Archives de mots clés: fin d’hiver

Petits nettoyages de fin d’hiver

Fleurs fanées d'un sedum en jardinière dans le cimetière du Père Lachaise en hiver, Paris 20e (75)
Février touche bientôt à sa fin et avec lui l’hiver météorologique se termine. La météo n’étant pas très froide, les opérations de taille et de nettoyage peuvent donc être entreprises sans plus tarder.

Dans les parcs et jardins publics parisiens, les grosses touffes de graminées ont déjà été rabattues. Les rosiers et les arbustes à floraison estivale peuvent être taillés sans plus attendre car au moindre redoux, ils vont repartir très vite. Il faut s’occuper aussi des glycines, des bignones et des clématites d’été. Dans les massifs et les jardinières, les feuillages ou les hampes florales desséchées (photo de Sedum ci-dessus) doivent maintenant être coupées pour dégager l’espace et permettre aux nouvelles pousses qui pointent déjà chez certaines espèces de se développer sans être gênées.

J’ai terminé les tailles sur mon balcon, pour une fois très en avance. Le printemps peut arriver !

Floraison du garrya

Les températures froides n’arrêtent pas la floraison du garrya (Garrya elliptica), petit arbuste qui nous gratifie de jolis chatons allongés gris vert dès le mois de janvier jusqu’en mars.

Arbuste à floraison hivernale

Garrya elliptica, photo Alain Delavie

Cet arbuste de la famille des Garryacées possède un feuillage persistant vert foncé et brillant sur le dessus, gris laineux au revers. Les feuilles sont ovales, épaisses et légèrement ondulées. De croissance lente, le garrya peut atteindre jusqu’à 2 à 3 m de hauteur pour environ 1,5 à 2 m de largeur.

L’intérêt ornemental de cette espèce réside dans les immenses chatons pendants qui peuvent atteindre jusqu’à 20 cm de longueur. Très spectaculaires au coeur de l’hiver, même si leur couleur est assez douce.

Il faut installer cet arbuste à exposition ensoleillée et protégée des vents froids, dans n’importe quel sol bien drainé. En compagnie de mahonias, de cerisier d’hiver ou d’hellébores.

Premiers crocus

Même si les températures ne sont pas très élevées et que le ciel est le plus souvent nuageux, le redoux qui s’est enfin installé provoque l’éclosion des premières fleurs printanières. Comme ces petits crocus découverts dans Paris cet après-midi sous un pâle soleil de fin d’hiver apparu entre deux nuages…

Bulbe à floraison printanière précoce

Crocus dans une pelouse parisienne en fin d'hiver, 21 février 2010, photo Alain Delavie

Bulbes à floraison printanière précoce

Crocus dans une pelouse parisienne en fin d'hiver, 21 février 2010, photo Alain Delavie

Une rencontre printanière agrémentée d’un timide rayon de soleil sur fond de gazouillis d’oiseaux… Mais ça sent le printemps !!!