La basilique du Sacré Coeur de Montmartre dans une brume de pollution

L'indice de pollution de l'air est resté élevé depuis deux jours et hier une brume s'est formée dans l'après midi sur la capitale et tout autour de la basilique du Sacré Coeur de Montmartre (Paris 18e).

Par |2019-02-22T21:32:37+01:0023 février 2019|météo et climat, Paris|0 Commentaire

Haie dépotoir

Canettes et bouteilles en plastique vides, paquets de cigarettes, mouchoirs et autres papiers non identifiés... Cette pauvre haie de cotoneasters photographiée dans la proche banlieue parisienne samedi dernier est transformée en décharge.

Par |2016-01-17T21:10:57+01:0018 janvier 2016|Île-de-France|10 Commentaires

Des mesures inédites sur la qualité de l’air à Paris au ballon Generali

Résultant d’une collaboration entre la Mairie de Paris, Airparif, Generali, le CNRS, et Aérophile, le ballon de Paris s’est transformé en un laboratoire volant pour mesurer, 7 jours sur 7, la quantité de particules ultrafines contenue au-dessus du parc André Citroën (15e arrondissement), de 0 à 300 mètres de hauteur. La comparaison avec les analyses d’Airparif pendant ces 18 mois est riche d’enseignements.

Par |2014-11-24T22:36:13+01:0025 novembre 2014|écologie, études et statistiques, Paris|1 Commentaire

L’ADEME considère que l’argument « plantes dépolluantes » n’est pas validé scientifiquement

En laboratoire, en enceintes contrôlées, des plantes peuvent présenter une capacité à absorber certains polluants gazeux. Cette capacité peut être influencée par différents paramètres physiques et/ou biologiques. Dans les bâtiments, en conditions réelles d’exposition, l’efficacité d’épuration de l’air par les plantes seules est inférieure à l’effet du taux de renouvellement de l’air sur les concentrations de polluants. Autrement dit, l’aération et la ventilation restent bien plus efficaces que l’épuration par les plantes. Par conséquent, l’ADEME considère que l’argument «plantes dépolluantes » n’est pas validé scientifiquement au regard des niveaux de pollution généralement rencontrés dans les habitations et des nouvelles connaissances scientifiques dans le domaine.