Archives de mots clés: Giverny

La Fondation Monet rouvre ses portes le 23 mars 2018

Jardin de Monet, Giverny (27)
Quelques 637 988 visiteurs s’y sont pressés l’an passé. Deuxième destination touristique de Normandie derrière le mont Saint-Michel, la Fondation Monet rouvre ses portes le 23 mars 2018. Et il y a de la nouveauté dans l’air !

Pavot, tulipes, giroflées, myosotis, Jardin de Monet, Giverny (27) Chaque quatrième vendredi de mars, au 84 de la rue givernoise Claude Monet, le rituel est immuable. Intarissables puits d’inspiration du génie impressionniste, qui y planta son chevalet entre 1883 et 1926, le Clos Normand et le jardin d’eau s’extirpent d’une douce hibernation.

Eremurus, giroflées, tulipes, Jardin de Monet, Giverny (27) Avant que les tulipes, myosotis et autres élégants iris n’entrent en scène, les précoces fritillaires et narcisses pavanent. Jadis baptisée « Le Pressoir », la bâtisse au crépi rose, où le temps s’est délicieusement arrêté, s’éveille au rythme du va-et-vient des premiers visiteurs.

Jardin de Monet, Giverny (27)Relais de jardiniers…
Dirigée, depuis le 26 mars 2008, par M. Hugues R. Gall, la Fondation Monet orchestre, cette année, son trente-neuvième lever de rideau. Une saison des plus singulières puisque Gilbert Vahé, chef-jardinier historique de la restauration du domaine, raccroche son sécateur ! Après trente-cinq années dédiées à l’eden impressionniste, l’intéressé goûtait, depuis le 1er juin 2011, à une retraite méritée. Mais, suite au départ, début 2017, de son successeur James Priest, il avait accepté de reprendre du service pour assurer l’intérim. Dès le 1er avril, Gilbert Vahé transmettra le relais à Jean-Marie Avisard, membre de l’équipe des mains vertes du domaine depuis trente ans. Responsable, depuis 1991, de la moitié Est du Clos Normand, Rémi Lecoutre est, quant à lui, nommé chef jardinier adjoint. Le changement dans la continuité !

Pavot, myosotis, Eremurus, giroflées, tulipes, Jardin de Monet, Giverny (27) (suite…)

Duos fleuris printaniers

Tulipes pivoines et giroflées, jardin de Claude Monet, Giverny (Eure)
La semaine dernière, je suis allé passer une journée dans le Jardin de Claude Monet à Giverny (Eure). Les floraisons printanières y sont abondantes et c’est l’occasion de repérer des petites associations tant pour les accords de couleurs que les mariages des espèces végétales. En voici quelques photos…

Giroflées et tulipes doubles à fleurs de pivoines ci-dessus.

Tulipe pourpre violacé et jacinthes des bois bleues, fougère et violas, pensées et herbe-aux-goutteux panachée (Aegopodium).

(suite…)

Tulipa acuminata dans le jardin de Monet à Giverny (27)

Tulipe, Tulipa acuminata, jardin de Monet, Giverny (27), avril 2017
Cette tulipe botanique originaire de Turquie donnent des fleurs très effilées et bicolores jaune et rouge vif. On peut admirer sa floraison très gracieuse en ce moment dans le jardin de Claude Monet à Giverny (Eure) que je suis allé visiter mardi dernier.

Tulipe, Tulipa acuminata, jardin de Monet, Giverny (27)
Cette tulipe a été installée dans le Clos Normand, le jardin très fleuri situé devant la maison de Claude Monet. En compagnie de giroflée et de pensées aux couleurs chaudes.

Aider l’acquisition du parterre de marguerites de Gustave Caillebotte

Peinture, huile sur toile, "Parterre de marguerites", Gustave Caillebotte
Le musée des impressionnismes Giverny fait appel à votre générosité pour rénover et acquérir une peinture réalisée par Gustave Caillebotte (1892-1893) : le Parterre de marguerites.

Cette oeuvre aux dimensions imposantes (200 x 100 cm), a été redécouverte au cours de la préparation de l’exposition Caillebotte, peintre et jardinier dont Marina Ferretti, directrice scientifique du musée, assure le commissariat et qui est présentée du 25 mars au 3 juillet 2016 à Giverny.

Resté inachevée au décès du peintre en 1894, cet imposant Parterre de marguerites témoigne d’un ambitieux projet de décoration destiné à sa salle à manger de Gustave Caillebotte au Petit Gennevilliers. Cette œuvre, une huile sur toile, qui n’était à l’origine qu’un seul grand panneau décoratif, est restée roulée dans une réserve durant plusieurs années. Sa fragilité n’y a pas résisté. Plusieurs experts ont donc décidé de découper en quatre ce panneau pour n’en présenter que le meilleur.

Cette œuvre représenterait l’une des sources d’inspiration majeures du Monet des trente dernières années. Avec sa dimension décorative et japonisante, elle fait figure de nouvel éclairage sur la démarche des Nymphéas.  Le musée souhaite faire de ce Parterre de marguerites un des fleurons de sa jeune collection.

La valeur de l’oeuvre est estimée à 360 000 euros. Le fonds d’acquisition du musée des impressionnismes Giverny est de 130 000 euros. Plusieurs entreprises mécènes soutiennent pour cette acquisition, mais le musée a encore besoin de 20 000 euros pour boucler le budget.

Participez à l’acquisition de Parterre de marguerites de Gustave Caillebotte, dernière oeuvre de l’artiste laissée inachevée : www.kisskissbankbank.com/grace-a-vous-des-marguerites

Vous pouvez donner à partir de 5 euros.

Exposition « Caillebotte, peintre et jardinier »

Affiche de l'exposition "Caillebotte, peintre et jardinier, Musée des impressionnismes Giverny
Considéré comme l’une des figures majeures du groupe impressionniste, Gustave Caillebotte a consacré une part importante de sa production artistique à l’évocation des jardins. Le musée des impressionnismes Giverny organise une exposition qui se propose d’étudier le thème du jardin dans l’œuvre de Gustave Caillebotte (Paris, 1848 – Petit Gennevilliers, 1894).

Peintures de Gustave Caillebotte, exposition "Caillebotte, peintre et jardinier" du 25 mars au 3 juillet 2016, Musée des impressionnismes Giverny
Il peint ses premières études sur le motif dans la demeure familiale d’Yerres, avant d’acquérir au Petit Gennevilliers une propriété où il élabore un somptueux jardin et fait construire une serre. Tout comme son ami Claude Monet, avec lequel il partage une passion pour l’horticulture, il privilégie l’évocation de cet univers végétal.

(suite…)

Mon beau dahlia, roi de l’été…

Les dahlias sont magnifiques en cette fin d’été, surtout s’ils ont été bien arrosés. C’est le moment de courir les jardins et les parcs pour repérer les variétés que l’on plantera l’année prochaine...

Je ne connais pas le petit nom de celui-ci. Je l’ai photographié avant-hier dans les jardins de Claude Monet à Giverny (27). Trop beau !!!

À ne pas manquer, le jardin de dahlias du Parc floral (Paris, 12è).