Rungia klossi, la plante champignon

Plante champignon (Rungia klossii) sur mon balcon parisien au printemps, Paris 19e (75)
Avec leurs « mois de l’innovation végétale », les jardineries Truffaut mettent en avant des variétés nouvelles ou originales de plantes, de fleurs ou de légumes obtenus par leurs horticulteurs et leurs pépiniéristes. C’est l’occasion de découvrir des nouvelles saveurs, d’autres couleurs ou des parfums inédits. En mai, vous trouvez l’étonnante plante champignon (Rungia klossii).

J’ai reçu un pied de cette curiosité dénommée « plante champignon » non pour son aspect (assez proche d’un basilic en plus coriace), mais pour le goût inhabituel de ses feuilles. Il s’agit d’une petite plante vivace herbacée qui peut dépasser une hauteur de 50 cm. Cette espèce exotique de la famille des Acanthacées est originaire de Papouasie Nouvelle-Guinée. Elle n’est pas rustique et se cultive comme une annuelle, mais avec une serre ou une véranda maintenues hors gel en hiver, elle se garde d’une année sur l’autre.

Son feuillage plus épais que celui d’un basilic à grandes feuilles est vert brillant, avec une texture croustillante, à la saveur de champignon frais. Le goût est plus fort quand les feuilles sont cuisinées paraît-il. Je n’ai pas encore vérifié, j’attends que ma potée prenne plus d’ampleur. Cette plante donne aussi des belles fleurs bleues assez originales qui apportent un charme supplémentaire à ce légume feuille original.

Rungia klossi pousse bien en pot, dans un bon terreau à exposition plutôt ombragée. Des pincements réguliers ou tout simplement la cueillette des pousses terminales permettent de conserver un port bien ramifié. Pendant la belle saison, il faut garder le substrat toujours frais. Les arrosages sont plus réduits en hiver.

Commentaire (1)

  1. jpp

    Je trouve très intéressant ces plantes venues d’ailleurs. On retrouve l’esprit d »acclimatation » qui animait le jardinage au XVIIIème et XIXème siècle (n’en déplaise aux obsédés des envahissantes). Il fait bon vivre dans le village planétaire.
    Alain, on s’est juste croisés à la SNHF. Si vous avez l’occasion de passer à St-serge ces temps-ci…la terre, après dix ans de travail « répond », le jardin prend de la bouteille , il y a des petits trucs intéressants…(et le printemps pluvieux est plutôt bien pour ce milieu trop sec d’ordinaire).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *