gestion écologique – Paris côté jardin

Archives de mots clés: gestion écologique

Un concours photo pour communiquer et changer de regard sur la gestion écologique

Parc départemental Jean Moulin - Les Guilands, Montreuil, Bagnolet (93)
Afin de transmettre une image positive des parcs et jardins publics gérés de façon écologique Plante & Cité lance un concours photo ouvert à tous jusqu’au 31 juillet 2018. Il permettra de désigner les vingt photos lauréates qui feront l’objet d’une exposition itinérante en France.

De plus en plus de gestionnaires d’espaces verts publics et privés s’engagent au-delà des exigences réglementaires actuelles et se mobilisent pour une gestion favorable à la biodiversité. Pour accompagner ces changements, plusieurs dispositifs de valorisation ont vu le jour, comme la démarche EcoJardin, portée par Plante & Cité et animée par l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France. Néanmoins, la communication et la diffusion de ces expériences restent encore confidentielles. Le concours photo devrait permettre de valoriser les expériences de gestion écologique dans les parcs et jardins publics. Il s’intègre dans un cadre plus large d’actions de communication pilotée par Plante & Cité en 2018 qui comprend la création de galeries d’images, des vidéos témoignages, etc. L’ensemble de ces actions bénéficie du soutien de l’Agence française pour la biodiversité, dans le cadre du plan Ecophyto visant à réduire l’usage des pesticides. L’objectif est de proposer un meilleur accompagnement et entraînement des gestionnaires publics et privés vers la suppression des produits phytosanitaires et la mise en place de pratiques vertueuses pour la biodiversité en puisant dans les viviers d’expériences existantes et reconnues.

Pelouse fleurie, Parc floral de Paris, Paris 12e (75)
(suite…)

Nouveau guide pour une gestion écologique des espaces verts franciliens

Nouveau guide pour une gestion écologique des espaces verts franciliens, Natureparif
Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, encourage les gestionnaires d’espaces verts d’Île-de-France à faire évoluer leurs pratiques pour une meilleure prise en compte de l’environnement en mettant à leur disposition un nouveau guide pratique de gestion écologique.

Le « Guide de gestion écologique des espaces collectifs publics et privés » vise à sensibiliser et inciter les gestionnaires à entamer une réflexion sur leurs pratiques et les faire évoluer en proposant des techniques alternatives pour une meilleure prise en compte de la biodiversité. Alternatives à l’utilisation des pesticides, choix de végétaux locaux, maintien de murs anciens, élagage et taille douce des arbres, végétalisation des berges de rivières, création de mares, gestion en fauche tardive des bords de route, végétalisation de la voirie… Les pistes pour mieux intégrer la nature en ville sont nombreuses ! (suite…)

156 villes d’Île-de-France sont désormais à « zéro pesticide »

Cartographie "Objectif zéro pesticide" en Île-de-France, Natureparif
À l’occasion de la 10e Semaine pour les alternatives aux pesticides, Natureparif publie un état des pratiques des communes franciliennes en matière d’utilisation des produits phytosanitaires.

Depuis 2011, l’Agence régionale pour la nature et de la biodiversité en Île-de-France fait l’état de l’usage des pesticides des collectivités franciliennes sur les espaces dont elles ont la gestion directe ou indirecte (voirie, espaces verts, terrains de sports et cimetières). L’objectif est de valoriser les communes qui se sont engagées dans une démarche d’arrêt total ou partiel de l’usage des pesticides.

Au 20 mars 2015, l’outil cartographique « zéro pesticide » dénombre ainsi que sur les 1281 communes que compte l’Ile-de-France, seules 12 % d’entre elles, soit 156, n’utilisent plus de pesticides sur les espaces qu’elles entretiennent. Pour Liliane Pays, présidente de Natureparif, « ce chiffre, même si il est en augmentation par rapport à l’an dernier, reste très faible et préoccupant alors même que la réglementation française rend quasiment impossible l’usage des produits phytosanitaires sur la voie publique ». La règlementation actuelle contraint en effet déjà fortement l’utilisation des pesticides en zones non agricoles (arrêté du 12 septembre 2006 et arrêté du 27 juin 2011) en interdisant l’usage de la plupart de ces produits dangereux à proximité des établissements scolaires ou de santé et en obligeant à des mesures drastiques d’information et d’éviction du public des zones traitées.
Diagrammes, répartition des communes selon l'usage ou non des pesticides (rouge = usage, vert = non usage, orange = non concernées par la gestion de cet espace), NatureparifÀ titre d’exemple, rien que sur les cimetières et la voirie, plus de la moitié des villes franciliennes utilisent encore des produits chimiques (respectivement 76 % et 55 % des communes renseignées) alors qu’elles ne sont plus que 16 % pour les espaces verts.

