agriculture, agriculture urbaine, agroécologie

Pratiques agricoles en zones rurales, périurbaines ou urbaines

Fabrication d’un keyhole garden à Saint-Ouen pendant les 48h de l’Agriculture Urbaine

Affiche, fabrication d'un keyhole garden à Saint-Ouen (93), Via PaysageParmi les nombreuses animations proposées pour les 48h de l’Agriculture Urbaine, l’association-réseau Via Paysage vous propose d’apprendre à réaliser un keyhole garden dans la résidence Salvador Allende à Saint-Ouen (93) le samedi 21 avril à partir de 14h30.

Qu’est-ce qu’un « keyhole garden » ?
Le jardin en trou de serrure (traduction de « keyhole garden ») est un espace nourricier mis au point et expérimenté en Afrique, très bien adapté aux environnements arides et aux sols peu fertiles. Il s’agit d’un petit jardin de forme arrondie avec une zone de compostage au centre qui permet d’alimenter les cultures tout autour.

Informations pratiques
Dans la cour du 16 bis, rue Salvador Allende, 93400 Saint-Ouen.
Samedi 21 avril 2018 de 14h30 à 17h30.
Cliquer pour vous inscrire à l’événement.

Les 48h de l’Agriculture Urbaine les 21 et 22 avril 2018

Affiche, Les 48h de l'agriculture urbaine, avril 2018
Les 48H de l’Agriculture Urbaine vous incitent à passer à l’action lors d’un week-end convivial et animé, les 21 et 22 avril 2018, et se conçoivent comme un déclencheur de la prise d’initiative pour lancer la saison du jardinage en ville !

Visite de la micro-ferme Le Paysan urbain à Romainville

Seine-Saint-Denis TourismeLe samedi 31 mars 2018 à 14h, Seine-Saint-Denis Tourisme vous propose une visite de la micro-ferme urbaine Le Paysan urbain, acteur de l’agriculture urbaine, installé à Romainville (93) depuis juillet 2015.

Le Paysan Urbain est une ferme urbaine agroécologique, économiquement viable, socialement responsable et inscrite dans son territoire. La démarche du paysan urbain est de produire bio, de distribuer localement en circuit-court. Elle a également pour objectif de créer de l’emploi en insertion, de sensibiliser aux enjeux environnementaux et de créer des liens avec les agriculteurs ruraux. Le Paysan Urbain produit des micro-pousses sur une parcelle de la ville en pleine mutation, le quartier de la ZAC de l’Horloge. Ces micro-pousses sont dans des bacs pouvant être installés n’importe où, y compris chez soi.

Cette expérience est inédite puisqu’il s’agit d’une occupation éphémère d’une friche urbaine en attente de projet.
La visite vous permettra de découvrir les processus de cette agriculture nouvelle génération et sa facilité d’installation, ainsi que son potager pédagogique et son poulailler.

Informations pratiques
Le Paysan Urbain
64, Avenue Gaston Roussel, 93230 Romainville.
Métro : ligne 5, station Bobigny-Pantin Raymond Queneau.
Tarif : 6 euros.
Cliquer sur le lien pour vous inscrire. En cas d’inscription de dernière minute (après le vendredi 30 mars 12h), merci d’imprimer votre facture, celle-ci vous sera réclamée lors de la visite.

ANNULÉE / Conférence publique « La biodiversité auxiliaire des cultures » le 29 mars 2018

Affiche de la conférence publique sur la biodiversité auxiliaire des cultures, ARB îdF, Paris 18e (75), mars 2018LA CONFÉRENCE EST ANNULÉE / Dans le cadre de son cycle de conférences à destination du grand public, l’ARB Île-de-France, anciennement Natureparif, vous propose de rencontrer Michel Griffon, agronome et économiste, pour une conférence sur la biodiversité auxiliaire de l’agriculture et de l’élevage, le jeudi 29 mars 2018 à la Halle Pajol, Paris 18e (75).

Ancien directeur scientifique du CIRAD et ancien Directeur Général de l’Agence Nationale de la Recherche, Michel Griffon promeut le concept d’intensification écologique qui prend en compte la nécessité de faire face à la vague démographique planétaire et de préserver la biosphère.

Selon Michel Griffon « La longue histoire de l’agriculture a toujours tourné autour de l’élimination systématique de tous éléments susceptibles d’impacter négativement la production des plantes cultivées et de l’élevage. En a résulté une vision profondément éradicatrice des « mauvaises herbes » comme des « maladies et ravageurs », donnant lieu à l’utilisation d’un langage quasi militaire de protection des cultures et animaux d’élevage. Cette vision est également à l’origine du labour et de l’utilisation des nombreux pesticides et médicaments qui participent à la crise environnementale de l’agriculture et de l’élevage. Le recours à des techniques alternatives directement inspirées par l’écologie scientifique plaide aujourd’hui pour une conception « écosystémique » de cette protection. Ainsi, une partie importante de la flore et de la faune peut-elle être utilisée comme auxiliaire, c’est-à-dire utile à la production, tout en enrichissant la biodiversité. »

Déroulé de la conférence
Dans un premier temps, Michel Griffon abordera l’histoire de la protection des cultures et de l’élevage. Il abordera ensuite les impasses techniques actuelles et montrera dans quelle mesure l’écologie scientifique peut être une inspiration pour la production. Enfin il conclura son propos en présentant des exemples de biodiversité auxiliaire de l’agriculture et de l’élevage.

