Archives de mots clés: travaux au jardin

La MDSAP étend son réseau de services dans le jardinage à Coulommiers

Logo de la MDSAPLa Maison Des Services A la Personne (MDSAP), coopérative pionnière dans les services à la personne, continue de se déployer sur le territoire français via une agence spécialisée dans le jardinage à Coulommiers (77).

La MDSAP est déjà présente dans plus de 30 villes françaises et marque un point d’honneur à se positionner sur des zones rurales. Quatrième agence dédiée au jardinage de la région, et deuxième en Seine-et-Marne, l’agence de Coulommiers vient renforcer le réseau de la coopérative qui compte déjà plus de 400 agences et 1100 collaborateurs.

« Cette nouvelle agence permet à notre coopérative de se rapprocher encore un peu plus des populations dites « isolées », qui sont celles qui ont le plus besoin de nos services. » explique Brice Alzon, Président-fondateur de la MDSAP.

En Seine-et-Marne, la demande est importante et le marché porteur. Jean-Marc Marfella, le responsable de l’agence de Coulommiers remarque que de plus en plus de personnes s’installent à Coulommiers et ses alentours (Provins, Tournan, Meaux, Marne la Vallée, etc.) : « Nous sommes dans un milieu rural où la demande en terme d’entretien est croissante. S’installer ici c’est avant tout répondre à une demande et à un besoin grandissant ». (suite…)

2 rendez-vous pour apprendre à palisser les arbres fruitiers

Atelier, palissage des arbres fruitiers, square Fleury, Paris 20e (75), Vergers Urbains
Vergers Urbains vous propose deux ateliers dans Paris pour apprendre à palisser les arbres fruitiers.

Le premier rendez-vous se déroulera dans le Verger partagé de Fleury, aujourd’hui jeudi 18 août 2016 pour palisser les arbres fruitiers disposés le long de la barrière.
Jeudi 18 août 2016 à partir de 10h.
Rendez vous dans le square E. Fleury, 33, rue Le Vau, 75020 Paris. (suite…)

Petits nettoyages de fin d’hiver

Fleurs fanées d'un sedum en jardinière dans le cimetière du Père Lachaise en hiver, Paris 20e (75)
Février touche bientôt à sa fin et avec lui l’hiver météorologique se termine. La météo n’étant pas très froide, les opérations de taille et de nettoyage peuvent donc être entreprises sans plus tarder.

Dans les parcs et jardins publics parisiens, les grosses touffes de graminées ont déjà été rabattues. Les rosiers et les arbustes à floraison estivale peuvent être taillés sans plus attendre car au moindre redoux, ils vont repartir très vite. Il faut s’occuper aussi des glycines, des bignones et des clématites d’été. Dans les massifs et les jardinières, les feuillages ou les hampes florales desséchées (photo de Sedum ci-dessus) doivent maintenant être coupées pour dégager l’espace et permettre aux nouvelles pousses qui pointent déjà chez certaines espèces de se développer sans être gênées.

J’ai terminé les tailles sur mon balcon, pour une fois très en avance. Le printemps peut arriver !

Mise à jour de l’application Almanach Rustica 2015 sur iPad

Application Almanach Rustica 2015 sur iPad

L’application Almanach Rustica 2015 pour iPad qui a été lancée le 16 décembre 2014 a fait l’objet d’une mise à jour disponible depuis aujourd’hui sur l’App Store.
Pour celles et ceux qui n’aurait pas lu mon premier article, je rappelle que le téléchargement de l’application est gratuit et permet d’accéder à plusieurs contenus (éphémérides, vidéos, carnets du jardinier…). L’accès en intégralité et en illimité qui permet de découvrir jour après jour des contenus éditoriaux enrichis (conseils jardin, découvertes, promenades et recettes) est payant. Cette version premium est proposée à 4,49 € sur iTunes.

