Archive journalières: 14 juin 2010

Conférence publique sur les Parcs Naturels Régionaux d’Île-de-France

Dans le cadre de son cycle de conférences publiques, Natureparif propose une rencontre sur le thème « Les Parcs Naturels Régionaux d’Île-de-France », le mardi 15 juin 2010, de 18 h à 20 h. Cette conférence se déroulera dans les locaux de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), au 84 rue de Grenelle, 75007 Paris (Métro ligne 12, station Rue du Bac).


Quatre Parcs participent à la préservation de la nature en Île-de-France
Les territoires ruraux franciliens représentent près de 80% de la surface régionale. Ces espaces situés à quelques dizaines de kilomètres seulement de Paris sont, plus qu’ailleurs en France, soumis à de multiples pressions : urbanisation, passage d’infrastructures, extraction de matériaux de carrières, sur-fréquentation touristique les menacent de dégradation et de banalisation… Leur avenir est un enjeu fort pour l’aménagement et l’identité de la région. Pour préserver et dynamiser ces territoires ruraux remarquables, réservoirs majeurs de biodiversité, le Conseil régional s’est engagé dans une politique active, comprenant notamment la création de quatre Parcs naturels régionaux.

14% du territoire régional d’Île-de-France est classé Parc Naturel Régional
Afin de préserver la qualité de ces territoires ruraux remarquables, réservoirs majeurs de biodiversité, la Région Ile-de-France s’est engagée, depuis vingt-cinq ans, dans la création et l’accompagnement de Parcs naturels régionaux. Les Parcs d’Ile-de-France, Haute Vallée de Chevreuse (créé en 1985), Vexin français (1995), Gâtinais français (1999) et Oise-Pays de France (2004, élaboré avec la Région Picardie) présents aux portes de la ville, font partie d’une campagne bien vivante. Ils représentent près de 14 % du territoire régional et engagent près de 200 communes mais aussi les quatre Départements de la grande couronne d’Île-de-France. Ils placent l’Île-de-France dans les trois premières régions françaises par le nombre de Parcs. Ils tiennent une pleine et entière place dans le processus d’aménagement durable du territoire régional.

Profitez des beaux jours pour découvrir les Parcs !
Tout au long de l’année, les Parcs naturels régionaux vous accueillent et vous entrainent au fil des paysages régionaux au travers d’activités nombreuses et variées. Partez à la découverte des richesses que recèlent leurs milieux naturels (landes, coteaux calcaires, marais et prairies humides, forêts, vallées, paysages ruraux, platières gréseuses…) en vous promenant le long des sentiers de découverte ou en participant à des animations nature.
Venez visiter leurs musées ou assister aux fêtes locales organisées au cœur de villages typiques. Goûtez au terroir et appréciez leurs produits artisanaux (miel du Gâtinais, raisin de table, jus de fruit et bière du Vexin…).
Cette conférence publique vous donnera un avant-goût des découvertes que vous pourrez faire en vous plongeant au cœur des Parcs.

La Région Île-de-France ainsi que les quatre parcs naturels régionaux franciliens animeront cette conférence :
Fabien Paquier et Jean-Frédéric Laffargue – Région Île-de-France,
Jean-Luc Briot – Parc Naturel Régional du Vexin français (78, 95),
Alexandre Emerit – Parc Naturel Régional du Gâtinais français (77, 91),
Frédéric Pouzergues – Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse (78),
Brigitte Souverain – Parc Naturel Régional Oise Pays de France (95, 60).

Patchouli en pot

D’origine asiatique, le patchouli (Pogostemon patchouli) se cultive très bien en pot, dehors pendant la belle saison et à l’intérieur le reste de l’année. Une plante exotique au parfum agréable, qui n’a rien d’entêtant comme celui des extraits ou parfums contenant du patchouli.

Plante exotique à parfum

Potée de patchouli (Pogostemon patchouli) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le patchouli appartient à la famille des Lamiacées, comme les menthes. Il forme un petit buisson qui pousse assez vite pendant la belle saison, avec de larges feuilles dentelées vert franc. Le feuillage se teinte de rose et de pourpre quand les températures baissent. En pinçant fréquemment les extrémités des nouvelles pousses, on obtient une plante bien ramifiée. Le parfum n’est perceptible qu’en froissant les tiges ou les feuilles. Léger quand les feuilles sont fraîches, il devient plus fort après séchage du feuillage. Environ 10 fois plus fort, mais rien à voir avec tous ces extraits et parfums qui laissent un sillage très puissant qui se reconnaît de loin.

Plante exotique à parfum

Potée de patchouli (Pogostemon patchouli) sur mon balcon, juin 2010, photo Alain Delavie

Le patchouli est assez facile à cultiver. Il aime les emplacements ensoleillés et chauds, la température ne devant jamais descendre en dessous de 10 °C. Cette plante apprécie des arrosages copieux et réguliers, le moindre coup de soif se traduisant par le flétrissement rapide de toute la plante. Du printemps à la fin de l’été, un apport d’engrais azoté stimule la croissance. Pour ma part, je préfère enrichir le terreau avec du sang desséché et de la corne torréfiée plutôt que d’apporter un engrais liquide azoté chaque semaine ou tous les quinze jours.

En hiver quand la potée est installée dans la maison ou l’appartement, il faut surveiller les attaques d’araignées rouges, très fréquentes sur cette plante sensible à la sécheresse de nos intérieurs. Les acariens envahissent vite toute la plante, provoquant une chute importante des feuilles, qui peut entraîner le dépérissement du patchouli quand l’attaque est trop sévère.

Pendant la forte période de croissance (du printemps à la fin de l’été), pincez souvent les nouvelles pousses pour maintenir un port plus compact à l’arbuste, qui a tendance à se dégarnir à la base quand on le laisse pousser tout seul. Les feuilles coupées peuvent être séchées à l’air libre, à l’ombre. Vous les utiliserez ensuite dans un pot pourri, entre les pages d’un livre ou pour parfumer agréablement votre linge.

La multiplication du patchouli est facile par bouturage d’extrémité de tige feuillée, dans l’eau, du printemps à la fin de l’été. Rempotez les nouveaux pieds bien enracinés quand les racines mesurent quelques centimètres.

Où le trouver ? Chez Jean-Marc Parra (La Ferme des Saveurs), Tropicaflore, Hodnik