Archives de mots clés: jardins

Fenêtre sur jardins, journée d’étude de la bibliothèque de la SNHF

Affiche de la journée d'étude "Fenêtre sur jardins", SNHF, Paris (75), novembre 2017La deuxième journée d’étude de la bibliothèque de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) organisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France se déroulera le 10 novembre 2017 dans l’amphithéâtre de la SNHF. Seront présents les professionnels des bibliothèques, archives, musées ainsi que des chercheurs afin de dialoguer autour de l’histoire, de l’art et de la philosophie des jardins.

La Société Nationale d’Horticulture de France a été fondée en 1827 sous l’impulsion du Vicomte Héricart de Thury. Héritière des académies du XVIIe siècle, cette société savante a réuni et réunit encore, autour de l’horticulture, des professionnels, amateurs éclairés, érudits.  Le terme d’horticulture comprenait au XIXe siècle, une acception beaucoup plus vaste que ce que nous pouvons en entendre aujourd’hui. Dans son discours d’installation, Héricart de Thury expose entre autre l’exactitude du terme pour qualifier le but des travaux de la société, le définissant comme « l’art de la composition et de la culture des jardins ». Tandis que M. C. Bailly de Merlieux, alors secrétaire du comité de rédaction du bulletin, en offre une définition métaphorique : « L’art des jardins est du petit nombre de ceux qui prennent rang parmi les arts utiles comme parmi les arts d’agrément, et il doit même figurer au rang des Beaux-Arts […]. L’Horticulture change encore l’aspect de la nature en créant de nouveaux paysages. Rivale de la peinture, mais l’emportant sans doute sur elle, puisque la terre est son cadre, le sol que nous foulons sa toile, les arbres, les prairies, les fleurs, les rochers et les eaux, les couleurs qu’elle emploie, imitant ainsi les beautés de la nature avec les matériaux mêmes que la nature met en œuvre, au lieu de n’en offrir que l’insuffisante repré­sentation, quels ne seraient pas le produit, l’agrément, les beautés d’un pays dont l’Horticulture aurait distri­bué les champs et les bois, tracé les routes, indiqué les cultures ? » S’ouvre dès lors un vaste champ d’étude avec cet objet central qu’est le jardin, en témoignent la diversité et le nombre de comités, douze comités au premier tiers du XIXe siècle et aujourd’hui onze sections thématiques.

Les sociétaires avaient des profils très divers, jardiniers, pépiniéristes, horticulteurs, botanistes mais aussi médecins, avocats, professeurs, architectes, artistes, hommes politiques, etc. La pluralité de ces profils a fait de la Société un véritable lieu d’émulation au service de la discipline. Un lieu propice aux débats, aux échanges, à la construction des idées. Leurs visions du végétal ont ainsi toujours été en dialogue, nourrissant l’histoire et l’art des jardins de leurs différentes façons d’aborder ce vaste sujet. (suite…)

Colloque sur les Refuges LPO : « Objectif Zéro phyto »

Logo LPOSans attendre les nouvelles obligations règlementaires, des collectivités, entreprises et particuliers engagés dans une démarche de « Refuge LPO » ont déjà proscrit les pesticides de leurs jardins publics ou privés. Ils se retrouvent le 18 octobre 2017 à la Halle Pajol à Paris (18e) dans le cadre du colloque « Objectif Zéro Phyto » afin de partager leurs connaissances et leurs retours d’expériences sur les alternatives aux produits phytosanitaires en présence de plusieurs spécialistes.

Environ 60 000 tonnes de pesticides sont déversées chaque année en France, pour détruire des espèces jugées indésirables (insectes, adventices, champignons, etc.). Si la grande majorité de ces intrants chimiques sont la cause d’une agriculture déraisonnable et déraisonnée, 5% des produits phytosanitaires sont répandus dans les jardins et espaces verts, le long des routes et voies ferrées. Trop de particuliers, collectivités, établissements publics et entreprises, utilisent encore quantité de produits chimiques (notamment des herbicides) dont la nocivité pour la santé humaine autant que pour la nature est désormais connue.

