35èmes Journées Européennes du Patrimoine les 15 et 16 septembre 2018

Affiche des 35èmes Journées européennes du patrimoine, © L'Atelier Cartographik
Placées sous le thème « L’art du partage », les Journées Européennes du Patrimoine vont mobiliser plus de 17 000 sites patrimoniaux, proposer près de 26 000 animations et sont l’occasion de mettre en lumière, via leur thème 2018, la richesse du patrimoine culturel européen et de valoriser son rôle dans le développement d’une identité commune et partagée.

Des sites archéologiques à l’architecture contemporaine en passant par les châteaux médiévaux et les monuments de style Renaissance ou encore les lieux de mémoire de la Première ou de la Seconde Guerre mondiale, les Journées européennes du patrimoine sont ainsi pour les visiteurs l’occasion pendant deux jours de découvrir ou de redécouvrir les sites constitutifs de notre mémoire et de notre identité collective européenne. Elles permettront également en lien avec la mission confiée par le Président de la République à Stéphane Bern de sensibiliser le grand public à la question des sites « patrimoine en péril ».

Cliquer pour découvrir tout le programme 2018.

Quelques visites en Île-de-France (liste non exhaustive !)

Jardin de la Clinique Oudinot-Fondation Saint-Jean-de-Dieu, 2, rue Rousselet, 75007 Paris

Ce vaste espace vert situé à deux pas des Invalides a traversé les siècles à l’abri de la rue. Il a pris forme au XVIIIe siècle sur l’ancienne propriété de Madame de La Sablière. Le jardin a ensuite assisté au remaniement du domaine au XIXe siècle, quand l’Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu y a fondé la clinique Oudinot en 1843. À l’occasion des Journées du Patrimoine, le jardin de la clinique Oudinot accueillera « L’hospitalité en héritage », une exposition photographique où images d’hier et d’aujourd’hui se répondent, re étant la permanence des valeurs de la clinique, à commencer par l’hospitalité. D’anciens instruments chirurgicaux et médailles seront aussi dévoilés au public, illustrant le passage à la clinique des plus grands chirurgiens et médecins de leur temps : le Dr Joseph Récamier, premier médecin-chef de la clinique en 1843, puis le Professeur Félix Guyon, père de l’urologie ou encore le Dr Léon Labbé, qui y réalisa l’opération « de la fourchette » qui le rendit célèbre ; le Dr Pierre Bazy qui y réussit la première ablation d’une tumeur vésicale et bien d’autres. Le projet médical de la clinique Oudinot conserve aujourd’hui une composante chirurgicale forte avec des pôles d’excellence en cancérologie, chirurgie adulte et pédiatrique. L’établissement est en outre doté d’un centre d’imagerie médicale IRM et SCANNER référencé pour le dépistage organisé du cancer du sein. Depuis le passage à une direction laïque en 1986, les frères de l’Ordre hospitalier de saint Jean de Dieu continuent de veiller sur la clinique, son jardin et ses patients en assurant l’accueil, ainsi qu’une une écoute attentive et bienveillante. Plus encore, ils ont transmis cette hospitalité dont ils font vœu aux équipes de l’établissement et ont marqué les lieux de l’empreinte d’une congrégation qui prend soin des pauvres et des malades sur les cinq continents depuis le XVIe siècle.

Hôtel de Roquelaure – Ministère de la transition écologique et solidaire, 244, boulevard saint-Germain, 75007 Paris

En 1709, le maréchal Antoine Gaston, duc de Roquelaure, décide de s’installer faubourg saint-Germain et acquiert l’hôtel de Villetaneuse. Après sa mort, il est vendu, transformé en asile pour galeux, puis affecté à la commission de l’agriculture et des arts. Jean-Jacques Régis de Cambacérès, archichancelier de l’empire et bras droit de Bonaparte, acquiert l’hôtel en 1808. Sous la monarchie de Juillet, l’hôtel héberge le Conseil d’État puis est affecté au ministère des travaux publics. Il abrite actuellement le cabinet du ministère de la transition écologique. L’hôtel de Roquelaure est l’un des mieux conservés car les différents occupants n’ont pas souhaité le modifier profondément et ont eu à cœur de préserver la décoration ancienne. Il constitue un précieux témoignage de l’architecture du règne de Louis XIV, notamment par la richesse des décors de certaines pièces en style rocaille. L’ensemble des façades et toitures, ainsi que le portail, le sol de la cour d’honneur et le jardin, font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 avril 1961.
Visite libre samedi et dimanche de 10h à 18h.
Visite commentée samedi et dimanche de 10h15 à 11h15, de 11h45 à 12h45 et de 14h30 à 15h30.

Station d’écologie forestière de l’université Paris-Diderot, route de la Tour-Denecourt, 77300 Fontainebleau

Visite commentée de la station, visite commentée des bâtiments d’hébergement, démonstration « La nature, regard de naturaliste », atelier observation des espèces.
Dimanche de 10h à 18h.