Pour accompagner les communes vers un arrêt des pesticides, Natureparif met à leur disposition des ouvrages techniques (guide de gestion différenciée à l’usage des collectivités et guide de conception et de gestion écologique des cimetières), une exposition, des panneaux de communication et organise régulièrement des rencontres sur le sujet. L’animation du label EcoJardin par l’agence va également dans ce sens, en valorisant les gestionnaires appliquant une gestion écologique de leurs espaces.

Il existe des dispositifs de financement permettant d’aider les collectivités dans leur démarche de réduction et d’arrêt à travers la réalisation d’études, la formation des agents ou l’achat de matériel, proposés notamment par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, le Conseil régional d’Île-de-France voir certains départements. Le rôle crucial des acteurs locaux que sont les syndicats de rivière, de gestion de l’eau, les conseils généraux, ou certaines associations, pour accompagner et donner des solutions aux collectivités est clairement ressorti de cette enquête

Le label national EcoJardin décerné à 47 espaces verts

Vendredi 28 novembre 2014, 47 espaces verts répartis dans la France entière se sont vu décerner le label national EcoJardin, référence de gestion écologique des espaces verts. Depuis 2012, 221 sites ont obtenu la labellisation répartis sur 17 régions métropolitaines. Une présentation de chacun de ces sites est disponible sur www.label-ecojardin.fr

Label ÉcoJardin
Créé à l’initiative de neuf villes françaises avec d’autres maîtres d’ouvrages et partenaires techniques sous l’égide de Plante & Cité, le label EcoJardin vise à encourager en ville l’adoption de pratiques de gestion respectueuses de l’environnement. Ce label valorise le travail des jardiniers gestionnaires des espaces verts et sensibilise les usagers aux problématiques du développement durable ainsi qu’aux pratiques écologiques des espaces verts.

Ce sont 51 gestionnaires qui, depuis le lancement du label, ont au moins un site labellisé. 39 collectivités (communes, intercommunalités et départements), 7 établissements éducatifs, 4 entreprises et 1 particulier ont ainsi valorisé les compétences de leurs jardiniers, à qui la reconnaissance du label procure une nouvelle fierté dans leur métier.

Si les parcs et squares représentent la majorité des sites labellisés, des cimetières (8), des arbres d’alignements (3), des établissements d’enseignement (7) et, depuis cette année, des jardins familiaux (3) font également partie des sites récompensés.

L’organisation du label national EcoJardin repose sur une gouvernance associant trois parties indépendantes entre elles : Plante & Cité, plateforme nationale d’études et d’expérimentations sur les espaces verts et le paysage, propriétaire du label et qui en établit le référentiel; Natureparif, animateur de la procédure d’attribution qui s’appuie sur un comité de labellisation réunissant toutes les parties prenantes; et des organismes indépendants chargés de l’audit des sites présentés.

L’animateur du label, Natureparif, en retire des observations statistiques utiles sur l’évolution des pratiques : « les labellisés figurent parmi les meilleurs en matière de gestion écologique des espaces verts au plan national » explique Liliane Pays, présidente de l’agence. « L’analyse fine des données recueillies nous permet de mettre à jour les points sur lesquels nous devons collectivement encore progresser, comme le suivi de la faune et de la flore ou la connaissance de la biodiversité des sols. »

Ces bonnes pratiques sont soutenues et diffusées à partir des études et des expérimentations coordonnées par le centre technique Plante & Cité. Pour François Colson, son secrétaire général, « le processus de labellisation est maintenant bien reconnu et valorisé par les acteurs les plus innovants dans le domaine de la gestion des espaces paysagers. Le nombre de sites labellisés devrait connaitre une forte croissance dans les prochaines années à mesure que pour respecter les nouvelles contraintes législatives sur l’arrêt des pesticides les collectivités utiliseront le label comme vecteur de changement de leurs pratiques et les entreprises prestataires le proposeront comme outil de contrôle de la qualité de leur travail. »

Informations sur les sites labellisés et les procédures d’inscription sur www.label-ecojardin.fr

(suite…)

Les premiers labels EcoJardin décernés à 56 espaces verts pour la qualité de leur gestion écologique

Label ÉcoJardin

Vendredi 14 décembre 2012, cinquante-six espaces verts répartis en France métropolitaine se sont vus décerner le label national ÉcoJardin, référence de la gestion écologique des espaces verts. Ce sont majoritairement des parcs et des jardins ou des espaces naturels, mais la liste des premiers lauréats compte aussi des cimetières ou des établissements sociaux-éducatifs.

Lancé en 2012 à l’initiative de neuf grandes villes avec d’autres maîtres d’ouvrages et partenaires techniques sous l’égide de Plante&Cité, le label ÉcoJardin vise à encourager l’adoption de pratiques de gestion respectueuse de l’environnement, valoriser le travail des jardiniers gestionnaires des espaces verts et sensibiliser les usagers aux problématiques du développement durable ainsi qu’aux pratiques écologiques des espaces verts.