Depuis le 1er janvier 2017, la loi Labbé (du nom du Sénateur Joël Labbé) interdit l’usage de pesticides dans les espaces verts publics et la vente en libre-service aux particuliers. A compter du 1er janvier 2019, l’interdiction sera généralisée aux particuliers. Heureusement, la société civile n’a pas attendu les obligations règlementaires : l’expérience s’est déjà accumulée au fil des années, témoignant de l’existence de méthodes alternatives. De nombreuses communes et entreprises ont déjà franchi le pas, notamment en s’engageant dans la démarche « Refuge LPO » qui permet de bénéficier d’un accompagnement sur-mesure par la LPO, basé sur une méthodologie simple, efficace et économiquement viable. La gestion écologique des espaces verts se décompose en plusieurs étapes, décrites dans chacune des 12 fiches proposées dans le guide « Objectif 0 phyto ». Illustrées par des retours d’expérience, des conseils d’expert et des ressources bibliographiques, ce guide technique a pour vocation à accompagner les collectivités et les entreprises dans leur passage au « 0 phyto ».

Le colloque du 18 octobre 2017 a l’ambition de présenter les retours d’expériences, partager les réussites, identifier les freins, pour développer encore davantage les solutions naturelles alternatives. Chacun peut participer à la transition écologique de manière concrète, au quotidien. En changeant ses propres pratiques, sur son balcon, dans son jardin ; en sensibilisant les enseignants de l’école, son employeur, les voisins… (suite…)

1ère édition des Jardins ouverts les 30 septembre et 1er octobre 2017

 Jardins ouverts en Île de France, 30 septembre et 1er octobre 2017, affiche ©DuofluoLe week-end prochain, tous les Franciliens seront invités dans les potagers à l’occasion d’une nouvelle manifestation portée par la Région Île-de-France, « Jardins ouverts« .

Au total 117 jardins seront ouverts et proposeront en leur sein une programmation culturelle en lien avec le potager, touchant à de nombreuses disciplines (musique, théâtre, littérature, cinéma, gastronomie, histoire de l’art, écologie…) et imaginée pour satisfaire aux goûts de tous les visiteurs quels que soient leur âge ou leur préférence artistique. Du Potager du Roi à Versailles (Yvelines) au jardin potager du domaine de la Grange-la-Prévôté à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), du jardin partagé au jardin ouvrier en passant par le jardin pédagogique ou le jardin sur les toits, toutes les cultures pousseront donc au jardin, les 30 septembre et 1er octobre 2017.

Retrouvez tout le programme sur : iledefrance.fr/jardinsouverts


Le patrimoine naturel francilien en quelques chiffres

Malgré l’image très urbaine de l’Île-de-France, 78,8 % de la superficie totale de la Région est occupée par des espaces naturels agricoles et forestiers. Elle compte 569 000 hectares de terres cultivées soit près de 48% de sa surface. Environ 5 000 exploitations sont réparties sur le sol francilien tandis que le secteur agricole représente 12 000 emplois et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires.
Outre les terres agricoles, de nombreuses zones naturelles protégées maillent le territoire francilien, à commencer par les parcs naturels régionaux. Ils sont au nombre de quatre à l’heure actuelle : la Haute Vallée de Chevreuse (château de la Madeleine, Bullion…), le Gâtinais français (Fontainebleau, Barbizon, Étampes…), l’Oise-Pays de France (forêt de Chantilly, abbaye de Royaumont…) et le Vexin français (Auvers-sur-Oise, La Roche-Guyon, Château de Villarceaux…).
L’Île-de-France abrite également 35 sites Natura 2000, label dont la vocation est de veiller au maintien de la biodiversité. Figurent entre autres dans cette liste la forêt de Rambouillet, les boucles de la Marne, le massif de Fontainebleau et la haute vallée de l’Essonne. Enfin, la Région compte une dizaine de réserves naturelles comme le marais de Stors dans le Val-d’Oise, les îles de Chelles en Seine-et-Marne et le bassin de la Bièvre, à cheval entre les Hauts-de-Seine et l’Essonne.