Un an de conseils pratiques avec l’application Almanach Rustica 2015 sur iPad

Application Almanach Rustica 2015 sur iPad

La version « geek » de l’Almanach Rustica 2015 est disponible depuis quelques jours en téléchargement gratuit ou premium (4,49 €) sur iTunes. Une super idée de cadeau à tout petit prix pour jardinier(ière) connecté(e) !

Quelques clics suffisent pour obtenir le nouvel almanach Rustica 2015 proposé en téléchargement sur l’Apple Store pour une lecture sur iPad (il n’y a pas de version Androïd). 365 jours de conseils pratiques pour le jardin et la maison.

Application Almanach Rustica 2015 sur iPad (suite…)

Mes bonnes résolutions jardinières pour 2014 que je n’ai finalement pas tenues

Jeune pied de Begonia 'Silver Splendor' en fleur sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)

Bégonia ‘Silver Splendor’, premier essai en culture en 2014, j’espère bien le garder très longtemps !

Chaque année qui débute est l’occasion de faire de nombreux plans sur la comète et de (se) promettre tout un lot de résolutions (forcément bonnes), mais qui, pour la plupart, ne restent que des intentions plus ou moins vite oubliées… À l’heure des bilans multiples de fin d’année, petit retour sur les résolutions jardinières que j’ai abandonnées.

1 Limiter le nombre des potées et jardinières sur mon balcon et dans mon appartement
Je finis toujours par accumuler les petits pots dans les coins et les recoins, je continue à ajouter des potées en suspension accrochées à la balustrade et que j’ai ensuite beaucoup de mal à arroser sans éclabousser en dessous, je fais des boutures ou récupère des semis spontanés… Quand tout se met à pousser, cela devient un véritable casse-tête de trouver suffisamment de place, la place qui convient le mieux aux nouvelles plantes achetées sur un coup de tête ou plutôt de coeur. Et les plantes finissent par se gêner ou alors je n’arrive plus à les voir, ce qui est le comble !

2 Acheter uniquement les plantes dont j’ai besoin et pour lesquelles j’ai déjà réservé (trouvé) une place
Ça, je crois que je n’y arriverai jamais ! Quand les nouveaux catalogues de plantes arrivent (je suis plongé en ce moment dans celui de Jardin Express et de Graines Baumaux), il y a tellement de tentations. Et dans les fêtes des plantes, c’est encore pire, car il faut faire vite pour tout voir, trouver et réserver les plantes avant qu’elles ne soient déjà parties.
Les hivers rigoureux font périr quelques unes des acquisitions et permettent de retrouver un peu de place. Ce qui n’est pas le cas depuis deux ans maintenant dans Paris. Mon pied de Bidens ferulifolia ‘Pirate’s Peal’, cultivé habituellement comme une annuelle, va entamer sa troisième année sur mon balcon.

Saruma henryi au printemps sur mon balcon, Paris 19e (75)
3 Changer, renouveler plus souvent
Quand j’aime une plante et qu’elle se plaît chez moi, et bien je la garde. Et je suis très fidèle, malgré le manque cruel de place et les envies de nouveautés. Depuis 2004 (10 ans déjà), je conserve mon pied de Saruma henryi qui occupe maintenant presque une jardinière de 80 cm de longueur à lui tout seul. Et je ne m’en séparerais pour rien au monde. Il en est de même pour mes sceaux de Salomon géants qui vont bientôt faire éclater leur grande jardinière. Il va pourtant falloir que je procède à quelques divisions et repiquages pour redonner plus de vigueur aux vivaces qui finissent par être moins belles après quelques années de culture à la même place. Et je dois continuer le renouvellement des jardinières…

Mais je me suis quand même bien « calmé » au fil des années.
Je ne cède plus à la collectionnite aigüe; je délaisse les plantes trop difficiles à cultiver, trop exigeantes ou vraiment trop fragiles; entre deux fêtes des plantes, je réussis désormais à tout planter et mettre en place avant d’acheter de nouvelles plantes… Mais Paris étant de plus en plus sinistré pour les approvisionnements en plantes, cela « aide » aussi (sic !) car les tentations y sont de plus en plus rares.