Archives de mots clés: hiver météorologique

L’hiver 2013-2014 le 2ème plus doux depuis 1900

Avec février s’est terminé l’hiver météorologique. Météo France a publié son bilan climatique concernant cette saison hivernale achevée. Sur la période 1900-2014, l’hiver 2013-2014 se place au deuxième rang des hivers les plus doux derrière celui de 1989-1990 et ex-aequo avec l’hiver 2006-2007.

Durant l’hiver 2013-2014, un flux d’ouest à sud-ouest perturbé a dominé sur l’Europe de l’Ouest, apportant sur la France de nombreuses tempêtes, d’abondantes précipitations et une douceur exceptionnelle.

Températures et précipitations en hiver de 1959 à 2014, Météo FranceÀ partir de la mi-décembre, le thermomètre a affiché des valeurs très douces pour la saison avec très peu de gelées en plaine. La température moyennée sur la France et sur la saison a été supérieure de 1.8 °C à la normale (moyenne de référence 1981-2010). Les précipitations ont été particulièrement abondantes sur la façade ouest du pays et dans le Sud-Est. Elles sont en revanche restées déficitaires de l’Hérault aux Pyrénées-Orientales ainsi que dans le Nord-Est. Avec plus de 50 jours de pluie, la fréquence des précipitations a été exceptionnelle du littoral Atlantique aux côtes de la Manche. La pluviométrie de cet hiver 2013-2014 est la plus élevée de la période 1959-2014 en Bretagne mais aussi en Provence – Alpes – Côte d’Azur. Sur l’ensemble de la saison et du pays, l’excédent de pluviométrie est proche de 40 %.

Exceptionnellement généreux en décembre, l’ensoleillement a été généralement faible en janvier et février. Sur l’ensemble de l’hiver, il est proche des normales (moyenne de référence 1991-2010) sur la moitié sud, voire plutôt déficitaire dans le Sud-Est, mais excédentaire sur la moitié nord.
(Source : Météo France)

Bilan climatique provisoire de l’hiver 2012-2013

L’hiver météorologique 2012-2013 (décembre, janvier et février) en France s’est révélé plutôt frais, avec une pluviométrie sensiblement excédentaire et un ensoleillement déficitaire.

Bilan provisoire de l'hiver 2012-2013 (Météo-France)

La température moyennée sur la France et sur la saison est légèrement inférieure à la normale*.
Cette moyenne masque de brusques variations temporelles ainsi que des contrastes géographiques. La moitié ouest du pays a bénéficié de températures légèrement supérieures à la normale alors que la moitié est a connu des températures plus fraîches.

Les précipitations ont été particulièrement abondantes dans le Sud-Ouest ainsi que du nord de l’Auvergne au sud de la Bourgogne mais sont restées déficitaires en Languedoc-Roussillon et Basse-Vallée du Rhône. Sur l’ensemble de la saison et du pays, la pluviométrie est supérieure à la normale* d’environ 15 %. Dans le nord du pays, les pluies se sont fréquemment conjuguées avec les chutes de neige, jusqu’en plaine, sans toutefois occasionner d’épaisseur au sol remarquable.

L’ensoleillement a été très faible cet hiver sur l’ensemble de la France, notamment dans un large quart nord-est où le déficit est compris entre 20 et 40 %. Seules les régions méditerranéennes ont bénéficié d’un ensoleillement proche de la moyenne**.

(suite…)

Bilan de l’hiver 2010-2011

L’hiver « météorologique » 2010-2011, qui recouvre les mois de décembre, janvier et février, s’est révélé plutôt frais en France métropolitaine, avec une pluviométrie sensiblement déficitaire et un ensoleillement variable.

Les températures moyennes mensuelles ont été très basses en décembre avec une anomalie de -3°C par rapport à la normale. En janvier, elles ont été très légèrement au-dessus de la normale (+0,3°C). La douceur a été plus marquée en février avec une température moyenne de 1,2°C au-dessus de la normale. Sur l’ensemble de l’hiver, la température moyenne sur la France demeure inférieure à la normale avec une anomalie de -0,6°C.

La pluviométrie observée au cours de cet hiver s’est montrée déficitaire sur la plus grande partie du pays. Les déficits les plus marqués ont été observés des Pyrénées à l’Auvergne et au nord des Alpes avec des cumuls parfois inférieurs à la moitié de la normale, ainsi que de la Bretagne au Nord. A l’inverse, les précipitations ont été supérieures à la normale sur les Cévennes, en Champagne, en Alsace et sur la Côte d’Azur.

L’ensoleillement a présenté un déficit sur un large quart nord-est et sur l’extrême sud-est. Les durées d’insolation ont été plus proches de la moyenne ailleurs, avec un léger excédent de l’Aquitaine au Massif central.

Évènements marquants de l’hiver 2010-2011
Décembre exceptionnellement froid …
Avec une température moyenne inférieure de 3,0 °C à la moyenne de référence 1971-2000, décembre 2010 est le mois de décembre le plus froid de ces quarante dernières années, devançant décembre 1970 (-2,6 °C) et décembre 1975 (-2,4 °C). Le mois a été ponctué de trois épisodes froids accompagnés de chutes de neige fréquentes et parfois abondantes. Les températures déjà très basses fin novembre le sont restées les premiers jours de décembre, descendant localement jusque vers -10 °C sur la moitié nord du pays. Après un bref radoucissement autour du 7, le froid s’est ensuite installé pour une dizaine de jours avec des températures atteignant -15 °C à -16 °C en fin de période sur certaines régions. Après un nouveau et bref radoucissement autour du 22, le froid a fait son retour pour Noël. Le 26 décembre, des températures autour de -18 °C ont ainsi été relevées dans le Nord-Est.

… et neigeux :
Ces épisodes froids ayant été accompagnés d’un temps assez perturbé, les chutes de neige ont été particulièrement fréquentes et la neige a souvent tenu au sol. De telles conditions neigeuses en décembre n’avaient pas été observées depuis trente ans au moins sur de nombreuses régions, notamment en Ile-de-France. A Paris-Montsouris, il a neigé quatorze jours durant le mois et une couche de neige de plus de 1 cm a été observée à seize reprises, l’épaisseur de neige au sol atteignant même 12 cm le 8 décembre. Ces valeurs constituent toutes les trois des records pour un mois de décembre à la station de Paris-Montsouris, sur la période 1980-2010.
(Source : Météo-France)

Tous les bilans climatiques de Météo-France, 2001 à 2011