Archives de mots clés: impatience

Impatience de Nouvelle-Guinée au doux coloris

Impatience (Impatiens) de Nouvelle-Guinée, fleur, potée fleurie, Marché aux fleurs, Île de la Cité, Paris 1er (75)
En me promenant dans le Marché aux fleurs sur l’Île de la Cité (Paris 1er), j’ai repéré cette impatience de Nouvelle-Guinée au coloris abricot rosé avec un coeur rose tyrien.

Impatience (Impatiens) de Nouvelle-Guinée, fleur, potée fleurie, Marché aux fleurs, Île de la Cité, Paris 1er (75)Ce n’est pas pour mon balcon, mais celui de ma mère. Cette belle impatience va aller rejoindre dès demain un bégonia à feuillage pourpre notamment qui devrait bien s’accorder avec le coloris des fleurs.

Joli coloris de l’impatience géante de l’Himalaya

Impatience géante de l'Himalaya (impatiens glandulifera), Balsaminacées, square Carnot, Paris 12e (75)
En passant dans le square Carnot (Paris 12e), j’ai remarqué ce pied d’impatience géante de l’Himalaya (Impatiens glandulifera) aux grandes fleurs d’un rose saumoné particulier. Une des couleurs que peut prendre cette fleur annuelle le plus souvent rose vif.

Impatience géante de l'Himalaya (impatiens glandulifera), Balsaminacées, square Carnot, Paris 12e (75) (suite…)

Une bonne année pour l’impatiens de Balfour

Impatiens balfourii dans le parc de Bercy en début d'été, Paris 12e (75)
Le temps frais et surtout très humide de ce printemps et de ce début d’été ont dopé la croissance des pieds d’Impatiens balfourii qui ont pris de belles proportions en se couvrant de petites fleurs bicolores alors que les massifs de fleurs d’été semblent ne jamais vouloir pousser.

Impatiens balfourii (Balsaminacées) dans le parc de Bercy en début d'été, Paris 12e (75)
Les limaces ne semblent pas trop s’intéresser à cette belle sauvageonne vite envahissante dans les lieux où elle se plaît. Les graines sont déjà en formation. Si l’année continue à être suffisamment humide, cette impatience devrait allègrement se multiplier et propulser partout ses graines noires.

Impatience bleue de l’Himalaya en pleine floraison

Impatiens namchawarbensis en fleur sur mon balcon parisien en été, Paris 19e (75)
Le printemps frais et humide a plutôt réussi à mon nouveau pied d’impatience bleue de l’Himalaya (Impatiens namchawarbensis) qui me donne une superbe floraison avec cette couleur si extraordinaire.

Cette espèce exotique d’impatience est annuelle. Je l’ai placée dans un endroit où j’espère elle pourra se ressemer autant qu’elle le souhaite pour que je puisse garder sa descendance l’année prochaine quand le printemps reviendra. Mais en attendant, je profite des belles et grosses fleurs bleues avec une gorge teintée de jaune orangé.

Pas d’automne pour l’impatience de Nouvelle-Guinée Divine

Impatience de Nouvelle-Guinée Divine sur mon balcon en automne, Paris 19e (75)
Cette belle variété d’impatience de Nouvelle-Guinée que je vous présentais en juillet dernier n’a pas démérité et n’a jamais cessé de fleurir depuis que je l’ai installée sur mon balcon. L’arrivée de l’automne n’a pas ralenti ses ardeurs et la floraison est toujours aussi généreuse.

Il faut que je prélève quelques boutures cette semaine pour être sûr de garder la variété d’une année sur l’autre, car cette belle impatience ne devrait pas résister aux premières gelées. Heureusement, le bouturage dans l’eau est facile et mes petits pieds se sont beaucoup étalés.

Elle est plus que belle, elle est ‘Divine’ !

Impatience de Nouvelle Guinée F1 Divine sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Mon gros pied de coeur-de-Marie ‘Valentine’ s’étant mis en repos très tôt dés le début de l’été, une des mes grosses potées s’est retrouvée très vide une fois le feuillage coupé au ras du sol. Je me suis mis en quête de plantes annuelles pouvant fleurir à l’ombre. Problème, début juillet il n’y a plus grand chose dans les jardineries et chez les fleuristes. Mais en passant dans la jardinerie Hermès à Neuilly-sur-Seine (92), j’ai trouvé des très beaux pieds d’impatience de Nouvelle Guinée ‘Divine’.

Les grandes fleurs blanches, le feuillage très sain et la vigueur des jeunes plantes m’ont incité à prendre ces impatiences. Le temps plutôt arrosé depuis le début de l’été a balayé mes réticences pour ces plantes d’ombre qui supportent difficilement la chaleur sèche de certains étés parisiens. Mais les plants aussitôt achetés aussitôt installés se sont redressés très vite en prenant un port bien étalé et touffu. Cet hybride est donné comme étant très florifère et plus résistant aux maladies notamment au mildiou de l’impatience. Il semble en effet très vigoureux et bien poussants. ‘Divine’ le restera-t-elle ? À suivre !