21e édition de la Fête des jardins et de l’agriculture urbaine de Paris

Affiche de la 21ème Fête des jardins et de l'agriculture urbaine, Paris, septembre 2017Pour la 21e édition de la Fête des jardins et de l’agriculture urbaine de Paris, l’ensemble des agents qui travaillent au quotidien dans les espaces verts municipaux vous accueillent le samedi 23 et le dimanche 24 septembre 2017.

Conviviale et pédagogique, la Fête des Jardins et de l’agriculture urbaine se déroule le week-end des 23 et 24 septembre dans l’ensemble des arrondissements parisiens et dans 16 communes franciliennes. Au total plus de 150 sites proposeront près de 400 animations gratuites pour petits et grands dans les espaces verts de Paris et de communes proches : parcs, jardins publics et privés, jardins partagés, bois…

Cette année, dans tous les jardins participants, l’accent est mis sur l’agriculture urbaine : ateliers de reconnaissance de plantes potagères ou aromatiques, découverte de la permaculture, présentation du keyhole (une technique innovante de potager urbain), etc.

« La Fête des Jardins et de l’agriculture urbaine permet chaque année aux agents municipaux de transmettre leur passion. Alors que l’intérêt exprimé par les Parisiens pour la nature et l’environnement va grandissant, ce moment privilégié de dialogue avec les visiteurs des jardins est un rendez-vous très attendu » a déclaré Pénélope Komitès, adjointe à la Maire chargée des Espaces verts, de la Nature, de la Biodiversité et des Affaires funéraires. « Cette année et pour la première fois, la Fête de la gastronomie s’associe à la Fête des Jardins et de l’agriculture urbaine et proposera des animations qui mettront en fête les papilles des Parisiens, avec des pique-niques, des dégustations ou encore des ateliers culinaires ».

Affiche de la Fête de la Gastronomie, partout en France, septembre 2017
Le village principal de la Fête des jardins reprendra cette année ses quartiers aux jardins d’Éole (18e). Les différents stands mettront l’accent sur l’agriculture urbaine. Des ateliers pratiques illustreront les facettes de la végétalisation et de l’agriculture urbaine. Des démonstrations offriront l’occasion de découvrir les techniques du jardinage adapté à l’environnement parisien : végétaliser un pied d’arbre ou du mobilier urbain dans le cadre du permis de végétaliser, cultiver son petit potager dans une jardinière, sur un balcon ou sur les murs et les toits. Les experts de la Ville de Paris ainsi que des démonstrateurs d’agriculture urbaine partageront leur expérience pour contribuer à développer la nature en ville.

Découvrez le programme complet de la Fête des jardins et de l’agriculture urbaine et l’ensemble des initiatives pour développer et cultiver des nouveaux espaces de nature à Paris sur la plateforme www.vegetalisons.paris.

2 millions de visiteurs pour la 15e édition des Rendez-vous aux jardins

Affiche des "Rendez-vous aux Jardins", 2, 3 et 4 juin 2017Avec 2 millions de visiteurs dans les jardins les 2, 3 et 4 juin 2017, le succès de cette 15ème édition atteste une nouvelle fois de l’attrait du public pour les jardins, leur diversité et leur richesse.

Françoise Nyssen, la nouvelle ministre de la culture, s’est rendue à Montpellier le vendredi 2 juin dernier, pour le lancement de cette édition et a visité le Jardin des Plantes.

Chaque année, durant le premier week-end de juin, les « Rendez-vous aux jardins » offrent l’opportunité d’accéder à des parcs et jardins, privés et publics, historiques et contemporains et pour beaucoup dans des conditions exceptionnelles d’accueil et de visite. Cette année, près de 2 200 jardins, dont 320 à titre exceptionnel et 200 ouverts pour la première fois, ont accueilli le public pour découvrir et échanger autour du thème national retenu, le partage au jardin.

