Archives de mots clés: potée

Super, les minimottes de Jardin Express !

Le 10 mai dernier, j’installais trois minimottes de Begonia Fragrance ‘Apple Blossom’, reçues de Jardin Express, spécialiste des très jeunes plants.
Aujourd’hui, mes trois bégonias ont pris de l’ampleur mais sont aussi en pleine floraison. Superbes, exactement 47 jours plus tard, un peu plus d’un mois et demie après la plantation. Super !
La preuve en images, avec en premier la photo prise aujourd’hui vendredi 27 juin :
Et les mêmes, le 10 mai dernier :
Prodigieux non ?

Temps frais, les impatiens aiment, les exotiques peinent

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la chaleur ne nous étouffe pas en ce mois de juin et à quelques jours de l’été maintenant.
Ici en région parisienne, les nuits sont toujours fraîches et ce n’est pas le retour du soleil hier qui a suffisamment réchauffé les plantes, la terre et les jardiniers.
Le temps frais et souvent humide réussit bien aux impatiens, qui se mettent maintenant à fleurir, telles mes Impatiens namchawarbensis (à fleurs bleues) et Impatiens sodenii subsp. sodenii (aux grandes fleurs blanches teintées de cerise).
Le temps peu ensoleillé et les basses températures malmènent les plantes exotiques les plus frileuses, comme mon Hibiscus coccineus (le rouge) et mon Begonia boliviensis ‘Fire Cracker’ qui n’en finissent pas de démarrer. Encore bien petits pour la mi juin…

Bégonias, belles-de-nuit, les floraisons approchent !

Malgré la météo très capricieuse et fraiche de ce printemps 2008, les plantes poussent sur mon balcon à vue d’oeil.
Les minimottes de Begonia Fragrance ‘Apple Blossom’ reçues de Jardin Express et plantées le 11 mai dernier ont plus que triplé et les premiers boutons floraux se sont formés. Impressionnant !
Le Begonia boliviensis continue à prendre de l’ampleur et s’est couvert de boutons qui commencent à se teinter.
Mes belles-de-nuit (Mirabilis longiflora) sont géantes cette année, les tiges mesurant un bon mètre déjà. Certainement un manque de soleil… Mais les premiers boutons se forment. Je dois dire que je suis impatient, car les grandes fleurs blanches embaument. Elles se ferment quand je pars travailler le matin pour s’ouvrir à mon retour le soir. Elles sont trop rares les fleurs pour jardiniers travailleurs !

Où trouver la suspension demi-lune en Île-de-France ?

J’ai souvent montré une suspension en forme de demi-lune. Mais où la trouver à Paris ou en Île-de-France ?

Question de Nadia Larina, qui ne l’a pas dénichée en surfant sur le web.
Et bien la dernière fois que j’en ai vu, c’était chez Leroy Merlin, à Ivry-sur-Seine, juste de l’autre côté du périphérique, là où j’ai acheté celle de la photo. Mais chez Truffaut sur le quai de la Seine dans le 13ème, j’en ai vu des vertes. Je n’ai pas trop fait attention dans la jardinerie Hermès de Neuilly-sur-Seine, mais l’offre de pots était importante et c’est très facile pour y aller en métro avec la ligne 1.
Pour trouver des pots ou des jardinières pour petit balcon ou rebord de fenêtre, il ne faut pas oublier non plus le Leroy-Merlin près de Beaubourg, les magasins Delbard (descendre au sous-sol) et Vilmorin sur le quai de la Mégisserie. Les magasins Bricorama en proposent également. Liste non exhaustive…
Et bien sûr toutes les jardineries situées en banlieue tout autour de Paris: Truffaut, Botanic, Delbard, Jardiland, Côté Nature, Ferme de Gally… Avec une voiture, les possibilités sont tout de suite plus importantes.
Mais à la mi juin, la grande saison des ventes du printemps s’achève dans les points de vente de jardinage. Les rayons sont moins réassortis.

De l’utilité de rempoter vite et bien !

Je vous ai parlé le week-end dernier de ma belle petite impatiens à grosses fleurs jaunes. Cette semaine, malgré le temps gris et souvent pluvieux, j’ai eu les plus grandes difficultés à la maintenir suffisamment arrosée, non pas par négligence, mais parce que le substrat dans lequel elle était plantée séchait en quelques heures à peine. Parfois du matin au soir. Il faut dire aussi que le pot de la suspension était de dimensions réduites.Il s’en est fallu de peu que je la perde même, car je l’ai souvent retrouvée fanée la pauvre !
Ce matin, séance de rempotage pour l’installer dans un plus gros pot. En principe, c’est la dernière pour cette année, tout est maintenant en place.
Quelle ne fut pas ma surprise en dépotant la motte de voir que le substrat n’était qu’un mélange de laine de verre et de gros morceaux de polystyrène. Inerte et très drainant ! Je comprends mieux maintenant pourquoi il s’asséchait aussi vite. Certainement très adapté à une culture sous serre avec un arrosage automatique et une forte humidité atmosphérique, mais pas du tout pour le plein air.
J’espère que la plante va vite refaire de nouvelles racines et coloniser le terreau que je lui ai mis. Mais en attendant, je vais encore surveiller les arrosages…

Derniers achats pour le balcon, maintenant bien planté

Journée grise et fraîche avec petite averse. Pas terribles le printemps et le mois de juin cette année.
13 °C ce matin, pour un peu on apprécierait un peu de chauffage, mais en juin quand même !

Cela n’empêche pas la potée d’Epicactus de poursuivre sa floraison. Un peu de couleur dans la grisaille, ça fait du bien.
J’ai quand même fait un petit tour sur le quai de la Mégisserie et le marché aux fleurs sur l’Île de la Cité. Ne trouvant pas ce que je cherchais, j’ai décidé de faire un grand saut jusqu’à Neuilly, pour découvrir la jardinerie Hermès. Un petit périple en métro, vite fait. La jardinerie est juste à côté de la sortie du métro (ligne 1, Pont de Neuilly).
Un choix très intéressant et varié, avec une offre importante de plants à l’unité, une attention bienvenue pour le citadin en mal de place. De très belles poteries aussi. J’ai craqué pour une plante cigarette (Cuphea ignea), un Begonia Bonfire et un plant d’impatiens Walleriana-Hybride « géante » aussitôt plantés. Cette variété d’impatiens est aujourd’hui rarement présentée, hormis quelques plants sur les quais de la Mégisserie, mais vendus par barquettes. Et pourtant, cela change des habituelles impatiens nanifiées à l’extrême. Ras le bol du tapis ou du coussin court sur pattes que nous impose les hybrides récents, j’aime l’opulence. Si l’été n’est pas trop sec (sic !), mon pied d’impatiens devrait atteindre 60 à 80 cm de hauteur.
Toutes ces fleurs sont de couleur rouge vif, comme les bégonias Dragon Wing et l’épicactus. Mais il y a beaucoup de vert sur le balcon, donc ce n’est jamais criard. Et puis j’aime bien le rouge, et l’orange aussi.
J’ai aussi acheté un tuteur cercle pour mon pied de corète du Japon, qui s’étale un peu trop dans tous les sens. Simple, discret et efficace comme système. Et facile à poser ! Au fait, les pigeons ne sont pas revenus écraser ma touffe de coeur-de-Marie blancs.