Archive journalières: 21 octobre 2015

Oeuvre de BacSac pour l’exposition « Le Méridien Climatique » dans le Centre Panthéon-Sorbonne

BacSac dans la cour d'honneur du Centre Panthéon-Sorbonne, Paris octobre 2015
Dans le cadre de la COP21 et de la « Semaine durable », BacSac prend possession de la cour d’honneur du Centre Panthéon-Sorbonne (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avec une oeuvre participative ouverte à tous du 21 au 30 octobre 2015 pour l’exposition « Le Méridien Climatique ». L’exposition a été inaugurée le 20 octobre à 18h en présence de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Au coeur de l’exposition « Le Méridien Climatique », au milieu de la cour du Centre Panthéon-Sorbonne, se déploie un jardin Mandala, une oeuvre construite en forme de cercles concentriques faite à partir du Bacline, une nouveauté signée BacSac : Une ligne de culture, d’horizon, de fuite, à l’infini. Une courbe qui dessine un espace intime, un labyrinthe végétal. Cette ligne de culture se déploie au milieu de la cour d’honneur et invite le grand public à mettre les mains dans la terre pendant toute la durée de l’exposition. Tout un chacun pourra participer à la réalisation de ce jardin en venant creuser, dépoter, planter, arroser ces lignes de culture pour voir naître sous leurs yeux un jardin poétique et vivant !

Exposition « Le Méridien Climatique »
Centre Panthéon – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
12, place du Panthéon, 75005 Paris
Du 21 au 30 octobre 2015, entrée gratuite.
(suite…)

Conférence publique « La nature en ville : une solution pour s’adapter au changement climatique »

Affiche de la conférence La nature en ville, des solutions pour s'adapter au changement climatique, Natureparif, Paris, octobre 2015Dans le cadre de son cycle de conférences à destination du grand public, Natureparif propose une nouvelle rencontre animée par Marc Barra, écologue au sein de l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité. Au programme, le changement climatique et les solutions apportées par la nature en ville pour s’adapter aux effets des modifications du climat.

Après avoir longtemps été sujet de controverses et de débats, le changement climatique est aujourd’hui une évidence et une réalité. C’est dans ce contexte que s’ouvrira en décembre 2015, à Paris, la 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, également appelée COP21.
En Île-de-France, le changement climatique n’est qu’une facette des changements globaux puisque nous connaissons dans le même temps une érosion spectaculaire de la biodiversité, les deux phénomènes étant liés. Impactée par le changement climatique, la biodiversité change en retour et peut l’accélérer. Elle est aussi un réservoir de solutions puisque les écosystèmes en bon état de conservation contribuent à la fois à l’atténuation (captage et stockage du dioxyde de carbone atmosphérique) et à l’adaptation aux effets du changement climatique (risques naturels comme les inondations, les tempêtes, les glissements de terrain ou l’érosion des sols). Les possibilités en matière de solutions faisant appel à la biodiversité sont innombrables et variées.

Déroulé de l’intervention
Marc Barra évoquera ces solutions fondées sur la nature en ville. Elles offrent la possibilité de gérer les inondations ou les risques de ruissellement, mais aussi la chaleur et la canicule, ou encore la résilience face à l’arrivée d’éventuels pathogènes. En plus de ces « services climatiques », la nature génère des bénéfices sociaux en termes de santé et le bien-être des citadins (production d’oxygène, stockage du carbone et filtration des particules, attributs récréatifs). Les solutions qui s’en inspirent peuvent par ailleurs – en coût global d’investissement et de gestion – s’avérer bien moins onéreuses que leur alternatives.

Informations pratiques
Jeudi 22 octobre 2015 de 19h à 21h
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse
18/22 ter, rue Pajol, 75018 Paris.
Métro : ligne 12, station Max Dormoy.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Buxatrap® , solution de piégeage de la pyrale du buis pour les professionnels des espaces verts

Chenille de la pyrale du buis, Parc de Passy, Paris 16e (75)
Présente dans plus de 85% des départements français, la pyrale du buis est un ravageur redoutable, tant par les dégâts engendrés que par la difficulté à le maitriser. Ces deux dernières années ont été particulièrement marquées par l’invasion de ces chenilles. Pour faire face à ce fléau, Koppert a pris part au projet SaveBuxus, aux côtés de l’ASTREDHOR, Plante&Cité et l’INRA, afin d’apporter une solution concrète pour contrôler la pyrale du buis de manière efficace et innovante. Après deux ans de travail, Koppert présente Buxatrap®.

Le piège à phéromones sans entretien
Originaire d’Asie, Cydalima perspectalis, ou pyrale du buis est arrivée en France en 2008. Cette chenille se nourrit des feuilles des buis et cause des dégâts irrémédiables.

Pour une lutte efficiente, Koppert France propose Buxatrap® : un piège de détection précoce des populations contenant une phéromone sexuelle. Une fois en place, il permet de détecter précocement les vols de pyrale afin de positionner les traitements de façon optimale.
Ce piégeage vise aussi à limiter les accouplements de la pyrale du buis pendant les principales périodes de vol (de mai à septembre), engendrant une réduction des populations. Buxatrap® est un allié discret par sa taille réduite, sa couleur verte et son faible poids (moins de 150g). Il comporte également une cuve transparente qui permet de visualiser facilement les prises régulières. Il se suspend aux arbres environnant les buis ou sur un piquet.

Destinée aux professionnels du paysage et aux collectivités, cette innovation Koppert France et l’INRA permet de répondre aux directives de la loi Labbé votée en 2014, qui interdira dès 2017, l’utilisation des pesticides dans les espaces verts hors cimetières, stades et voies SNCF. (suite…)