Archives de mots clés: plante sauvage

Matricaire camomille, florifère et résistante à la sécheresse et canicule

Matricaire camomille (Matricaria recutita) en fleur dans le parc de Passy, Paris 16e (75)
Tapis dense de feuillage finement découpé et bien vert foncé et constellations de petites marguerites, telle se présente la matricaire camomille (Matricaria recutita) dans les jardins et les parcs assoiffés et écrasés par la chaleur estivale. Avouez que cela vaut bien certains anthémis ou d’autres fleurs annuelles…

Matricaire camomille (Matricaria recutita) en fleur dans le parc de Passy, Paris 16e (75)
Le feuillage couvre bien le sol et forme un beau tapis bien homogène. On ne peut pas en dire autant des gazons parisiens, souvent complètement desséchés et jaunis.

Quand ça veut pousser, ça pousse n’importe où !

Graminée poussant sur un tronc d'arbre mort, les hortillonnages, Amiens (80)
Une graminée s’est installée sur un bout de tronc d’arbre mort et y prospère comme si elle était en pleine terre, allant même jusqu’à fleurir et se couvrir de fins épis. Un bel exemple de culture hors-sol naturelle et de la capacité d’adaptation et de résistance des plantes.

Graminée poussant sur un tronc d'arbre mort, les hortillonnages, Amiens (80)
Si la décomposition du tronc d’arbre est suffisamment avancée, la graminée dispose de matières organiques et d’un peu d’humus. Il faut juste qu’il y ait assez d’humidité naturelle pour aider la plante à se développer. Et cela doit être le cas quand on voit la verdeur de son feuillage. Plus jolie que nombre de pelouses transformées en tapis de paille depuis quelques semaines…

Réséda sauvage, fleur de Paris

Réséda (Reseda), plante sauvage, adventice, mauvaise herbe, Paris 19e (75)
Le réséda pousse à l’état sauvage dans Paris et la région parisienne. En passant dans la rue des Ardennes (Paris 19e), le long de la Petite Ceinture, j’ai photographié ces beaux pieds couverts d’épis de fleurs. Spectacle sympathique qui montre combien la nature peut bien faire les choses, même dans une grande ville…

Réséda (Reseda), plante sauvage, adventice, mauvaise herbe, Paris 19e (75)
L’emplacement est propice certainement car les pieds de réséda ont une belle ampleur et hauteur. Terre riche et bien arrosée pour cette plante sauvage qui forme un joli buisson contre le grillage.

Réséda (Reseda), plante sauvage, adventice, mauvaise herbe, Paris 19e (75) (suite…)

Jolis coquelicots parisiens

Coquelicot parisien, Papavéracées, fleur annuelle sauvage, Paris 11e (75)
En pleine campagne ou au coeur de la ville, le charme des coquelicots est toujours aussi fort. Ces fleurs annuelles trop éphémères dressent leurs corolles chiffonnées vers le soleil et les passants comme un grand oeil étonné ou inquisiteur. Un spectacle trop rare dans la capitale !

Coquelicot parisien, Papavéracées, fleur annuelle sauvage, Paris 11e (75) (suite…)

Une mauvaise herbe… sur le toit de la Philharmonie de Paris

Adventice, mauvaise herbe, plante sauvage, toit, belvédère de la Philharmonie de Paris, Paris 19e (75)
Une graine a été germer et s’enraciner sur le toit de la Philharmonie de Paris et s’est développée fièrement sans une once de terre avec pour seuls arrosages les eaux de pluies. Rien n’arrête les mauvaises herbes !

Adventice, mauvaise herbe, plante sauvage, toit, belvédère de la Philharmonie de Paris, Paris 19e (75)
Ou quand la nature reprend petit à petit un peu de ses droits… Et cette sauvageonne devrait bientôt se ressemer pour assurer sa descendance.

Les pissenlits ensoleillent les parcs et les jardins

Pissenlits au printemps dans le parc François Mitterrand, Cergy (95)
Avec l’arrivée du printemps et des premiers beaux jours, les pissenlits sortent de leur discrétion et illuminent les prairies, les pelouses, les plates-bandes et tous les autres endroits où ils se sont installés, souvent sans l’accord du jardinier.

Pissenlits au printemps dans le parc François Mitterrand, Cergy (95) (suite…)