Informations pratiques
Jeudi 29 mars 2018 de 19h à 21h / ANNULÉE
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse, 18/22 ter, rue Pajol, 75018 Paris.
Métro : ligne 12, station Marx Dormoy.
Entrée gratuite. Inscription conseillée

La production de semences : une industrie innovante au cœur des territoires ruraux français

Avec une constante progression du nombre d’emplois et d’investissements, les entreprises semencières implantées dans 62 départements dynamisent l’économie locale tout en contribuant à la transition agro-écologique.

Des entreprises de toutes tailles et de toutes formes capitalistiques (coopératives, entreprises à capitaux familiaux et entreprises cotées) possèdent un parc industriel remarquable. Ce savoir-faire industriel associé à un niveau soutenu d’investissements dans la recherche permettent à la France de tenir son rang de premier exportateur mondial et de premier producteur européen de semences. La contribution du secteur au solde de la balance commerciale agricole atteint en 2016 un nouveau record avec un total de 951M€ soit 47 % du total.

Production de semences, infographie, UFS, mars 2018L’enquête sur la performance industrielle des entreprises semencières, réalisée par l’Union Française des Semenciers, montre que l’emploi progresse dans la filière de plus de 4% entre 2014 et 2017 (plus 5% pour les CDI). L’augmentation devrait se poursuivre avec plus de 3% de hausse annoncée d’ici 2022. Les investissements, très élevés entre 2010 et 2015, sont en légère baisse ces trois dernières années mais restent soutenus pour un secteur industriel avec un taux annuel de 2,2% du chiffre d’affaires.

Soucieux de la protection de leurs salariés, les entreprises s’engagent dans des actions d’amélioration concernant l’ergonomie des postes de travail, la poursuite de la maîtrise de l’exposition aux produits phytosanitaires ainsi que la sécurisation des déplacements ou la réduction du bruit. D’un point de vue environnemental, 60 % des entreprises déclarent mettre en place des actions volontaristes notamment dans l’amélioration de l’efficacité énergétique et le verdissement du mix énergétique.

Les adhérents de l’UFS souhaitent s’inscrire dans la transition agro-écologique de l’agriculture et développent des variétés tolérantes aux bioagresseurs (virus, champignons…) pour réduire la consommation de produits phytosanitaires ou des variétés résilientes aux aléas pour l’adaptation au changement climatique. D’autres leviers tels que le biocontrôle ou les biostimulants peuvent être associés aux semences par enrobage notamment. Ces alternatives, quand elles sont disponibles et efficientes, vont impacter les métiers de la production de semences et l’usine de demain. L’accès aux facteurs de production au champ reste essentiel avec notamment une utilisation toujours plus raisonnée de la ressource en eau. Cette transition agro-écologique se fera grâce à une approche combinatoire de toutes les solutions y compris agronomiques et numériques ; c’est le principe fondateur et pragmatique du contrat de solution auquel l’UFS choisit de contribuer avec 35 partenaires.

Logo UFS, Union Française des SemenciersLe saviez-vous ?
L’Union Française des Semenciers (UFS) est l’organisation professionnelle qui fédère et représente 130 entreprises semencières implantées en France ayant pour activités l’amélioration, la production et la commercialisation de variétés, de semences et de plants pour les agricultures, les jardins et les paysages. Interlocuteur de référence, l’UFS porte la voix de ses adhérents dans les filières agricoles et plus largement dans la société. Au sein des filières, les semenciers sont à l’origine d’une activité économique responsable et dynamique.

4e édition de Préparons le Printemps le samedi 17 mars 2018

Affiche "Préparons le printemps", mairie du 20e, Paris (75), 17 mars 2018
À quelques jours du Printemps, la mairie du 20e se transforme en forum du jardinage, de l’agriculture urbaine et des alternatives durables, à l’occasion de la 4e édition de Préparons le Printemps.

Le hall et le salon d’honneur de la mairie deviendront un lieu d’échanges, de découvertes et d’ateliers pratiques.

Préparons le Printemps réunit tous les ans plus de 500 personnes, depuis son lancement en 2015, année de la COP 21. Dans le contexte de lutte contre le réchauffement climatique et de re-végétalisation de la ville, ce succès populaire est signe d’espoir pour l’avenir !

Programme :

  • Échanges sur la nature en ville
  • Conseils de jardinage urbain
  • Ateliers pratiques
  • Bourse aux plantes
  • Découverte de produits locaux

Informations pratiques :
Mairie du 20e arrondissement, 6 place Gambetta, 75020 Paris.
Samedi 17 mars 2018 à partir de 10h.
Entrée gratuite.