Dégâts d’othiorhynques sur balcon

/, balcon et terrasse, maladie ou ravageur/Dégâts d’othiorhynques sur balcon

Dégâts d’othiorhynques sur balcon

Les merles n’ont pas assez retourné la terre de mes jardinières l’hiver dernier. J’ai aperçu plusieurs othiorhynques sur les feuillages de mes plantes et leurs dégâts sont de plus en plus visibles. Ces poinçonneurs grignotent les feuilles de façon très caractéristique. Ce n’est pas vraiment dangereux pour les plantes, mais je me passerais volontiers de cette dentelle d’othiorhynques.

Dégâts d'othiorhynques au printemps sur corète du Japon

Dégâts d'othiorhynques au printemps sur corète du Japon, photo Alain Delavie

Les dommages sur les feuillages ne sont pas vraiment un problème, mais les larves de ces ravageurs vivent dans le sol, dans la terre des jardinières, et elles peuvent faire de gros dégâts sur les racines, provoquant un ralentissement de la croissance des plantes et à l’extrême, leur dépérissement.

Dégâts d'othiorhynques au printemps sur corète du Japon

Dégâts d'othiorhynques au printemps sur corète du Japon, photo Alain Delavie

Le plus grignoté pour l’instant, c’est mon pied de tiarella, aux feuilles très tendres. Mais la renouée du Japon panachée est aussi bien attaquée comme la corète du Japon.

Dégâts d'othiorhynques au printemps sur corète du Japon

Dégâts d'othiorhynques au printemps sur corète du Japon, photo Alain Delavie

Je vais donc devoir traiter pour éliminer ces parasites. Mais le seul traitement bio vraiment efficace, ce sont des nématodes vendus sous forme de poudre livrée dans un sachet à diluer. Ces nématodes s’attaquent aux larves des othiorhynques et les font périr, sans s’attaquer à la microfaune utile. Le seul problème, c’est qu’il y a une période bien particulière pour l’utiliser : août et septembre. Il va donc falloir attendre un peu et supporter encore le découpage des feuilles…

Cet été, je passe à l’attaque !

By |2011-06-05T21:40:25+00:00juin 6th, 2011|animaux, balcon et terrasse, maladie ou ravageur|11 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

11 Comments

  1. […] les othiorhynques qui poinçonnent mes plantes vivaces et mes arbustes, je ne suis pas tellement embêté par des […]

  2. Alain of paris 10 juin 2011 at 0 h 01 min

    Bonsoir Thérèse, je note la demande et j’essaie d’y répondre dans les semaines à venir. A très bientôt.

  3. therese 9 juin 2011 at 19 h 51 min

    cher Alain et Chers lecteurs, lectrices,
    auriez-vous un moyen vraiment efficace (peu import bio ou chimique, tant pis pour ecologie pour une fois) pour IRRADIERles cochenilles? je serai très prenante pour les conseils car je en ai vraiment marre de ces bêtes qui me font perdre environ 20 pieds de Hoya!!!
    merci bien a vous!

    Alain, pouvez vous nous consacrer si possible qq articles sur le traitement des vegetaux, de préférence les plantes de balcon et de jardin parisien. cela nous rend vraiment très utile pour vos lecteurs qui vous suivent régulierement 2-3 fois / semaine.
    ce n’est qu’une suggération utile.
    merci bien à Vous Alain.

  4. laurent 7 juin 2011 at 14 h 03 min

    S’ils se laissent tomber quand on les approche, au moins, chez toi, ils peuvent descendre bien bas!! 😉

  5. Alain of paris 6 juin 2011 at 20 h 50 min

    Merci Antoine, je vais traiter en fin d’été, c’est ce qui est le plus souvent recommandé. Ces ravageurs sont trop fréquents à Paris et proche banlieue, autant ne pas contribuer à leur dissémination.

  6. Alain of paris 6 juin 2011 at 20 h 49 min

    La souche que l’on trouve dans le commerce n’agit qu’envers les chenilles, pas sur les charançons malheureusement…

  7. Alain of paris 6 juin 2011 at 20 h 49 min

    Merci ! Oui en effet, c’est un charançon, pas joli d’ailleurs. Quand on s’approche, il fait le mort et se laisse tomber sans bouger au sol. Le ramassage en élimine, mais pas assez. L’été prochain, je ferai un arrosage aux nématodes.

  8. Antoine 6 juin 2011 at 15 h 04 min

    plutôt Heterorabditis megidis ou Sterneima krausei (orthographe approximative) mais nématodes efficace, réaliser le traitement fin d’été avant que les larves ne fasse du dégat

  9. jpp 6 juin 2011 at 14 h 54 min

    Et bacillus thuringiensis ?

  10. Catherine D 6 juin 2011 at 11 h 18 min

    J’ai cherché ce que pouvait être cette bestiole: un charançon…
    http://fauneflore06.voila.net/pages/insecte/charancon.htm
    Il parait qu’on peut les ramasser à la main: bon courage !

  11. Plantine 6 juin 2011 at 7 h 19 min

    Ah les sales bêtes, quel appétit vorace !
    Compte-tenu que la végétation a un bon mois d’avance, ne pourrais-tu pas avancer le traitement au mois de juillet ?
    Bonne chance dans ta lutte.
    Bonne journée Alain.

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui