Archives de mots clés: zones humides

Journée mondiale des zones humides le 2 février 2018

Journée mondiale des zones humides (JMZH), 2 février 2018
Chaque année, le 2 février, l’association Ramsar France, Evian et la LPO se mobilisent dans le cadre de la Journée Mondiale des Zones Humides (JMZH) pour sensibiliser le public à la préservation des ressources en eau et faire connaître leur importance dans l’écologie mondiale.

La Journée mondiale des zones humides consacre son édition 2018 à la nécessité vitale, d’intégrer et de développer les milieux humides dans les villes. Et pour cause : 50% des zones humides métropolitaines ont disparu entre 1960 et 1990 ; 47% se sont dégradées entre 2000 et 2010. Les marais, tourbières, lagunes, salines et autres terres humides sont reconnus pour receler une grande diversité et richesse biologiques. Ils ont un rôle essentiel dans le bon fonctionnement des écosystèmes, la fourniture de services comme la lutte contre le réchauffement climatique. Ils sont encore aujourd’hui sacrifiés par un développement qui n’a toujours pas intégré les services écosystémiques et aménités en amont des décisions publiques et privées. Détentrices et responsables de terres humides, les villes ont un rôle majeur à jouer. (suite…)

Journée Mondiale des Zones Humides le 2 février 2017

Journée mondiale des zones humides, 2 février 2017L’édition 2017 de la Journée Mondiale des Zones Humides, le 2 février 2017, est consacrée au rôle de ces territoires d’exception pour la prévention des catastrophes. Comme chaque année à la même date depuis 2001, les citoyens français seront sensibilisés aux richesses et fonctionnalité de ces écosystèmes exceptionnels, et engagés pour leur protection. À cette occasion, la LPO et Evian se mobilisent et proposent des centaines d’animations partout en France pendant plusieurs semaines.

L’association Ramsar France, l’Onema, les Pôles-relais zones humides, la LPO et la Société nationale de protection de la nature, coordonnent l’ensemble des animations réalisées sur le territoire français.

Sources de vie indispensables à l’homme
Marais, tourbières, prairies humides, lagunes, mangroves, deltas, baies, rives de lacs et de rivière, les milieux humides abritent une multitude d’espèces animales et végétales en inter action. Ils jouent un rôle de premier plan en rendant de nombreux services à l’humanité : ils rechargent les eaux souterraines, purifient les eaux en surface, résorbent et atténuent les crues comme les sécheresses. Les milieux humides protègent les berges et les rivages de l’érosion, et les côtes des tempêtes. 50% des espèces d’oiseaux vivants en France dépendent d’ailleurs de ces milieux. 30% des espèces végétales remarquables y sont inféodés. Dépositaires de valeurs culturelles, ces terres vivantes constituent des pivots de développement économique.

Les études du chercheur australien Nick C. Davidson montrent que 64% des terres humides ont disparu depuis 1900, limitant l’accès à l’eau douce pour d’un milliard de personnes. Depuis 1970, l’assèchement a entraîné la disparition de 76% des populations d’espèces d’eau douce. À l’avenir, une disparition complète de ces territoires engendrerait d’importants changements climatiques puisqu’en plus de ne plus absorber les précipitations et de ne plus fixer le littoral, les zones humides libèreraient une importante quantité de carbone (le professeur Christian Blodau estime par exemple que les tourbières retiennent 30% du carbone stocké en milieu terrestre).

Aujourd’hui les milieux humides connaissent d’importants bouleversements dus notamment à : l’utilisation des sols, l’expansion de l’agriculture intensive, l’exploitation du bois, le détournement de l’eau par les barrages, les digues et les canalisations, la pollution de l’air de l’eau… et aussi des catastrophes (crues, inondations, sécheresses, canicules, tassements de terrain, tempêtes… qu’il est impérieux de prévenir pour mieux protéger ces écrins de vie.

Jusqu’au 28 février 2017, venez découvrir les animations organisées par la LPO partout en France : les activités proposées dans le département de l’Essonne.
En 2016, plus de 120 animations ont été proposées de fin janvier à fin février et 2340 personnes y ont participé ! (suite…)

22ème opération Fréquence Grenouille pour la préservation des zones humides

Fréquence Grenouille 2016, préservation des zones humides
Manifestation organisée du 1er mars au 31 mai en France métropolitaine et outre-mer et Madagascar, Fréquence Grenouille a pour but de sensibiliser la population et le « tout public » à la préservation des zones humides, lieux de vie indispensables à l’équilibre de notre planète. Les zones humides sont de plus en plus rares et les batraciens sont de « bons indicateurs de santé » de ces milieux fragiles.

Le Réseau des Conservatoires d’espaces naturels et Réserves naturelles de France proposent près de 500 animations : aménagements de crapauducs, opération de sauvetage de batraciens, conférences, diaporamas, expositions, sorties sur le terrain, ateliers pédagogiques, pour vous faire découvrir ces écosystèmes fragiles.

Retrouvez l’opération Fréquence grenouille 2016 et le programme général sur le site internet : www.reseau-cen.org rubrique Les opérations nationales – Fréquence Grenouille.

Géolocalisation des animations Fréquence Grenouilles sur Google

(suite…)

Manifestations pour la journée mondiale des zones humides au Palais de la Porte Dorée

Logo de la Journée mondiale des zones humides, 2 février 2016Natureparif, la Société nationale de protection de la nature (SNPN) et le Conseil départemental du Val-d’Oise vous proposent des conférences, des projections et des expositions le dimanche 7 février 2016 de 14h à 18h au Palais de la Porte Dorée (Paris 12e).
Logo NatureparifAu programme :
De 14 h à 16 h, deux films sur les zones humides françaises seront projetés :
  • « L’Étang de Berre, en quête d’une lagune cachée » (20 minutes), réalisé par Océanides et produit par le Pôle-relais lagunes méditerranéennes.
  • « Les 4 saisons du marais poitevin » (1h20), réalisé par Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO.

De 16 h à 18 h, se tiendront deux conférences sur les milieux humides :

Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
En parallèle de ce programme, profitez d’une visite à l’aquarium tropical pour voir les expositions :
  • « Rivières et zones humides du Val d’Oise » du 6 au 19 février 2016,
  • « Nos zones humides, nos peuples » du 6 au 21 février 2016.

Conférence : « Les zones humides franciliennes sont-elles menacées ? »

Affiche de la conférence "Les zones humides franciliennes sont-elles menacées ?", Natureparif
À quelques jours de la Journée mondiale des zones humides qui aura lieu le 2 février 2015, Natureparif propose sa  première conférence de l’année intitulée : « Les zones humides franciliennes sont-elles menacées ? »

Les zones humides ont un rôle important dans la préservation de la ressource en eau. Elles constituent un patrimoine naturel caractérisé par une grande diversité biologique qui contribue à une gestion équilibrée de la ressource en eau. De par ces fonctions, elles contribuent à l’atteinte du bon état des masses d’eau. Cependant, mal connues, mal identifiées, elles sont fortement menacées. Leur superficie, et leur qualité ont fortement diminué dans les 30 dernières années. Elles nécessitent à ce titre la mise en place d’une politique de protection et de restauration ambitieuse. A cet égard, un plan d’action national pour la sauvegarde des zones humides a été lancé par le MEEDDM le 1er février 2010.

En commençant par une présentation de la convention de Ramsar sur les zones humides d’importance mondiale, célébrée lors de la Journée mondiale des zones humides (JMZH), le premier intervenant exposera le thème et le rôle de cette JMZH ainsi que la façon dont la Société nationale de protection de la nature œuvre pour protéger les zones humides.

