Affiche de l'exposition "Des animaux et des gendarmes : Que croyez-vous savoir ?"
Avec ou contre ? Ami ou ennemi ? Utilisation concrète ou imaginaire ? Quelles que soient leurs relations, les animaux et les gendarmes sont liés depuis des siècles. C’est cette richesse de liens que l’exposition s’attache à vous dévoiler sur les 200 m2 d’espace temporaire, du 1er février au 16 septembre 2019.

Le chien, le cheval, oui ! Mais pas seulement… Les espèces animales et les relations avec les gendarmes sont aussi diversifiées les unes que les autres.
Mission première des gendarmes : lorsque les animaux constituent une menace pour les populations humaines, les gendarmes ont pour mission de protéger ces dernières. Ils interviennent donc contre les animaux dangereux au profit de la population. Mais les gendarmes ont également à intervenir lorsque des animaux sont eux-mêmes en danger, maltraités ou font l’objet de pratiques illégales (braconnage, trafics, etc.). Dans ce cadre les gendarmes agissent pour les animaux et leur protections.
Dans l’accomplissement de ses diverses missions, la gendarmerie est aussi amenée à travailler avec des animaux, qui deviennent des auxiliaires : chevaux et chiens principalement, mais aussi insectes nécrophages, etc. Enfin, qu’ils soient des caricatures ou des figures symboliques, les animaux, imaginaires ou non, sont également très présents dans les représentations liées à la gendarmerie.
Ce sont tout autant de facettes animales que l’exposition propose de découvrir. L’occasion de lever le doute et de découvrir des aspects insoupçonnés de cette collaborations Au final, que croyez-vous savoir ?

Des pièces d’exception pour un parcours inattendu

Un parcours ludique et immersif proposera au visiteur de découvrir ces relations peu connues méconnues à travers des photos, des anecdotes et des objets issus des collections du musée mais aussi prêtés par des partenaires de renoms.
Certaines pièces exposées seront exceptionnelles, tel que le cheval d’Auzoux, un écorché de cheval en papier mâché du XIXe siècle, destiné aux cours d’hippologie, prêté par l‘école vétérinaire de Maison-Alfort. Parmi les pièces rares, le public découvrira également le tableau de Jean-Raymond Brascassat, « Le passage de la girafe à Arnay-le-Duc », en provenance du Musée des Beaux-arts de Beaune, qui retrace l’arrivée de la première girafe en France, escortée par des gendarmes.
Le musée comptera entre autres parmi ses partenaires des institutions telles que le MUCEM, le musée de l’Armée, le Musée du loup – Le Cloître Saint-Thégonnec, les éditions Bambou ou encore le Service historique de la Défense.

Conférences

Un cycle de conférences sera organisé un samedi par mois (sauf juillet/août) pour permettre au public d’approfondir certains thèmes, en particulier : la formation du couple maître/chien au Centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie nationale, les animaux au service de la criminalistique, la tradition équestre au régiment de cavalerie de la Garde Républicaine, et bien d’autres.
Dates programmées : samedi 16 février 2019, 16 mars, 13 avril, 18 mai, 22 juin et 14 septembre 2019 (détail des conférences à venir sur le site internet du musée).

Jeune public

Le jeune public n’est pas en reste puisqu’un livret-jeux permettra aux plus jeunes de visiter l’exposition en s’amusant et que des activités spécifiques seront également proposées dans le cadre d’un accueil scolaire ou pendant les vacances pour le public individuel (programmation en cours).

Informations pratiques

Musée de la Gendarmerie nationale
1-3, rue Émile Leclerc, 77000 Melun.
Entrée au musée : plein tarif 7€; tarif réduit 5€ (conditions sur le site internet).
Entrée exposition temporaire : 3 €.
Livret-jeux gratuit à l’accueil.
Ouvert du lundi au dimanche, sauf le mardi de 10h à 17h30 (du 1er octobre au 31 mars 2019) , de 10h à 18h (du 1er avril au 30 septembre 2019).
Informations au tél. : 01 64 14 54 64 ou sur www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/musee

Le Musée de la gendarmerie nationale, un lieu unique à 45 kms de Paris

Avec une collection réunie depuis 1946, le Musée de la gendarmerie nationale a réouvert ses portes le 10 octobre 2015 et a été inauguré par Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, le 17 décembre 2015. Situé à Melun (77), dans un ancien bâtiment militaire entièrement réhabilité, ce nouvel équipement culturel national est le seul endroit public dédié à l’histoire et au patrimoine de la gendarmerie dans leur ensembles

Il recèle une collection riche de plus de 30 000 objets et documents, la collection se distingue non seulement par l’étendue des périodes qu’elle évoque mais aussi par la diversité des œuvres qu’elle contient. Ainsi armes blanches et armes à feu côtoient uniformes, coiffures, figurines, beaux-arts, insignes, emblèmes, cuivreries, faïences et art populaires 2 000 pièces de collection sont exposées et mises en valeur grâce à une muséographie moderne qui plonge le visiteur dans des ambiances liées aux grandes périodes de l’histoire. La plus grande vitrine suspendue d’Europe, véritable colonne vertébrale du parcours, permet enfin de retracer l’évolution de la tenue et de l’équipement du gendarme des origines à nos jours grâce à la présentation, à l’intérieur, de 13 mannequins de chevaux, de 44 mannequins d’hommes et de femmes, d’une moto et d’un vélo.