Archives de mots clés: feuilles

Les jolies couleurs des nouvelles feuilles de l’Aster scaber ‘Kiyosumi’

Nouvelles feuilles et pousses, Aster scaber 'Kiyosumi', balcon, Paris 19e (75)
Cette variété d’aster d’automne si vigoureuse et florifère offre aussi des tiges laquées d’un superbe pourpre noir et des nouvelles feuilles teintées de pourpre qui embellissent la touffe au printemps et pendant toute la pousse.

Avec les rayons du soleil, l’effet est encore plus spectaculaire, les transparences des feuilles mettant en valeur les coloris rouge pourpre et violet.

J’ai beaucoup de pousses colorées parce que j’ai pincé les extrémités des tiges qui commençaient à prendre de la hauteur. La plante se ramifie davantage et cela devrait me donner une floraison encore plus abondante.

Liquidambar en habit d’automne à Noël

Liquidambar avec son feuillage d'automne à Noël, Paris 19e (75)
Dans les endroits protégés de la capitale, certains arbres caducs ont encore leurs feuilles en ce début d’hiver, parfois vertes ou avec des couleurs d’automne comme ce liquidambar photographié pas très loin de mon immeuble.

Liquidambar avec son feuillage d'automne à Noël, Paris 19e (75)
Le bilan provisoire de Météo France publié le 21 décembre confirme la douceur de cette année encore : « En 2016, la température sur la France a été généralement supérieure à la normale excepté au printemps et en octobre. Comme la plupart des années depuis 2000, 2016 est à nouveau une année chaude avec une température moyenne qui devrait dépasser la normale de 0.6 °C. Toutefois, cette année ne présente pas de caractère exceptionnel, se classant loin derrière 2014 (+1.2 °C), 2011 (+1.1 °C) et 2015 (+1.0 °C). »

Et la journée de Noël a été douce aussi même si elle n’a pas battu les records de température de 1983. Pas de Noël blanc en région parisienne. Et encore des feuilles aux arbres caducs…

Encore beaucoup de feuilles sur le saule fin janvier

Saule tortueux avec ses feuilles en plein hiver, rue d'Aubervilliers, Paris 18e (75)
Le mois de janvier s’achève, mais certains arbres parisiens pourtant caducs ont encore conservé une bonne partie de leur feuillage. Les quelques jours de gelées n’ont pas réussi à faire tomber les dernières feuilles toujours accrochées aux arbres. Ce petit saule tortueux est un bon exemple de cette végétation perturbée.

Saule tortueux avec ses feuilles en plein hiver, rue d'Aubervilliers, Paris 18e (75)
Toutes les feuilles ne sont pas restées vertes, le feuillage s’est éclairci, mais les branches tortueuses ont encore une belle couverture végétale.

Saule tortueux avec ses feuilles en plein hiver, rue d'Aubervilliers, Paris 18e (75)
Cela donne l’impression d’être toujours en automne. Et pourtant dans un mois, l’hiver météorologique sera terminé.

Encore beaucoup de feuilles en janvier sur certains arbres caducs

Arbre caduc encore très feuillu en hiver sur la berge du canal Saint-Denis, le long du parc de la Villette, Paris 19e (75)
Cet arbre (un tremble il me semble) planté le long du canal Saint-Denis et du parc de la Villette (Paris 19e) a conservé toutes ses feuilles en hiver alors qu’il s’agit d’une espèce caduque. Et le feuillage ne donne pas l’impression de vouloir tomber, tant il est bien vert. En janvier, cela n’est pas commun…

Et si vous regardez bien sur le mur au pied de l’arbre, on y distingue un chèvrefeuille encore bien fleuri.

Que faire de toutes ces feuilles mortes ?

Feuilles mortes, Montmartre, Paris 18e (75)
Question récurrente d’un automne à l’autre compte tenu des volumes considérables qui jonchent le sol un peu partout chaque année en novembre. En jardinier averti, profitez de cette manne pour faire du compost, du terreau ou des paillis.

Faites provision de ces feuilles mortes pour en avoir toute l’année afin de pouvoir les incorporer progressivement dans votre tas de déchets végétaux à composter.
Les feuilles mortes sont des déchets végétaux « bruns », riches en carbone. Des déchets plutôt secs, même si pour le moment ces feuilles sont détrempées par les pluies successives. Il y en a toujours trop en automne pour les incorporer en masse dans le tas de compost, mais il faut en mettre de côté dans un silo abrité des pluies (quelques piquets avec du grillage à poule) pour les faire sécher et les conserver. Au printemps et en été, vous serez bien content de pouvoir les utiliser quand vous voudrez mettre des tontes de gazon pleines d’eau dans le tas en cours de compostage.

4 volumes de feuilles mortes vous donneront 1 volume de terreau de feuilles après décomposition.
Et ce terreau sera bien meilleur que tous ceux que vous pourrez acheter dans le commerce si vous l’abritez des pluies lessivantes. Et gratuit ! Entassez donc toutes les feuilles que vous pouvez amassez, à l’exception bien sûr des feuilles contaminées des marronniers qu’il est préférable de détruire pour éviter la propagation de la mineuse.

Bien sèches, les feuilles étalées en couche épaisse font un excellent paillis protecteur.
Sur le sol nu du potager ou dans un massif vide, le paillis de feuilles sèches empêche l’érosion provoquée par le vent et les pluies. En se décomposant peu à peu, les feuilles apportent de l’humus à la terre qui s’améliore ainsi de façon naturelle.
Un bon matelas de feuilles sèches est une excellente protection contre les gelées. Protégez les plantes frileuses laissées en pleine terre avec un épais manteau de feuilles. Couvrez avec un voile d’hivernage ou un filet pour éviter la dispersion des feuilles par les vents.