Dans la seconde partie de la conférence, une définition des zones humides vous sera présentée ainsi que les intérêts et les menaces qui pèsent sur ces milieux fragiles. Des chiffres concernant la région Île-de-France seront donnés afin d’illustrer les propos. Enfin, les actions concrètes entreprises par la SNPN et ses partenaires sur cette thématique vous seront exposées et nous nous poserons la question de savoir quel pourrait être le rôle du grand public dans la préservation des zones humides. Pour clore cette conférence, un film sur les zones humides et les sites Ramsar pourra être projeté.

Conférence animée par Grégoire Macqueron, Benjamin Bricault et Marie Melin de la Société Nationale de la Protection de la Nature (SNPN) le jeudi 22 janvier 2015, de 18h à 20h.
Auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF),
84, rue de Grenelle, 75007 Paris.
Métro : ligne 12, station Rue du Bac.
Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

Zones humides, des milieux riches à préserver et à découvrir en Île-de-France

À l’occasion de la Journée Mondiale des Zones humides (JMZH), Natureparif, l’agence pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, invite le grand public à participer dès maintenant à deux programmes d’inventaire en lien avec ces milieux.

Logo Natureparif

Les milieux humides représentent environ 2,8% de la superficie régionale et ont perdu plus de 50% de leur surface en un siècle ! Ces milieux extrêmement riches mais menacés représentent un enjeu fort de préservation de la biodiversité francilienne, que Natureparif défend plus globalement à travers de :

  • son Diagnostic de la Biodiversité en Île-de-France,
  • son étude innovante, toujours en cours, sur l’ADN environnemental présent dans les mares,
  • un atelier à destination des animateurs nature franciliens sur la thématique des amphibiens.

Capture d'écran du site Inventaire des routes traversées par les amphibiensSuivi des migrations nocturnes des amphibiens
À la sortie de l’hiver, dès les premières soirées douces du mois de février, les amphibiens (grenouilles, crapauds, tritons et salamandres) se réveillent et quittent leur cachette forestière pour rejoindre au plus vite la mare où ils ont vu le jour pour s’y reproduire. En compétition avec d’autres mâles ou femelles, ils empruntent le chemin le plus court, quitte à traverser une route et prendre le risque de se faire écraser
Initiée en 2013, l’objectif de cette enquête est de recenser les portions de routes traversées par les amphibiens et d’évaluer l’abondance de leurs déplacements afin de mettre en place des dispositifs de franchissement adaptés (crapaudromes ou crapauducs), en lien notamment avec le Schéma Régional de Cohérence Écologique de la Région Île-de-France (SRCE).
En 2013, une centaine de portions de route traversées ont pu être identifiées par les participants. Un nouvel appel à participation est lancé en ce début d’année, afin de confirmer les sites déjà inventoriés par de nouvelles prospections et d’identifier de nouvelles portions de routes.
Pour participer, rendez-vous sur : http://amphibiens.natureparif.fr

Capture d'écran du site Si les mares m'étaient comptées
« Si les mares m’étaient comptées » : inventaire des mares d’Île-de-France
On estime à 30 000 environ le nombre de mares en Île-de-France. Le programme d’inventaire mené par la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN) a répertorié plus de 22 000 mares et 7 700 d’entre elles ont déjà pu être visitées grâce à la participation  des bénévoles et des structures partenaires. Il reste donc encore de nombreuses à confirmer !
C’est pour cela que la SNPN et Natureparif ont développé une plateforme participative sur laquelle les participants de l’inventaire des mares d’Île-de-France peuvent indiquer directement leurs observations. Cet inventaire a pour l’objectif est d’établir un état des lieux précis de ces micro-zones humides indispensables à la survie de nombreuses espèces faunistiques et floristiques, parfois rares et menacées. Au-delà du simple recensement, il s’agit d’impulser une véritable dynamique régionale de préservation de ces milieux. Au cours de vos promenades, si vous croisez un de ces milieux humides, n’oubliez pas de noter sa localisation, son état et potentiellement les espèces qui la peuplent.
Pour faire part de vos observations, rendez-vous sur : http://www.snpn.mares-idf.fr