Archives de mots clés: Organisation Météorologique Mondiale

Journée météorologique mondiale 2011 : Le climat et vous

Chaque année, le 23 mars, l’Organisation météorologique mondiale, ses 189 Membres et la communauté météorologique tout entière célèbrent la Journée météorologique mondiale autour d’un thème particulier. Cette année, la Journée météorologique mondiale a pour thème « Le climat et vous ».


Cette Journée commémore l’entrée en vigueur, le 23 mars 1950, de la Convention de l’OMM portant création de l’Organisation.
L’OMM est devenue une institution spécialisée du système des Nations Unies en 1951.

2010 l’année la plus fraîche de ces 20 dernières années en France

Avec une température annuelle inférieure de 0,3 °C à la moyenne de référence 1971-2000, l’année 2010 se positionne en France métropolitaine comme la plus fraîche de ces deux dernières décennies, avec 1996 (Source : Météo France).

Pour trouver une année plus froide, il faut remonter en 1987 avec une température moyenne inférieure de 0,5 °C à la normale. Ces températures basses ont d’ailleurs concerné l’ensemble de l’Europe du Nord. Mais la France n’est pas un pays comme les autres, car le diagnostic est très différent à l’échelle planétaire. En effet, la température moyenne globale de l’année 2010, terres et océans compris, s’annonce comme l’une des plus chaudes des 130 dernières années (communiqué de presse de l’Organisation Météorologique Mondiale concernant l’année 2010).

Température annuelle en France depuis 1900

Source : Météo France

Cumulée sur l’ensemble du pays, la quantité d’eau recueillie en 2010 a été légèrement déficitaire. Mais ce diagnostic global masque certaines disparités : les précipitations ont été inférieures à la normale sur presque toute la moitié ouest du pays ainsi que sur le nord des Alpes et le Jura. A l’inverse, elles ont été excédentaires sur l’Alsace, le sud de la Bourgogne, l’Auvergne, l’est du Languedoc, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Corse.

Les durées d’ensoleillement cumulées sur l’année ont été proches de la moyenne sur la moitié est du pays, et généralement supérieures à la moyenne sur la moitié ouest.

Plusieurs événements météorologiques remarquables ont jalonné cette année 2010 :
– de très fréquentes chutes de neige durant l’hiver 2009-2010,
– la tempête Xynthia les 27 et 28 février accompagnée de surcotes exceptionnelles entraînant de graves inondations,
– plusieurs épisodes pluvieux remarquables notamment le 15 juin sur le Var puis les 6 et 7 septembre sur le Languedoc et la Provence.
– dans les Territoires d’Outre-Mer, deux cyclones ont affecté la Polynésie française : Oli du 1er au 6 février sur les îles de la Société et les îles Australes puis Tomas les 14 et 15 mars sur Futuna.

Le bilan complet de l’année 2010 par Météo France

2010 dans le top 3 des années les plus chaudes

L’année 2010 n’est pas encore tout à fait terminée, mais déjà les statistiques météorologiques mondiales montrent que cette année va se classer dans les trois années les plus chaudes à l’échelle de la planète. Mais pour la France, les données de Météo-France attestent que l’année 2010 devrait s’inscrire en France métropolitaine comme l’une des plus fraîches de ces deux dernières décennies, probablement la plus fraîche depuis 1996.

D’après l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), l’année 2010 devrait se classer parmi les trois années les plus chaudes depuis 1850, année des premiers relevés météorologiques. Et 2001-2010 devrait être la décennie la plus chaude depuis que les données météorologiques sont enregistrées.

La température globale combinée de la surface de la mer et de la surface de la terre pour 2010 (période de janvier à octobre) est actuellement estimée à environ 0.55°C ou 0.99°F (plus or moins 0.11°C / 0.2°F) au-dessus de la moyenne annuelle pour la période 1961–1990 qui est de 14°C / 57.2°F. Les températures de janvier à octobre ont été les plus hautes enregistrées, juste au-dessus des températures de la même période en 1998 et en 2005.
Le classement final de 2010 sera définitivement connu quand les données recueillies en novembre et décembre seront disponibles, au tout début de l’année 2011.
Pour les dix dernières années, de 2001 à 2010, les températures globales ont dépassée de 0.43°C celles enregistrées pendant la période 1961-1990. C’est la plus haute valeur jamais enregistrée pour une décennie.

Pour Météo-France, avec une température annuelle proche de la moyenne de référence 1971-2000, l’année 2010 devrait s’inscrire en France métropolitaine comme l’une des plus fraîches de ces deux dernières décennies, probablement la plus fraîche depuis 1996. Ces températures moyennes relativement basses ont d’ailleurs concerné l’ensemble de l’Europe du Nord.

Sur les onze premiers mois de l’année , le cumul des pluies sur l’ensemble de la France est légèrement inférieur à la normale. Ce diagnostic global masque toutefois quelques disparités : les précipitations ont été nettement déficitaires du Centre à l’Aquitaine alors qu’elles ont été souvent excédentaires sur le sud-est du pays.
Les durées d’insolation cumulées sur les onze premiers mois sont généralement proches des moyennes sur la moitié est du pays, plutôt supérieures à celles-ci sur la moitié ouest.
Plusieurs événements météorologiques remarquables ont jalonné cette année 2010 : de très fréquentes chutes de neige durant l’hiver, la tempête Xynthia les 27 et 28 février accompagnée de surcotes exceptionnelles entraînant de graves inondations, plusieurs épisodes pluvieux remarquables notamment le 15 juin sur le Var puis les 6 et 7 septembre sur le Languedoc et la Provence. Dans les Territoires d’Outre-Mer, deux cyclones ont affecté la Polynésie française : Oli du 1er au 6 février sur les îles de la Société et les îles Australes puis Tomas les 14 et 15 mars sur Futuna.

23 mars : journée météorologique mondiale

Cette Journée météorologique mondiale commémore l’entrée en vigueur de la convention qui a institué l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), le 23 mars 1950.
Cette année, le thème est :
« Observer notre planète pour préparer l’avenir« .
Chacun de nous est concerné, en observant et notant au fil des semaines l’apparition des floraisons, des oiseaux migrateurs, des insectes qui apparaissent dans nos jardins et nos villes, puis l’apparition des couleurs automnales, la chute des feuilles, etc.
Nous pouvons tous être les témoins de l’évolution du climat, au moins à l’échelon local.
Cette année, l’hiver a été très doux, les jardins parisiens et franciliens se sont remplis de fleurs bien plus tôt que les autres années. Fin janvier, les forsythias commencaient à fleurir.
Mon petit acacia reverdit déjà. Ca pousse chez vous ?