faire toute la transparence sur les usages en publiant régulièrement les données et en les mettant à disposition du public.
  • La valorisation de ce travail au niveau européen avec les pays volontaires pour s’engager comme la France dans une sortie rapide du glyphosate. Une première réunion avec ces pays se tiendra en marge du prochain Conseil Agriculture en juillet.

L’animation et le suivi de ce plan d’action sont confiés à une « Task Force » pilotée par les deux ministères, avec l’appui de l’INRA, de l’ACTA et de l’APCA. Cette équipe rendra compte des actions engagées et des progrès accomplis tous les trois mois aux ministres et aux parlementaires.

 Enfin, les ministres ont souligné les attentes des Français et les bénéfices attendus d’une transition réussie vers l’agroécologie. Le gouvernement a choisi de faire appel à la responsabilité des acteurs en s’engageant pleinement à leurs côtés pour obtenir rapidement des résultats et atteindre l’objectif de sortie du glyphosate.

Les pratiques agricoles, d’hier à demain, Château de La Roche Guyon (9 juin-25 novembre 2018)

Famille Palmantier dans le jardin de La Roche-Guyon, aux environs de 1930 ©DR
En préambule à l’exposition qui sera consacrée à l’automne au duc de La Rochefoucauld-Liancourt (1747-1827), qui conduisit plusieurs expérimentations industrielles et agronomiques, le château de La Roche-Guyon, situé dans le Val d’Oise, sur le territoire du Parc naturel régional du Vexin français, propose, de juin à novembre 2018, deux expositions et un colloque, ainsi que des ateliers de techniques jardinières au potager, sur les pratiques et innovations agricoles, destinés à mieux faire connaître le monde paysan, ses métiers, ses connaissances et ses techniques, du XVIIIème siècle à aujourd’hui.

Exposition « Partie de campagne, un siècle de révolutions agricoles »
Du samedi 9 juin au dimanche 25 novembre 2018.
À l’heure où les enjeux sanitaires et environnementaux interrogent les pratiques agricoles, l’Atelier de Restitution du Patrimoine et de l’Ethnologie (ARPE – Direction de l’Action culturelle du Conseil départemental du Val d’Oise) a conçu cette exposition qui décrira les grands bouleversements agraires advenus entre 1850 et 1945. Illustrée de nombreuses photographies en noir et blanc représentant le monde paysan d’Île-de-France et plus précisément du Val-d’Oise, l’exposition témoignera des innovations techniques et des expérimentations menées par les professionnels de la terre et des profondes transformations sociétales qui en ont découlé.


Exposition « Le Grand Jardin de La Roche-Guyon. Épisode maraîcher d’un Potager-fruitier des Lumières »
Du samedi 9 juin au dimanche 25 novembre 2018.
La seconde exposition, conçue par le château de La Roche-Guyon, proposera un gros plan sur l’histoire de son Potager-fruitier au XXème siècle, durant lequel il a été exploité par la famille Bertheaume. Des photos aériennes montreront l’évolution de son tracé et de ses cultures au cours du siècle jusqu’à son enfrichement et sa recréation au début du XXIème siècle. Et par ailleurs, Jean Paul Palmantier et Colette Valley, descendants de la famille, nous permettront d’évoquer la dimension sociale de cette période grâce à des photographies anciennes.

Colloque « Ambitions et utopies agricoles : enjeux passés, présents, futurs », dans le cadre de « Jardins ouverts »
Samedi 29 septembre 2018, de 9h à 17h30 (gratuit / sur inscription).
Ce colloque animé par le paysagiste Antoine Quenardel, commentera la recherche et les expérimentations agricoles du XVIIIème siècle à nos jours. De la « ferme modèle » de Liancourt à la permaculture, en passant par la protection des sols ou la conservation et la réimplantation de variétés anciennes comme alternatives à la chimie.

« Jardiner avec la nature » un cycle d’ateliers au Potager, labellisé Jardin remarquable et dont la production est certifiée AB
Pour approfondir, les travaux pratiques ne seront pas oubliés : les jardiniers en herbe pourront mettre la main à la terre, au potager, avec le cycle de quatre formations encadrées par Emmanuelle Bouffé, jardinière paysagiste, sur les pratiques contemporaines (et engagées !) et les bons usages au jardin.

  • Dimanche 24 juin 2018 : « La nature alliée du jardinier »
  • Dimanche 23 septembre 2018 : « Faire ses graines, l’art d’être encore plus autonome »
  • Dimanche 14 octobre 2018 : « Semailles »
  • Dimanche 18 novembre 2018 : « Le sol, sa vie, son œuvre »

Concert Emotional landscapes
Dimanche 10 juin 2018 à 15h30
Pour honorer également la dimension sentimentale des paysages, la compagnie Le SonArt / David Chevallier, quatuor baroque, viendra faire vibrer les « paysages émotionnels » que nous portons tous en nous avec Emotional Landscapes, un concert de reprises de chansons de Björk en « version bio » interprétées par Anne Magouët, soprano, accompagnée d’instruments anciens : théorbe, guitare baroque et violes de gambe.

Informations pratiques
Château de La Roche-Guyon
1, rue de l’Audience, 95780 La Roche-Guyon.
Informations au tél. : 01 34 79 74 42.
https://www.facebook.com/Chateau.Roche.Guyon/

Horaires d’ouverture du château
Jusqu’au 28 octobre 2018 : du lundi au vendredi de 10h à 18h; weekends et jours fériés de 10h à 19h.
Du 29 octobre au 25 novembre : tous les jours de 10h à 17h (la billetterie ferme 1h avant).