Les Rubans Ephémères dans les jardins du château de Vaux-le-Vicomte, photo Collectif

Le jardin de Vaux-le-Vicomte, œuvre fondatrice des jardins à la française d’André Le Nôtre, vit un changement inédit dans son histoire tricentenaire. Les buis du parterre des boulingrins, âgés et malades, ont été arrachés durant l’hiver 2019 et ont laissé leur place à une œuvre d’art éphémère, spécialement créée pour le domaine et choisie à l’issue d’une consultation initiée en 2018.

L’œuvre choisie, les Rubans Ephémères, est une création de l’artiste Patrick Hourcade. Avec audace et modernité, elle rend hommage à l’art visionnaire du jardinier paysagiste du XVIIe siècle.

Un renouveau nécessaire des jardins : l’appel à projet

Des premiers signes de dépérissement des buis ont été constatés en 2010-2011, du fait de l’âge des végétaux (centenaires), d’un sol médiocre et des maladies fongiques causées par deux champignons, Volutella buxi et Cylindrocladium buxicola. À la suite à une attaque fulgurante et exceptionnelle de la pyrale (espèce de Lépidoptères dont la chenille se nourrit de feuilles de buis) durant le printemps et l’été 2017, 70% des buis sont morts.

La famille de Vogüé, propriétaire du domaine, assistée d’un comité scientifique, a pris acte de la fin de vie des broderies de buis plantées par Achille Duchêne en 1923 et a décidé de procéder à leur remplacement. Réuni en urgence en 2017 après les attaques de pyrale, ce comité a entériné le fait qu’il n’était plus raisonnablement envisageable de sauver les buis des parterres des Boulingrins.

Avant qu’un nouveau projet définitif de remplacement ne soit identifié (sur des critères artistique, historique, scientifique et économique), les propriétaires ont décidé :

  • d’organiser à l’été 2018 un appel à candidatures auprès d’artistes, paysagistes, designers pour la création d’une œuvre éphémère sur ces deux parterres.
  • d’arracher tous les buis des deux parterres au sud du château en février 2019. Depuis, les parterres seront recouverts de terre et délimités par la bande de gazon actuelle.

Les Rubans Ephémères

Après délibération d’un jury spécialisé, le projet de Patrick Hourcade a été retenu pour remplacer les broderies de buis des parterres des boulingrins. L’œuvre, nommée les ‘Rubans Ephémères’ s’inspire des dessins d’arabesque d’Achille Duchêne (début XXe siècle), eux-mêmes inspirés des broderies dessinées par Le Nôtre au XVIIe siècle. Elle a été créée et mise en place par l’agence Décoral.

Dans sa proposition, Patrick Hourcade s’est donné pour mission de respecter les règles du jardin à la française. C’est pourquoi il honore la perspective d’André Le Nôtre ainsi que le langage très construit du paysage et de la nature domptée par l’Homme. Le gazon parfaitement entretenu est donc un aspect essentiel des Rubans Ephémères : il doit être coupé court et ne pas changer au gré des saisons. L’arabesque, quand a elle, est la clé du concept des Rubans Ephémères. Ses volutes représentent « un ruban de satin aux reflets excessivement doux » explique Patrick Hourcade. « Le fait de reprendre l’arabesque était une évidence. L’arabesque est à la fois l’origine, l’ADN du jardin et la cause du problème, car le dépérissement des buis est la cause de l’œuvre d’art contemporaine. »

Le choix du matériau des Rubans Ephémères fut guidé par les plans d’eau présents dans les jardins de Le Nôtre, sur lesquels la réflexion du ciel joue selon l’heure et la saison. Patrick Hourcade a été notamment inspiré des parois d’aluminium du Louvre Lens.

Les Rubans Ephémères dans les jardins du château de Vaux-le-Vicomte_©Collectif Image 9

Les Rubans Ephémères sont constitués de 390 plaques d’aluminium inclinées. « Nous jouons avec les inclinaisons des plaques de façon très subliminale, au millimètre près, de façon très douce, au gré de l’arabesque et au plus près du sol. » L’aluminium donne force et dynamisme aux arabesques, tout en permettant des jeux de reflets et de miroirs à la manière des bassins du jardin. L’œuvre se veut évolutive et vivante : telle une vidéo naturelle, elle ne sera jamais identique deux jours de suite. Le ciel se reflètera dans les plaques et leur donnera différents éclats, permettant une modification permanente des Rubans Ephémères. Les plaques d’aluminium nécessaires à la création des Rubans Ephémères sont uniques : elles sont chacune de taille, de forme et d’inclinaison différentes. Elles ont été créées dans une usine de la Marne en avril 2019, avant d’être installées dans le jardins de Vaux-le-Vicomte au mois de mai 2019.

Cette œuvre éphémère est en place depuis le mois de juin 2019. Elle est installée pour une durée de 2 à 5 ans, permettant au domaine de trouver une solution pérenne au remplacement des broderies de buis du jardin à la française.

Les parterres de buis de Vaux-le-Vicomte en quelques dates

  • 1656-1661 : création des premières broderies de buis de Vaux-le-Vicomte par André Le Nôtre.
  • 1923 : le paysagiste Achille Duchêne recrée des broderies de buis sur ces parterres (précédemment remplacés par des pelouses) en s’inspirant de l’œuvre de Le Nôtre.
  • 2018 : lancement de l’appel à projet pour remplacer les buis des boulingrins.
  • Février 2019 : fouilles archéologiques.
  • Février-mars 2019 : arrachage des buis des parterres des boulingrins.
  • Avril – mai 2019 : création et installation des Rubans Ephémères, œuvre de Patrick Hourcade.

Les Rubans Ephémères en quelques chiffres

  • 22 m de large x 110 m de long : dimensions de chacun des deux parterres. Le projet total s’étend donc sur presque un demi-hectare.
  • 180 000 pieds de buis étaient répartis sur les deux parterres.
  • 395 000 € : budget total pour la création de l’oeuvre artistique.
  • 2 à 5 ans : durée de l’oeuvre éphémère.
  • 390 plaques constituent les Rubans Ephémères – elles sont toutes signées par l’artiste Patrick Hourcade.