Parmi les 3 500 animations proposées : démonstrations de savoir-faire, visites guidées, parcours, jeux, ateliers pour les enfants ont été organisés sous la conduite de guides amateurs ou professionnels. Qu’ils soient paysagistes, jardiniers ou propriétaires, ces formateurs d’un jour ont pu communiquer avec passion leurs savoirs et savoir-faire, la mémoire des gestes et les méthodes de préservation de ces lieux fragiles.

Les « Rendez-vous aux jardins » sont aussi un temps d’échange et de sensibilisation à l’art des jardins à destination du jeune public. Dans cette perspective, la ministre de la Culture salue, les quelques 900 jardins qui ont ouvert dès le vendredi réservant des animations spécifiques (ateliers, jeux…) aux scolaires. Parmi ces ouvertures en avant-première, les jardins de l’hôtel de Matignon à Paris ont accueilli une trentaine de classes, soit 900 enfants tout au long de la journée de vendredi. Françoise Nyssen remercie l’ensemble des propriétaires de jardins, privés et publics ainsi que les jardiniers, les paysagistes, les amateurs, et les nombreux organisateurs qui, par leur implication, ont largement contribué à ce succès.

Les « Rendez-vous aux jardins » sont organisés par le ministère de la Culture et mis en œuvre par les directions régionales des affaires culturelles, en collaboration avec le Centre des monuments nationaux, le comité des parcs et jardins de France, la Demeure historique, les Vieilles maisons françaises, les Villes et Pays d’art et d’histoire. L’Union nationale des entreprises du paysage, Sanef 107.7, Radio Vinci Autoroutes 107.7, Autoroute Info 107.7, Rustica, France 5 en sont les fidèles partenaires. Cette manifestation a bénéficié, pour la première année, du mécénat de Ricoh THETA, Toute l’Histoire et Phenix Digital.

15ème édition de Secrets de Jardins en Essonne

Secrets de jardins en Essonne, printemps, juin 2017Les week-ends des 3 et 4 et  des 10 et 11 juin 2017, ne manquez pas l’édition printanière des Secrets de Jardins en Essonne. Un rendez-vous incontournable pour les passionnés et amateurs de jardins ! Cette année, vous pourrez visiter 83 parcs et jardins dans tout le département de l’Essonne.

Au programme : visites exceptionnelles, expositions, concerts, ateliers, dégustations et de très belles rencontres en perspective !

L’édition printanière des Secrets de Jardins en Essonne rassemble une très large diversité d’espaces verts : des parcs classés monuments historiques, des jardins contemporains, des jardins d’artistes et d’écrivains, des arboretums légendaires, des conservatoires botaniques, des potagers, des jardins de particuliers passionnés, des jardins partagés, des parcs et jardins publics ainsi que des jardins associatifs…

À découvrir ou à redécouvrir : les Domaines départementaux de Chamarande et de Montauger, les parcs des châteaux de Saint Jean-de-Beauregard, Courson et Courances, les Châteaux du Saussay et de Villeconin, l’arboretum de Segrez, les jardins d’artistes avec la Maison-atelier Foujita, le parc de la Propriété Caillebotte, la Maison Cocteau ou encore la Maison Littéraire de Victor-Hugo, les jardins associatifs avec les Jardins familiaux de Ris-Orangis, Vigneux-sur-Seine et Viry-Chatillon, le Jardin de Paul Jovet et une quarantaine de jardins de particuliers, membres pour la majorité d’entre eux de l’Association des Jardiniers en Essonne.

Et pour la première fois, le Domaine départemental de Méréville, le Jardin d’Essences, le Verger et Potager pédagogique de Chilly-Mazarin, le Jardin de la Perrière, les Jardins de la Solidarité, le Jardin de Jean Paul, le Jardin refuge ou encore le Jardin d’Isabelle.

Cliquer pour consulter le programme détaillé.