Jardins Familiaux de Versailles, 1 rue des petits bois, 78000 Versailles

Jardin potager comprenant 80 parcelles, en plein cœur du quartier Bernard de Jussieu – Petits-bois-Picardie, à Versailles, les jardins familiaux existent depuis 1906. Ils ont obtenu le label « Jardin remarquable » en septembre 2014. À la fin du XIXe siècle, les familles ouvrières vivent dans une grande misère matérielle et morale. de nombreux philanthropes reconnaissent que le lopin de terre peut constituer un remède efficace à l’état sanitaire lamentable de leurs familles, touchées en particulier par la tuberculose. Le mouvement est général en France et les Versaillais ne sont pas en reste. L’Œuvre des Jardins ouvriers de Versailles acquiert le site des Petits-bois qui comprend un terrain d’1,89 hectare cultivé en marais, aujourd’hui géré par l’association des Jardins Familiaux de Versailles.
Visite libre samedi et dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, château, place Charles de Gaulle, 78100 Saint-Germain-en-Laye

Le musée sera exceptionnellement ouvert jusqu’à 18h, vous pourrez découvrir ou revoir en accès libre et gratuit : l’ensemble des collections du Musée d’Archéologie nationale, la collection Edouard Piette, la chapelle qui après un an de travaux de restauration de la façade et de la toiture, sera à nouveau ouverte au public, vous pourrez découvrir des dispositifs de médiation numérique sur l’histoire de ce haut lieu du patrimoine.
De 14 h à 18 h, un atelier taille de pierre à partir de 8 ans et un atelier de modelage à partir de 5 ans sont proposés par les artisans de la société Chevalier et de la société Tollis : des initiations ludiques pour faire découvrir une pratique artistique et sensibiliser aux métiers du patrimoine. Inscription recommandée dans la limite des places disponibles.
De 11 h et à 14 h, visite-conférence « Chefs-d’œuvre et curiosités », durée 1h30 (6,5 euros pour les plus de 26 ans/5 euros à partir de 13 ans).
À 15h45, visite-conférence « Histoire de château », durée 1 h (4,5 euros pour les plus de 26 ans /3,5 euros à partir de 13 ans).
Exposition Jardin de mémoires, l’art du partage. En partenariat avec l’association Arts convergences, avec le soutien de la DRAC Ile-de-France et de l’ARS Ile-de- France dans le cadre du programme Culture & Santé et celui de l’Académie des Beaux-Arts. Jusqu’au 1er octobre 2018 : les artistes seront présents pour échanger avec le public.

Le Parc de la Folie-Sainte-James, 34, avenue de Madrid, 92200 Neuilly-sur-Seine

Une visite guidée du parc est proposée au public. Mille et un récits d’un somptueux jardin aménagé au XVIIIe siècle dans le style anglo-chinois en vogue à l’époque. Devant Le Rocher, le pont palladien et la colonne dorique, on imagine l’opulence de ses fabriques d’origine, on admire également ses aménagements art déco, dont le temple de l’Amour, tout en suivant son histoire, sa création, sa renommée, puis le déclin du domaine avant sa restauration par le Département des Hauts-de-Seine. Samedi de 15h à 16h30. Visite animée par Jacky Libaud, conférencier des parcs et jardins. Sans inscription – Gratuit. Tout public.

Domaine départemental de Sceaux, parc et château, écuries, pavillon de l’Aurore, 8, avenue Claude Perrault, avenue Claude Perrault, 92330 Sceaux

Aux portes de Paris, le parc départemental de Sceaux, s’étendant sur 180 hectares, garde la marque indélébile d’André Le Nôtre, célèbre jardinier du Roi Soleil. Chacun peut, au gré d’une promenade, apprécier la beauté des lignes de perspectives, des arbres taillés, des pièces d’eau, et autres terrasses et statues de ce vaste « jardin » classé aux Monuments historiques.
L’atelier « L’art topiaire et les parterres de broderies » propose au public de découvrir cette taille artistique avec un technicien dévoilant son savoir-faire. L’art de tailler les végétaux persistants, sculptures vivantes figuratives ou architecturales, existe dans les jardins depuis l’Antiquité. Tombé dans l’oubli, il revient à la mode durant la Renaissance mais c’est véritablement avec André Le Nôtre, jardinier de Louis XIV à Versailles, comme à Sceaux pour les Colbert, qu’il gagne ses lettres de noblesse. Volutes de buis des parterres, ifs en cône, en boule ou en pyramide, ne sont pas forcément réservés aux jardins prestigieux : les topiaires sont accessibles à tous. Dimanche à 15h (durée 1h30). Sans inscription – gratuit. Tout public.
Dans le château, présentation des Enfants jardiniers au Château, un ensemble de quatre grands panneaux (274 X 70 cm) commandés par la marquise de Pompadour à François Boucher (1703-1770) en 1750 afin de servir de cartons de tapisseries pour des fauteuils de son château de Crécy, et quele Département vient d’acquérir. Ils combinent huit médaillons de la main de François Boucher sur le thème des enfants jardiniers, et un décor peint par Alexis Peyrotte (1699-1769). Ils font partie d’un ensemble de douze panneaux, les huit autres étant aujourd’hui conservés à la Frick Collection (New-York).

Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups, 87, rue de Chateaubriand, 92290 Châtenay-Malabry

Dédié à la botanique depuis sa création au XVIIIe siècle, l’Arboretum abrite près de 500 espèces d’arbres et d’arbustes sur une surface de 12,7 hectares. Il a été conçu comme un jardin à l’anglaise. En témoignent les petites fabriques, qui sont des éléments construits introduits dans le jardin. On trouve à proximité une grotte et une cascade, un embarcadère et son kiosque, ainsi qu’une glacière, ancêtre du réfrigérateur !

Visites guidées des serres
Découverte de la collection unique de Convolvulacées issue d’échanges internationaux. Exploration du monde des ipomées, des liserons et autres volubilis et transmission d’astuces pour bien semer les graines au cours d’une démonstration pratique et conviviale. Visites et démonstrations assurées par Nelly Bouilhac, responsable de la collection nationale de Convolvulacées. Samedi et dimanche à 10h, 14h et 15h30 (départ des visites). Durée 1h30. Rendez-vous devant la serre de Convolvulacées. Inscriptions sur place dans la limite des places disponibles (15 visiteurs max. par groupe) – Gratuit.

Atelier-démonstration de barrières japonaises
Cet atelier propose de découvrir les techniques de Nanako Gaki (arceaux en lamelles de bambou), de Yotsume Gaki (barrières en bambou entier) et de nœuds japonais sur de la corde traditionnelle en fibre végétale teintée à l’encre de Chine pour une expérience dépaysante et enrichissante. Atelier animé par Éric Gilbert, jardinier. Samedi de 14h 30 à 18h. Rendez-vous devant la serre de bonsaïs. Inscriptions sur place dans la limite des places disponibles – Gratuit. Tout public

Visite guidée de la collection de bonsaïs
Anecdotes et secrets de la collection départementale. Visite assurée par Catherine Nésa, responsable de la collection départementale de bonsaïs. Samedi à 15h30 (durée 1h 30). Rendez-vous devant la serre de bonsaïs. Inscriptions sur place dans la limite des places disponibles (25 visiteurs max. par groupe) – Gratuit. Tout public.

Vente d’ouvrages sur les parcs et dédicace du livre sur la collection nationale des convolvulacées
La collection des Convolvulacées de l’Arboretum, reconnue d’intérêt national par le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées (CCVC), vient de fêter cette année ses vingt ans. À cette occasion, le Département publie un livret qui présente la collection, le mode de gestion environnementale employé pour sa conservation ainsi que des fiches botaniques illustrant les caractéristiques scientifiques des variétés les plus importantes. Cette collection, désormais bien connue du public, abrite de nombreux trésors, exposés chaque année sur la terrasse de l’Arboretum. Dimanche de 14h à 18h sur la placette en bas de l’entrée du 102, rue de Chateaubriand.

Atelier d’art floral
Atelier animé par les fleuristes du Département des Hauts-de-Seine pour composer des bouquets de saison. Dimanche de 14h30 à 16h30. Rendez-vous devant la serre des bonsaïs. Sans inscription mais dans la limite des places disponibles – Gratuit. Tout public.

Démonstration de taille de bonsaïs
Dernières tailles avant l’hiver. Démonstration animée par Catherine Nésa, responsable de la collection départementale de bonsaïs. Dimanche à 15h (durée 1h30). Rendez-vous devant la serre de bonsaïs. Inscriptions sur place dans la limite des places disponibles (25 visiteurs max. par groupe) – Gratuit. Tout public.

Le Bois de la Garenne et de la Solitude, rue Paul Rivet, rue du Chemin de la Côte Sainte-Catherine, 92350 Plessis-Robinson

Les Bois de la Garenne et de la Solitude contribuent largement à l’ossature naturelle qui caractérise la ville du Plessis-Robinson. Ils constituent une toile de fond forestière pour les quartiers alentours. Cette visite vous propose de découvrir l’histoire et la composition paysagère de ces deux lieux d’exception au cours d’une balade patrimoniale et naturaliste. Visite historique et naturaliste présentée par Vincent Le Gall (archiviste, Ville du Plessis-Robinson) et Jacky Libaud (conférencier des parcs et jardins, Département des Hauts-de-Seine). Dimanche de 15h à 17h. Sans inscription – Gratuit. Tout public.
Rendez-vous en haut de la rue Lucien Arrufat, à la jonction avec l’avenue Charles de Gaulle, près de l’arrêt du bus 179 « L’escalier » au Plessis-Robinson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.