Archive journalières: 15 juin 2010

Les digitales du parc des Buttes-Chaumont

Certains talus ombragés du parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e) sont tapissés de digitales, actuellement en pleine floraison. Le visiteur passant en contrebas des talus, il peut plus facilement admirer ces belles fleurs aux allures de sauvageonnes.

Fleur printanière pour coins ombragés et frais

Talus ombragé couvert de digitales en pleine floraison dans le parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e), juin 2010, photo Alain Delavie

Fleurs printanières pour coins ombragés et frais

Talus ombragé couvert de digitales en pleine floraison dans le parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e), juin 2010, photo Alain Delavie

Ce tapis de digitales est entouré d’un grillage qui empêche d’accéder aux fleurs et de les toucher. Protection pour les préserver des passants peu soucieux des plantes ou pour empêcher tout contact avec ces plantes dont les feuilles et les fleurs sont toxiques ? Peut-être les deux…

Fleurs printanières pour coins ombragés et frais

Talus ombragé couvert de digitales en pleine floraison dans le parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e), juin 2010, photo Alain Delavie

C’est qu’elles sont belles ces grandes hampes florales avec leurs grosses fleurs en clochette retombante… Bien visibles car en hauteur par rapport à l’allée et au promeneur.

Fleurs printanières pour coins ombragés et frais

Talus ombragé couvert de digitales en pleine floraison dans le parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e), juin 2010, photo Alain Delavie

En blanc, en rose, en violine, en mauve et même en jaune. Une belle palette de coloris pastel.

Fleur printanières pour coins ombragés et frais

Digitales en pleine floraison dans le parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e), juin 2010, photo Alain Delavie

Avec les grands ifs et autres conifères qui surplombent les grandes hampes florales, on se croirait presque dans un coin perdu de montagne… Et non pas au coeur du dix-neuvième arrondissement en plein Paris.

Mon streptolirion attaque la gouttière

Après avoir beaucoup souffert des basses températures du printemps, mon pied de Streptolirion volubile, que j’avais acheté lors de la Fête des Plantes Vivaces de Saint-Jean-de-Beauregard (91), s’est enfin mis à pousser sur mon balcon. Sa croissance est impressionnante et incroyablement rapide…

Plante grimpante exotique

Potée de Streptolirion volubile (Commélinacées) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le petit pied qui avait presque perdu toutes ses feuilles dans les semaines qui ont suivi son achat en raison des températures trop froides est maintenant pourvu de larges feuilles en forme de coeur, à l’aspect satiné qui devient vert bleuté iridescent en fin de journée, quand la lumière tombe. La floraison n’est pas spectaculaire. Les petites fleurs blanchâtres sont groupées en petits bouquets le long des tiges.

Cette plante grimpante forme une liane vigoureuse. Sa croissance est vite exubérante quand elle se plaît. Il faut prévoir de solides tuteurs ou un palissage pour la maintenir et la diriger. Cette année sur mon balcon, je lui laisse la gouttière sur laquelle elle va pouvoir courir, moyennant quand même une aide avec des liens pour la maintenir, car cette plante n’a pas de crampon ou de vrille.

Elle peut rester dehors en plein air pendant toute la belle saison, il faut ensuite l’installer dans une pièce très claire et chauffée pendant la mauvaise saison, car la plante n’est pas rustique. Cette cousine des misères (famille des Commélinacées) apprécie plutôt de rester à l’étroit dans son pot. Il faut arroser quand le substrat commence à sécher en surface, sans laisser la plante se flétrir. Mais inversement, il ne faut pas la noyer, car elle déteste et perd alors très vite ses feuilles. En hiver, faites attention aux attaques d’acariens, qui peuvent vite proliférer et dénuder la plante, voire la faire dépérir.

Pour la multiplier, rien de plus facile ! Les fragments de tige avec quelques feuilles s’enracinent très vite dans un verre d’eau. Les longues tiges se marcottent aussi très facilement, dès qu’elles touchent la terre, des racines apparaissant au niveau des noeuds sur les tiges. J’ai d’ailleurs un autre pied qui provient de marcottes d’un pied mère installé à longueur d’année en pleine terre dans un jardin breton. Sa vigueur est encore plus importante que le pied acheté qui avait été élevé sous serre.

Plante grimpante exotique

Boutures de Streptolirion volubile sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Où le trouver ? Chez Olivier Ézavin, pépinière Le Monde des Fougères.