Archives de mots clés: arboretum de Chèvreloup

Exposition Mille & une orchidées dans les grandes serres du Jardin des Plantes (Paris 5e)

Cirrhopetalum gagnepainii var. purpurreum © MNHN
Les grandes serres du Jardin des Plantes (Muséum national d’Histoire naturelle), entièrement rénovées et réaménagées, ont rouvert au public en juin 2010. 600 000 visiteurs plus tard, beauté, exotisme et connaissance sont toujours au rendez-vous ! Ces serres très luxuriantes accueillent les visiteurs dans une généreuse somptuosité végétale avec plus d’un millier de plantes les invitant à un voyage unique au cœur de la biodiversité. Dans ce cadre exceptionnel, le Jardin des Plantes souhaite renouer avec la tradition d’expositions végétales et particulièrement d’exposition d’orchidées. Ainsi, ce sont plus de mille pieds d’orchidées en fleurs qui vont venir animer la serre tropicale.
Une draperie de Phalaenopsis cascadera sur le grand rocher après que des gerbes de Cymbidiums auront jailli à l’entrée…

  • Cette famille végétale mythique compte environ 30 000 espèces, elle est l’un des groupes de plantes à fleurs les plus diversifiés et les plus « sophistiqués ». Le Muséum en conserve une très belle collection riche de plus de 1000 espèces « sauvages ». Elles sont, pour la plupart, gardées dans les serres de l’Arboretum de Chèvreloup près de Versailles. L’exposition est aussi une belle occasion de découvrir quelques-unes des raretés appartenant à cette collection historique. Un zoom sera fait sur l’acquisition en 2011 de la collection de l’orchidéïste français Marcel Lecoufle qui a cessé son activité et dispersé les rares plantes qu’il gardait par passion.
  • Le Jardin du Luxembourg du Sénat et les serres d’Auteuil de la Ville de Paris ont été invités à la manifestation. Quelques-unes des orchidées extraites de leurs collections extraordinaires et secrètes seront dévoilées au public.
  • Enfin, il a été confié à trois producteurs français d’orchidées la création de trois « scènes d’orchidées » où ils mettront en valeur dans des décors simples contemporains et naturels des plantes exceptionnelles.
Phalaenopsis parishii © MNHN
Cette exposition sera une fenêtre entrouverte sur les plus belles collections d’orchidées conservées à Paris et sur les plus beaux catalogues privés des orchidéïstes français.
J’ai la chance de pouvoir découvrir cette exposition qui s’annonce fabuleuse en avant-première ce matin…
Infos pratiques
Du 22 février au 18 mars 2013 dans les grandes serres.
Gratuit : conseils de l’AFCPO chaque mercredi et week-end de l’exposition, à partir de 14h.
Accès par le Jardin des Plantes, 57 rue Cuvier, 75005 Paris.
Métro : lignes 5 ou 10, station Gare d’Austerlitz, ligne 7, station Censier-Daubenton, lignes 7 ou 10, station Jussieu.
Ouvert tous les jours de 10h à 17h (sauf le mardi).
Tarifs : 6 €, réduit 4 €.
Fermeture des caisses 45 mn avant la fermeture du site.

La belle écorce du cèdre à encens

Cèdre à encens (Calocedrus decurrens), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

Et oui, il y a des cèdres à encens (Calocedrus decurrens) en région parisienne ! C’est une des nombreuses surprises que l’on peut rencontrer en parcourant l’immense Arboretum de Chèvreloup à Rocquencourt (Yvelines).

Écorce d'un cèdre à encens (Calocedrus decurrens), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

L’écorce a une couleur brun-rouge. Elle est fibreuse, épaisse et ressemble à celle du séquoia géant. Le sujet photographié dans l’Arboretum de Chèvreloup avait une couleur inattendue, brun rouge et vert fluo. Mousse, lichen ou algues ? Quel que soit le végétal qui envahit et recouvre l’écorce, le résultat est très beau.

(suite…)

Cormes et cormier (Sorbus domestica)

Le cormier a un port érigé avec un feuillage léger, son bois présente une grande valeur et ses fruits étaient appréciés autrefois. Des fruits en forme de petites poires vertes puis jaunes de plus en plus teintées de rouge, brunes et blettes après les premières gelées.

Cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)
Cormes sur un cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)
Les fruits sont riches en tanin. Ils étaient utilisés pour clarifier le vin et le moût de pomme, pour rehausser l’arôme et améliorer la conservation, et pour distiller une eau-de-vie. On faisaient aussi des confitures et de la farine avec les cormes qui se sèchent aussi très bien. (suite…)

Quand l’if joue au sapin de Noël…

Fruits rouge d'if (Taxus baccata), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

Les pieds d’ifs (Taxus baccata) chargés de fruits rouge vif perdent leur aspect austère parfois vraiment sinistre. J’ai croisé quelques sujets particulièrement colorés dans l’Arboretum de Chèvreloup (Rocquencourt, 78), qui donnent une autre vision de ces conifères qui méritent une plus large place dans nos jardins.

Fruits rouge d'if (Taxus baccata), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)Fruits rouge d'if (Taxus baccata), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines) (suite…)

Belles écorces du pin des Landes

Pin maritime (Pinus pinaster), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines), 9 septembre 2011, photo Alain Delavie

Le pin maritime (Pinus pinaster) est le pin typique des Landes depuis le reboisement effectué au XIXe siècle. Il se rencontre dans le Sud de la France et très occasionnellement plus au Nord.

Le pin maritime est un résineux au fût flexueux qui peut dépasser 20 m de hauteur avec une cime étalée et peu compacte.
Son écorce, très épaisse et profondément crevassée est brun rouge violacé.
Les aiguilles, groupées par deux, sont vert foncé et très longues (environ 10 à 20 cm).
La floraison a lieu en avril mai. Les fruits sont des cônes très gros (environ 10 à 18 cm de longueur).

Le pin maritime est une essence de pleine lumière qui demande une légère humidité de l’air et une pluviométrie d’au moins 600 mm/an. Il supporte la sécheresse estivale, mais il est sensible au froid au dessous de -15 °C.

Cette espèce pousse sur des sols profonds, même acides et pauvres, voire hydromorphes. Par contre, il ne tolère pas le calcaire. Son enracinement est d’abord plongeant, puis devient traçant avec l’âge.

Floraison d’automne du forsythia

Floraison remontante d'un forsythia dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à  Rocquencourt (Yvelines)

Floraison remontante d'un forsythia dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines), 9 septembre 2011, photo Alain Delavie

Alors même que les nuits très fraiches de ces derniers jours ont déjà donné des belles couleurs d’automne à quelques arbres, d’autres arbustes à floraison printanière jouent les prolongations et se remettent à fleurir. « Septembre est le mai de l’automne » paraît-il, mais quand même, la nature semble avoir décidément perdu ses repères en cette fin d’été à la météo indécise.

Floraison remontante d'un forsythia dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

Floraison remontante d'un forsythia dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines), 9 septembre 2011, photo Alain Delavie

Ce beau forsythia croisé lors d’une balade dans l’arboretum de Chèvreloup à Rocquencourt (Yvelines) est paré de couleurs pourpres et rouges qui tranchent encore plus avec les nombreuses fleurs jaune vif. Un festival de couleurs, encore plus qu’au printemps qui est pourtant la grande saison de ces arbustes précoces !

(suite…)