Le temps des floraisons en chaton

Garrya elliptica, floraison, chatons en hiver dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)
Les garryas et les noisetiers qui poussent dans la capitale se sont mis à fleurir, laissant pendre leurs longs chatons de fleurs mâles.

Garrya elliptica, floraison, chatons en hiver dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)
Les chatons du Garrya elliptica sont les plus impressionnants. Le sujet qui fleurit en ce moment dans l’école de botanique du Jardin des Plantes de Paris est particulièrement spectaculaire.

Garrya elliptica, floraison, chatons en hiver dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)
Les chatons atteignent les 20 cm de longueur, voire plus. Avec cette couleur unique vert jade tirant sur le gris.

Garrya elliptica, floraison, chatons en hiver dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)

Les chatons du noisetier sont moins longs et plus dorés.

Noisetier (Corylus), floraison, chatons en hiver dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)
Les grains de pollen des fleurs mâles du noisetier sont fortement allergisants. Les pics d’émission de pollen sont le plus souvent enregistrés en février et mars, dès que les températures sont suffisamment douces. Le froid et la pluie réduisent ou stoppent les émissions.

Noisetier (Corylus), floraison, chatons en hiver dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)
Les chatons mâles du noisetier (ou coudrier) sont portés à l’extrémité des rameaux de l’année précédente. Ce sont des inflorescences en épis qui sont composées de 130 à 260 fleurs sans pétale ni sépale. Chaque épi peut libérer plus de 5 millions de grains de pollen.

Noisetier (Corylus), floraison, chatons en hiver dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)

Par |2019-02-08T23:18:17+00:009 février 2019|arbre ou arbuste|4 Commentaires

À propos de l'auteur :

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

4 Commentaires

  1. Michèle CHASSERIAU 10 février 2019 à 13 h 36 min

    J’aime beaucoup le Garrya en fleurs, c’est très imposant et quelle floraison!!! J’adore voir actuellement les chatons jaunes des noisetiers en bordure de forêt qui égaient ma route chaque année à cette époque!

  2. jppj 9 février 2019 à 11 h 59 min

    J’ai essayé de planter un garrya à St Serge : mais le conseil de ne pas déplacer le plant (que je n’ai pas respecté) était bon : mon garrya n’a pas supporté la transplantation depuis la pépinière.

  3. mamiefanfan 9 février 2019 à 10 h 53 min

    très décoratifs dans la grisaille parisienne !

  4. Josette 9 février 2019 à 7 h 57 min

    Spectaculaire, j’aime beaucoup.

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies et des services tiers. Ok