Les villes de Mérignac, Pessac, Cherbourg-Octeville, Vitré, Besançon, Paris, Montpellier, Versailles, Metz, Saint-Orens-de-Gameville, Dunkerque, Angers, Nantes, Marseille, Lyon ou encore Lille Métropole ainsi que les jardins de Villandry, le Crédit Agricole, le CPSA de Combourg et le lycée d’horticulture de Tournus ont vu un ou plusieurs de leurs sites labélisés pour cette première année.

Les sites labellisables sont de maîtrise publique ou privée, et doivent accueillir du public, que ce soit en accès libre ou sous conditions. Ainsi, aux côtés des collectivités locales, les entreprises peuvent aussi se porter candidates pour faire labelliser leurs espaces verts.

L’organisation du label national ÉcoJardin repose sur une gouvernance associant trois parties indépendantes : Plante&Cité, centre technique national dédié aux espaces verts, propriétaire du label et qui en a établi le référentiel avec d’autres maîtres d’ouvrages et partenaires techniques ; Natureparif, animateur de la procédure d’attribution qui s’appuie sur un comité de labellisation réunissant de nombreux acteurs ; et des organismes indépendants chargés de l’audit des sites présentés.

« Le succès du label pour cette première édition est enthousiasmant. Il est important que les collectivités soient exemplaires car elles sont prescriptives auprès du grand public », se félicite Jean-Claude Antonini, président de Plante&Cité et président d’Angers Loire Métropole, « le référentiel ÉcoJardin et le label associé constituent des outils essentiels pour qui doit trouver des solutions techniques innovantes pour lutter contre les maladies et ravageurs des plantes, pour gérer les plantes envahissantes et la flore spontanée dans le respect de l’environnement et de la santé des agents et des habitants ».

Pour Liliane Pays, présidente de Natureparif, « Le Label EcoJardin devrait très vite s’imposer comme un instrument incontournable pour encourager l’ensemble des gestionnaires d’espaces verts, publics ou privés, aux bonnes pratiques en matière de respect de l’environnement ». Liliane Pays salue « la grande qualité du travail réalisé par les collectivités et les entreprises, notamment la suppression de l’utilisation des pesticides dans leurs espaces verts, qui constitue l’un des éléments indispensables du Label Éco-Jardin ».

Le label est attribué sur la base d’un audit réalisé par des auditeurs indépendants (bureaux d’étude ou architectes-paysagistes alliant compétences en gestion d’espaces verts et en écologie scientifique) sélectionnés par Natureparif et Plante&Cité. Cette attribution est valable trois ans, période au cours de laquelle les entreprises et les collectivités s‘engagent à poursuivre et développer leur travail en faveur de la préservation de l’environnement.

L’année prochaine, deux nouvelles sessions de remises du Label Eco-Jardin seront organisées, en juin et décembre 2013. Les inscriptions de sites candidats sont possibles toute l’année, sur www.label-ecojardin.fr

(suite…)

Label EcoJardin® : ouverture des candidatures au 1er mars 2012 !

La labellisation EcoJardin® s’adresse aux gestionnaires d’espaces verts publics ou privés ouverts au public. Elle est basée sur une procédure d’audit des espaces verts par des organismes indépendants, à partir d’un référentiel et de grilles d’évaluation élaborées par Plante & Cité et ses partenaires. La mise en œuvre de cette procédure sera assurée par Natureparif pour les trois ans à venir.

Natureparif, agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, association de loi 1901 regroupant des personnes morales, à l’initiative du concours national Capitale française de la Biodiversité, a été sélectionnée par Plante & Cité et les partenaires du projet Ecojardin®.

Le 1er mars 2012, les candidats au label pourront s’inscrire en ligne sur le site Internet www.label-ecojardin.fr et les organismes d’audit indépendants (bureaux d’études) seront sélectionnés par Natureparif et Plante & Cité pour un début des audits en avril. Tout au long de l’année, l’agence présentera le label EcoJardin® à l’occasion des ateliers en région qu’elle organise pour le concours Capitale Française de la biodiversité. Elle animera enfin les réunions du comité de pilotage EcoJardin, responsable des attributions du label, à la fin de la période d’audit : rendez-vous début novembre pour connaître les premiers sites labellisés !

Plante & Cité, centre technique national sur les espaces verts et le paysage, reste propriétaire du label et de la marque EcoJardin®. Il participera au comité de pilotage du label en tant qu’expert et aura la charge, à l’aide d’un comité dédié, d’actualiser régulièrement le référentiel de gestion écologique et les grilles d’évaluation.

Retrouvez toutes ces informations, le référentiel, les grilles d’évaluation et l’ensemble de la procédure sur le site internet du label EcoJardin.
Construit et actualisé régulièrement par Natureparif avec l’appui de Plante & Cité, le site sera également la vitrine des bonnes pratiques répertoriées dans les sites labellisés.

Ce projet contribue aux objectifs du plan EcoPhyto 2018.